Des honneurs bien mérités

Le médaillé olympique Marc Gagnon a remis le... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Le médaillé olympique Marc Gagnon a remis le trophée des bâtisseurs à Michelle Rochefort, fille du regretté Justin Rochefort, fondateur du club de patinage de vitesse les Comètes de Chicoutimi. M. Rochefort avait été intronisé à titre posthume au Temple de la renommée de la FPVQ.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Fédération de patinage de vitesse du Québec (FPVQ) a tenu promesse, mercredi, en profitant de la tenue des qualifications nationales au centre Georges-Vézina pour procéder à la remise officielle du trophée du bâtisseur à la fille du regretté Justin Rochefort, fondateur du club de patinage de vitesse des Comètes de Chicoutimi. Par la même occasion, Patinage de vitesse Canada (PVC) a aussi profité de l'occasion pour remettre en mains propres à David Simard, entraîneur du centre régional Marc-Gagnon, le Prix d'excellence des entraîneurs qui lui avait été décerné lors de l'AGA national tenu en juin dernier.

Dans le premier cas, les dirigeants de la FPVQ n'avaient réussi à joindre qu'à la toute dernière minute Michelle, la fille de M. Rochefort, de sorte que celle-ci n'avait pu se présenter à temps au gala et à l'intronisation de son père dans le club sélect des bâtisseurs au Temple de la renommée de la FPJQ. À ce moment, deux pionniers du patinage de vitesse courte piste de la région avaient été intronisées à titre posthume, soit M. Rochefort et Monique Rioux, qui a agi comme présidente du club de Chicoutimi et organisatrice des premières compétitions sur courte piste durant les Jeux du Canada en 1983.

Déjà très impliqué dans le sport régional (baseball mineur et hockey mineur), Justin Rochefort a fondé, en 1972, le club de patinage de vitesse de Chicoutimi. L'entraîneur bénévole a vu sa persévérance récompensée, lui qui a contribué aux succès de trois grands athlètes saguenéens, soit les frères Marc et Sylvain Gagnon ainsi que Frédéric Blackburn. À eux trois, les Gagnon et Blackburn ont remporté pas moins de huit médailles olympiques et tous oeuvrent maintenant comme entraîneurs en courte piste.

C'est d'ailleurs Marc Gagnon qui a remis le prestigieux honneur à Michelle Rochefort lors du cocktail d'ouverture mercredi. «L'important, c'est qu'il soit reconnu au Temple de la renommée, a commenté Michelle Rochefort. Papa a été entraîneur de 1972 à 1986 et il a continué à suivre Frédéric et Marc par la suite. Quand Frédéric avait gagné sa médaille d'argent (à Albertville en 1992), il était venu voir mon père avant de partir aux Jeux. Il avait filmé son entraînement et mon père avait corrigé toutes ses affaires et ça avait porté fruits», raconte celle qui a donné un coup de main à son père à l'époque.

«Je faisais du patinage de vitesse, mais j'étais peureuse un peu. Je n'aimais pas aller vite. Pendant quelques années, je me suis occupée des petits pour leur montrer à patiner. Je m'occupais des inscriptions et je le suivais dans les compétitions. Je n'ai pas fait de compétitions, mais j'ai suivi des formations avec lui. J'ai arrêté quand j'ai commencé à travailler, vers 1977», raconte celle dont les deux enfants patinent, mais pas sur longues lames.

À noter que des membres de la famille de Mme Rioux étaient également sur place pour assister à la remise officielle.

Première pour David Simard

Pour l'entraîneur du centre régional d'excellence, David Simard, il a accueilli bien humblement cette première reconnaissance nationale en carrière. Le Chicoutimien entraîne depuis plus de 19 d'années d'expérience, dont les six dernières au centre régional, et il a supervisé les meilleurs athlètes de la région.

«J'y vois une reconnaissance régionale, nuance le lauréat. Je ne le prends pas personnel, mais plus comme une reconnaissance envers le travail que tout le monde fait dans les clubs. Moi, j'aide un peu chaque club à parfaire les habiletés des patineurs pour aller chercher un niveau supérieur.»

Mentionnons que c'est la FPVQ qui avait soumis sa candidature. «Ce prix n'est pas remis à la lumière des réalisations des athlètes, mais plutôt au niveau de la capacité démontrée d'aider au développement des athlètes et du sport, y compris les entraîneurs novices jusqu'aux entraîneurs de haute performance», a mentionné Martin Sanio, porte-parole de PVC, tout en soulignant que David Simard est également impliqué dans l'identification de talent et à la préparation physique des athlètes tout au long de l'année.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer