«Il y a tout le temps quelque chose», déplore Patrice Bosch

Paquin-Boudreau encore sur le carreau

Gabryel Paquin-Boudreau, Alexandre Ranger et Samuel Blier ne... ((Photo Rocket Lavoie))

Agrandir

Gabryel Paquin-Boudreau, Alexandre Ranger et Samuel Blier ne seront pas en uniforme, ce soir, contre le Drakkar à Baie-Comeau.

(Photo Rocket Lavoie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Chicoutimi) N'en jetez plus, la cour est pleine. Blessé une nouvelle fois au haut du corps mercredi à la toute fin de l'entraînement, l'attaquant des Saguenéens Gabryel Paquin-Boudreau s'absentera au moins pour les deux matchs de la fin de semaine.

«Il y a tout le temps quelque chose», laisse tomber l'entraîneur-chef Patrice Bosch.

«Ce n'est pas une bonne nouvelle, convient-il. C'est une absence indéterminée pour le moment, mais on va en savoir plus la semaine prochaine.»

La blessure de Gabryel Paquin-Boudreau est survenue dans des circonstances inhabituelles mercredi à la toute fin de l'entraînement quotidien de la formation de la LHJMQ. À ce moment, les joueurs profitaient de temps libre pour travailler sur différents aspects individuels. L'entraîneur Patrice Bosch n'était même plus sur la glace et quelques joueurs avaient également quitté pour le vestiaire. Ce n'est que plus tard que le pilote des Bleus a appris la nouvelle et des examens ont confirmé que l'attaquant de 19 ans ne serait pas en mesure de jouer en fin de semaine. Gabryel Paquin-Boudreau, qui avait pourtant disputé 67 des 68 parties du Drakkar la saison dernière, n'a été en uniforme qu'à sept des 16 rencontres des Sags jusqu'ici cette saison.

Cette nouvelle blessure s'ajoute à celles du meilleur marqueur de l'équipe, Alexandre Ranger, et de Samuel Blier. Depuis le début de la saison, Patrice Bosch n'a pu compter sur la présence de tous ses gros canons en même temps que quatre fois, lors d'un voyage de trois parties dans les Maritimes et à Gatineau, qui s'est conclu avec trois victoires.

Avec le menu costaud pour les Sags, ce soir, à Baie-Comeau, puis dimanche, lors de la visite du Phoenix de Sherbrooke, Patrice Bosch aurait aimé avoir tous ses soldats. Il n'aura que le minimum requis à sa disposition avec 20 joueurs en santé. Il lance le défi aux autres de prendre la relève. «Avec Ranger et Boudreau, on parle de 25-30 minutes par match. On parle donc d'une soixantaine de minutes à combler avec d'autres gars et qui sont capables de faire plus», pointe-t-il.

«J'ai confiance que nos gars vont élever leur jeu. Il faut aussi qu'ils le fassent si on veut s'en sortir. Juste correct, ce n'est pas suffisant. Ça prend plus», pense l'entraîneur-chef des Saguenéens.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer