La retraite pour Marie-Ève Drolet

La double médaillée olympique en patinage de vitesse... (Archives La Presse canadienne, Jeff McIntosh)

Agrandir

La double médaillée olympique en patinage de vitesse sur courte piste, Marie-Ève Drolet, pose avec sa fille Zoey en compagnie de son conjoint Corey Crysler, en novembre 2016.

Archives La Presse canadienne, Jeff McIntosh

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Saguenay) Double médaillée olympique en patinage de vitesse sur courte piste, Marie-Ève Drolet vient d'annoncer qu'elle prenait sa retraite. Et cette fois, elle assure que ce sera de façon définitive.  Maintenant âgée de 35 ans, elle part la tête haute, avec sérénité.

À l'autre bout du fil dans sa résidence en Gaspésie où elle passe l'été en compagnie de son conjoint, Corey Crysler et sa petite Zoey, la nouvelle retraitée semblait effectivement très heureuse et sans regret de sa décision qu'elle mijotait depuis le dernier mois. Elle est passée aux actes il y a deux semaines et a fait part de sa décision à Patinage de vitesse Canada et à ses coéquipières.

«Je pense que mes coéquipières ont été surprises. Mais ça avait été un début de saison difficile. Je me suis blessée au dos et plein de choses se sont accumulées qui ont fait en sorte que c'était plus compliqué d'être à 100 % au patin. Le choix est venu s'imposer par lui-même.

«Et je suis contente de ce que j'ai fait et d'être revenue au patin. J'ai le sentiment d'avoir vraiment tout donné, ce qui n'était pas le cas quand j'avais arrêté à 20 ans!» 

Après une première «retraite» en 2003, Drolet avait effectué un retour en août 2008. Si elle n'avait pu se qualifier pour les Jeux de Vancouver en 2010, elle s'était fort bien reprise en obtenant son billet pour les Jeux de Sotchi en 2014, d'où elle est revenue avec une médaille d'argent au relais. Elle avait effectué un autre impressionnant retour en compétitions internationales l'an dernier après avoir donné naissance à Zoey, en janvier 2015.

«Trop dur et compliqué»

Drolet ne se voyait pas passer un autre été à cheval entre les visites en Gaspésie et à Montréal. «Mon chum, en plus d'être acupuncteur, est aussi planteur d'arbres. Et une fois la plantation terminée, il devient technicien forestier et il travaille jusqu'à la fin octobre. L'an passé, il n'avait pas vu Zoé de l'été et cette année, on voulait alterner à chaque deux semaines. Mais c'était rendu trop dur et compliqué.

«De plus, il y a plein de petites choses qui se sont accumulées et qui ont fait en sorte que les sacrifices devenaient plus gros que la satisfaction à en retirer. [...] En même temps, je trouvais que le défi de mon retour après ma grossesse était bien réalisé. Je suis quand même revenu 10e au monde, mais j'ai comme senti que j'étais rendue à l'étape de passer à autre chose.

«Je suis sûre que je vais être contente d'avoir profité de ma petite fille à l'âge qu'elle a [deux ans et demi]. Oui, c'était juste un an, mais la vie va vite et je suis quand même rendue à 35 ans», rappelle-t-elle en riant.

En carrière, elle a remporté un total de 36 médailles internationales : 2 aux Jeux olympiques (bronze au relais à Salt Lake City en 2002 et argent au relais de Sotchi en 2014), six lors des Championnats mondiaux sur courte piste, 26 en Coupes du monde et deux lors des Championnats mondiaux par équipe.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer