Revers contre Drummondville

Autre match sans éclat

Plus ça change, plus c'est pareil pour les... ((Photo Michel Tremblay))

Agrandir

Plus ça change, plus c'est pareil pour les Saguenéens. Trois jours après avoir eu une petite rencontre avec le directeur général Marc Fortier, les Saguenéens ont offert une autre performance sans grand éclat à leurs partisans, s'inclinant 4-1 devant les Voltigeurs de Drummondville au Centre Georges-Vézina.

(Photo Michel Tremblay)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(CHICOUTIMI) Plus ça change, plus c'est pareil pour les Saguenéens. Trois jours après avoir eu une petite rencontre avec le directeur général Marc Fortier, les Saguenéens ont offert une autre performance sans grand éclat à leurs partisans, s'inclinant 4-1 devant les Voltigeurs de Drummondville au Centre Georges-Vézina.

Encore une fois, les Sags ont connu une entrée en matière difficile. Pour une 11e fois cette saison, l'adversaire a marqué le premier filet, quand Charles-David Beaudoin a frappé la rondelle au vol à la suite d'un bond favorable de la baie vitrée lors d'un avantage numérique. Après 20 minutes, le gardien des Voltigeurs, Louis-Philip Guindon, ne devait pas être très essoufflé, lui qui n'avait fait face qu'à six tirs, et aucune chance véritable de marquer.

En retard 2-0 après 40 minutes, les locaux ont véritablement mis la machine en marche en troisième avec 17 tirs et plusieurs bonnes occasions d'enfiler l'aiguille dans les dernières minutes. Jérémy Lépine a marqué le seul but des siens après une belle passe de Gabryel Paquin-Boudreau et Guindon a fermé la porte par la suite. Les Voltigeurs ont ensuite marqué deux fois dans un filet désert, dont Charles-David Beaudoin sur un dégagement alors que les Sags tentaient le tout pour le tout en avantage numérique.

Dans son point de presse, l'entraîneur-chef Patrice Bosch ne digérait pas du tout le début de rencontre qu'il ne s'est pas gêné pour qualifier d'inacceptable. À son avis, plusieurs joueurs venaient disputer une petite partie de hockey, sans plus.

«Quand ton DG descend dans le vestiaire pour un meeting, je m'attendais que certains gars auraient une meilleure réaction. En troisième, nos meilleurs joueurs étaient les meilleurs sur la glace, ce qui n'était pas le cas lors des 40 premières minutes», a laissé tomber le pilote des Bleus qui avait pourtant modifié la routine d'avant-match dans l'espoir de fouetter ses troupes.

«Dans la situation où on est, le leadership dans ta chambre doit s'assurer qu'on sorte fort. On n'a pas de coussin de six victoires d'avance. Certains gars doivent se regarder dans le miroir pour voir comment ils se préparent», a-t-il annoncé.

«Si on avait joué trois périodes comme la troisième, on aurait gagné cette partie-là, mais ça n'a pas été le cas», a-t-il repris, déplorant le manque de présence devant le filet adverse notamment. Il a même utilisé le terme «spécialistes de la périphérie».

«C'est décevant lorsque tu prends le momentum en deuxième et que ce sont des gars étiquetés 3e et 4e trio qui te le donnent», de souligner Patrice Bosch qui a prévenu qu'il commençait à manquer de chances à donner. «Un moment donné, tu as beau vouloir que tes meilleurs performent et les aider, mais les patins ne sont pas dans mes pieds. Ils sont dans leurs pieds et ce sont eux qui jouent», de trancher Patrice Bosch. Ce dernier ne pouvait pas penser que ses protégés n'auraient pas un départ canon cet après-midi lors de la visite des Tigrse de Victoriaville. «Je ne peux pas concevoir que par fierté de porter le gilet des Saguenéens, ils ne vont pas rentrer demain (samedi) et jouer une grosse "game"", a-t-il indiqué.

Dans la défaite, le gardien substitut Storm Phaneuf a offert une prestation très encourageante. Comme ce fut le cas la semaine dernière contre l'Océanic, il a une fois de plus encaissé la défaite après n'avoir cédé que deux buts. Il a permis à l'écart de ne pas s'agrandir avec plusieurs arrêts difficiles.

«Phaneuf est victime de ses chums lors des deux premières périodes», d'affirmer Patrice Bosch sans hésitation.

À court de mots, Storm Phaneuf avouait que la préparation devait être meilleure, ce qui n'a pas fait défaut dans son cas hier. «C'est sûr que c'est plate, a-t-il réagi. C'est décevant qu'on ne trouve pas le moyen de gagner.»

1- Charles-D. Beaudoin

2- Gabryl Paquin-Boudreau

3- Joey Ratelle

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer