Choix du Canadien de Montréal

Hudon apprécie chaque moment

L'attaquant des Saguenéens originaire d'Alma, Charles Hudon, vit... ((Photo Rocket Lavoie))

Agrandir

L'attaquant des Saguenéens originaire d'Alma, Charles Hudon, vit bien avec la pression d'être un espoir du Canadien de Montréal.

(Photo Rocket Lavoie)

Partager

Sur le même thème

(Chicoutimi) Le 23 juin dernier, la vie de Charles Hudon a changé. Ce jour-là, l'attaquant des Saguenéens est devenu la propriété du Canadien de Montréal en 5e ronde du repêchage de la Ligue nationale à Pittsburgh.
«Je suis pas mal fier d'avoir été repêché par le Canadien. Je suis surveillé à la lettre par les dépisteurs de l'équipe et par le directeur général Marc Bergevin. C'est une grosse expérience pour moi», souligne le joueur originaire d'Alma.

«Je ne savais pas que ce serait aussi gros que ça. On ne sait jamais à quoi s'attendre. Je ne pensais pas me retrouver dans une organisation aussi prestigieuse. Je le vois et je m'en rends compte tous les jours.»

Les Québécois ne courent pas les rues dans l'organisation du Canadien. Dans la LHJMQ, seul Olivier Archambault, des Voltigeurs de Drummondville, repêché en quatrième ronde en 2011, fait partie des espoirs du Tricolore.

Dans la Ligue nationale, l'alignement ne compte que deux joueurs du Québec. Bien sûr, l'ancien attaquant des Saguenéens, David Desharnais, en fait partie ainsi que le défenseur Francis Bouillon, qui est considéré comme un Québécois même s'il est né dans l'État de New York, aux États-Unis.

Maintenant qu'il est un visage du Canadien de Montréal, Charles Hudon ne se promène plus incognito dans les rues. Il confie que plusieurs fois par semaine, il se fait arrêter par des partisans du Canadien qui le reconnaissent pour un autographe. Il avoue bien humblement

«Me retrouver ailleurs, ça n'aurait pas été la même affaire, admet Hudon. Avec le Canadien, je suis tombé dans une bonne année. Les dirigeants veulent avoir une plus grande représentation québécoise. C'est vraiment une organisation prestigieuse.»

«Je ne m'enfle pas la tête avec ça. Je n'ai pas encore fait mes preuves», confie-t-il avec humilité.

Marc Bergevin a également des liens étroits avec Chicoutimi. Avant de graduer dans la Ligue nationale avec les Blackhawks de Chicago, l'ancien défenseur a porté les couleurs des Saguenéens pendant deux saisons complètes. À l'époque, il était même le cochambreur de l'actuel directeur général des Saguenéens, Marc Fortier. Les deux anciens coéquipiers ont gardé de très bons contacts et Bergevin est même venu deux fois en personne au centre Georges-Vézina afin de voir évoluer son poulain.

Plus de détails dans la version papier du Quotidien//

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer