Qualification nationale: place aux patineurs d'ici

Vincent Girard, 18 ans, Chicoutimi (à droite)... (Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay)

Agrandir

Vincent Girard, 18 ans, Chicoutimi (à droite)

Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Après avoir recueilli les attentes de Catherine Mailloux (Saint-Féicien) et Claudia Gagnon (La Baie), plus tôt cette semaine, voici celles des six autres patineurs de la région.

Vincent Girard

Le Chicoutimien Vincent Girard fait partie des patineurs de la région qui ont vécu un grand changement au cours des derniers mois. Désirant améliorer sa technique et son anglais, le longiligne athlète de 18 ans a d'abord passé l'été au centre national de Calgary, à l'Ovale olympique, sous la direction de l'entraîneur et olympien Éric Bédard. « J'étais allé au centre national de Calgary pour m'entraîner pendant l'été et améliorer mon anglais. J'avais prévu de retourner à Québec par la suite, mais j'ai finalement décidé de rester à Calgary parce que j'avais un meilleur encadrement et tous les services nécessaires et une bonne équipe. Ça va super bien et je m'améliore encore », a indiqué celui qui ne regrette pas sa décision.

Pour sa part, Éric Bédard explique qu'il connaissait déjà David Simard (entraîneur-chef au centre Marc-Gagnon) ainsi que Vincent et son père, car il était déjà venu par le passé donné des camps d'entraînement durant l'été.

« Comme il a plus de patineurs courte piste au centre de Montréal, il n'y avait pas de place pour lui. Il a communiqué avec moi en mai dernier et il a tâté terrain pour voir s'il pourrait s'entraîner avec nous, raconte Éric Bédard en substance. Il y avait la barrière de la langue, malgré qu'il y a plusieurs personnes qui parlent français là-bas, mais ça représentait donc une option intéressante. Je lui ai proposé de venir s'entraîner deux ou trois mois durant l'été. Au mois d'août, il devrait retourner dans son club à Québec et je lui ai demandé s'il souhaitait rester, puisqu'il s'était amélioré. »

Il lui a fait valoir qu'il avait le choix entre retourner à Québec où il serait parmi les plus forts et confortable dans ses pantoufles ou rester à Calgary, où il est en milieu de peloton, mais où il a accès à plusieurs services (nutritionniste, entraîneur haute performance, préparateur mental préparateur physique, physio, médecin, technicien de lame, etc.).

Le jeune homme a finalement choisi de rester et en fin de semaine, il espère se classer parmi les 16 premiers pour accéder au Championnat canadien junior. « Il s'améliore bien et il a même eu l'occasion de participer à une compétition internationale en octobre, à Calgary », a souligné Éric Bérard.

Mariane Guay

Mariane Guay, 16 ans, Saint-Félicien... (Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay) - image 4.0

Agrandir

Mariane Guay, 16 ans, Saint-Félicien

Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay

Âgée de 16 ans, Mariane Guay vit son baptême du feu à la qualification nationale 'en fin de semaine.

La Félicinoise avoue qu'elle trouve que le calibre de course est rapide, mais elle ne s'en fait pas outre mesure. Elle vient surtout pour prendre de l'expérience et avoir du plaisir.

Maude Tremblay

Âgée de 16 ans à peine, Maude Tremblay possède quand même de l'expérience en qualification nationale, elle qui en est à sa troisième participation. En fin de semaine, elle souhaite se qualifier pour le Championnat canadien junior à Calgary.

« Avant le début de la compétition d'en fin de semaine, j'étais classée 28e au classement. (...) Si j'obtiens un top-20, je serai contente », a indiqué celle qui connaît un excellent parcours jusqu'à maintenant.

Karina Montminy

Karina Montminy, 15 ans, Péribonka... (Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay) - image 7.0

Agrandir

Karina Montminy, 15 ans, Péribonka

Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay

À 15 ans, Karina Montminy de Péribonka, est l'une des plus jeunes du groupe régional. Malgré tout, elle en est à sa 2e participation à la qualification nationale.

« L'an dernier, j'avais fini 30e. Cette année, je voudrais me qualifier pour aller au Championnat canadien junior à Calgary. J'aimerais finir la compétition avec une 23e position ou mieux », avance-t-elle.

Un beau tremplin

Le président du comité organisateur local de la... (Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay) - image 9.0

Agrandir

Le président du comité organisateur local de la qualification nationale, Christian Simard, souhaite que les bonnes notes reçues pour la présentation de l'événement au centre Georges-Vézina servent de tremplin pour la candidature de Saguenay comme hôte d'une étape de la Coupe du monde, au plus tôt en 2018.

Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay

La présentation de la qualification nationale canadienne à Saguenay n'est pas anodine pour le président du comité organisateur local de l'événement, Christian Simard. Il souhaite en effet que les bonnes notes obtenues pour la tenue de l'événement servent de tremplin à la candidature de la région pour accueillir à nouveau une étape du circuit de la Coupe du monde de patinage de vitesse courte piste.

L'obtention de la présentation de la qualification est le fruit de démarches amorcées en décembre 2015. Le comité organisateur, composé de huit membres à la base, a reçu une réponse positive en mars dernier. « Nous avons fait cette démarche dans le but de monter une équipe et de se préparer, à plus long terme, à demander la présentation d'une Coupe du monde » a expliqué M. Simard, qui est également président de l'Association régionale de patinage de vitesse courte piste.

Ces étapes sont attribuées tous les deux ans et les villes qui les recevront en 2017 sont déjà connues. Le scénario le plus optimiste serait d'accueillir une étape en 2018, « à moins qu'une ville déjà prévue se désiste et qu'on nous fasse la demande. »

Saguenay jouit d'ailleurs d'une bonne réputation en matière d'organisation d'étapes de la Coupe du monde. Grâce à Roger Fradette, Donald Aubin et un groupe de bénévoles dévoués et expérimentés, Saguenay a accueilli une étape de la Coupe du monde en février 2003, en décembre 2004, en décembre 2006 et en octobre 2011. En fait, il n'y a que la demande pour la présentation du Championnat du monde en mars 2014 qui a échappé à l'organisation aguerrie de l'époque.

Un nouveau groupe s'est formé et bien sûr, le succès du passé ne peut qu'être garant pour l'avenir. « Le fait qu'on en a déjà tenu nous procure effectivement une belle carte de visite. Mais avec la qualification que nous tenons présentement, on veut démonter que nous sommes aptes à obtenir une autre Coupe du monde, de par la qualité de notre organisation, de nos infrastructures, et en démontrant qu'on est en mesure de maintenir une glace de haute qualité tout en offrant des services connexes de haut niveau (hôtellerie, repas, transports, médical, etc. »

M. Simard reconnaît que l'on est une région dite éloignée peut s'avérer moins attrayant qu'un grand centre comme Québec ou Montréal, « mais on l'a déjà fait par le passé et on a démontré par les organisations que nous pouvons faire aussi bien que dans les grands centres. Nous sommes capables d'accueillir les gens avec un bel aéroport moderne et que nous disposons de toutes les facilités nécessaires pour obtenir une telle compétition. »

Bien sûr, il reste encore des éléments à peaufiner, mais pour l'instant, la plupart des membres du comité organisateur sont prêts à s'impliquer à long terme. L'argent étant le nerf de la guerre, l'organisation tente de dénicher la perle rare qui facilitera le financement l'ambitieux projet. « On souhaite trouver quelqu'un qui est bien implanté dans le milieu des affaires et qui a une porte ouverte », mentionne Christian Simard.

Pour ce qui est de l'appui de Ville de Saguenay et de Promotion Saguenay, Christian Simard n'a que de bons mots à leurs égards. « Nous avons tout l'appui nécessaire de leur part et ils l'ont encore démontré avec la tenue de cette qualification. Ç'a été un apport extrêmement important », a conclu le président Simard.


Cumulatif après deux courses

Maxime Laoun (Québec) et Renee Steenge (Ontario) sont parfaits sur les deux distances et occupent chacun le premier rang dans leur volet respectif.

Athlètes régionaux (après deux courses)

Masculin

  • 8e- Yannick Desmeules, Chicoutimi    5365 pts
  • 17e- Vincent Girard, Chicoutimi    2427 pts 
Féminin

  • 9e- Maude Tremblay, Dolb.-Mist.    4778 pts
  • 11e- Catherine Mailloux, Saint-Félicien    4202 pts
  • 13e- Claudia Gagnon, La Baie    3487 pts
  • 18e- Karina Montminy, Péribonka    1903 pts
  • 25e- Flavie Laroche-Roy, Roberval    781 pts
  • 53e- Mariane Guay, Saint-Félicien    68 pts

Catherine Mailloux, 17 ans, Saint-Félicien... (Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay) - image 11.0

Agrandir

Catherine Mailloux, 17 ans, Saint-Félicien

Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay

David Simard agréablement surpris

La présentation de la qualification nationale canadienne à Saguenay n'est pas anodine pour le président du comité organisateur local de l'événement, Christian Simard. Il souhaite en effet que les bonnes notes obtenues pour la tenue de l'événement servent de tremplin à la candidature de la région pour accueillir à nouveau une étape du circuit de la Coupe du monde de patinage de vitesse courte piste.

L'obtention de la présentation de la qualification est le fruit de démarches amorcées en décembre 2015. Le comité organisateur, composé de huit membres à la base, a reçu une réponse positive en mars dernier. « Nous avons fait cette démarche dans le but de monter une équipe et de se préparer, à plus long terme, à demander la présentation d'une Coupe du monde » a expliqué M. Simard, qui est également président de l'Association régionale de patinage de vitesse courte piste.

Ces étapes sont attribuées tous les deux ans et les villes qui les recevront en 2017 sont déjà connues. Le scénario le plus optimiste serait d'accueillir une étape en 2018, « à moins qu'une ville déjà prévue se désiste et qu'on nous fasse la demande. »

Saguenay jouit d'ailleurs d'une bonne réputation en matière d'organisation d'étapes de la Coupe du monde. Grâce à Roger Fradette, Donald Aubin et un groupe de bénévoles dévoués et expérimentés, Saguenay a accueilli une étape de la Coupe du monde en février 2003, en décembre 2004, en décembre 2006 et en octobre 2011. En fait, il n'y a que la demande pour la présentation du Championnat du monde en mars 2014 qui a échappé à l'organisation aguerrie de l'époque.

Un nouveau groupe s'est formé et bien sûr, le succès du passé ne peut qu'être garant pour l'avenir. « Le fait qu'on en a déjà tenu nous procure effectivement une belle carte de visite. Mais avec la qualification que nous tenons présentement, on veut démonter que nous sommes aptes à obtenir une autre Coupe du monde, de par la qualité de notre organisation, de nos infrastructures, et en démontrant qu'on est en mesure de maintenir une glace de haute qualité tout en offrant des services connexes de haut niveau (hôtellerie, repas, transports, médical, etc. »

M. Simard reconnaît que l'on est une région dite éloignée peut s'avérer moins attrayant qu'un grand centre comme Québec ou Montréal, « mais on l'a déjà fait par le passé et on a démontré par les organisations que nous pouvons faire aussi bien que dans les grands centres. Nous sommes capables d'accueillir les gens avec un bel aéroport moderne et que nous disposons de toutes les facilités nécessaires pour obtenir une telle compétition. »

Bien sûr, il reste encore des éléments à peaufiner, mais pour l'instant, la plupart des membres du comité organisateur sont prêts à s'impliquer à long terme. L'argent étant le nerf de la guerre, l'organisation tente de dénicher la perle rare qui facilitera le financement l'ambitieux projet. « On souhaite trouver quelqu'un qui est bien implanté dans le milieu des affaires et qui a une porte ouverte », mentionne Christian Simard.

Pour ce qui est de l'appui de Ville de Saguenay et de Promotion Saguenay, Christian Simard n'a que de bons mots à leurs égards. « Nous avons tout l'appui nécessaire de leur part et ils l'ont encore démontré avec la tenue de cette qualification. Ç'a été un apport extrêmement important », a conclu le président Simard.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer