Retour international réussi pour Marie-Ève Drolet

Après avoir donné naissance à son premier enfant... (Photo PC)

Agrandir

Après avoir donné naissance à son premier enfant en janvier 2015, Marie-Ève Drolet a montré qu'elle serait encore à surveiller, avançant à la demi-finale du 1500 mètres ainsi qu'aux quarts de finale au 500 mètres grâce au repêchage. Elle pose ici en compagnie de la petite Zoé, 22 mois, et de son conjoint, Corey Crysler.

Photo PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le retour de Marie-Ève Drolet sur la scène internationale de patinage de vitesse courte piste s'est bien amorcé vendredi. La Laterroise s'est qualifiée sur ses deux distances lors de la journée inaugurale de la première Coupe du monde de la saison, à Calgary. Ses compatriotes Marianne St-Gelais, Kasandra Bradette et Samuel Girard ont également débuté dans la perfection.

Après avoir donné naissance à son premier enfant en janvier 2015, Marie-Ève Drolet a montré qu'elle serait encore à surveiller, avançant à la demi-finale du 1500 mètres ainsi qu'aux quarts de finale au 500 mètres grâce au repêchage. Les Jeux olympiques de Sotchi en 2014 représentaient sa dernière présence internationale. «J'étais un peu nerveuse à la ligne de départ, mais pas trop, juste correct, a indiqué Marie-Ève Drolet. L'ambiance était un peu comme aux Jeux olympiques en raison du bruit que la foule faisait. Sur la glace, je me suis vite sentie à l'aise. Même s'il y a maintenant plus de dépassements et de blocs dans les courses qu'en 2014, ce sont des choses qu'on répète tellement à l'entraînement que j'ai trouvé que ça s'est bien déroulé quand même.

«Je sais ce que j'aurais pu faire de différent aujourd'hui, mais je n'ai pas commis trop d'erreurs, alors c'est bon pour ma confiance», a-t-elle poursuivi.

Fidèle à ses habitudes, la Félicinoise Marianne St-Gelais a été la première à franchir le fil d'arrivée à ses deux courses, au 500 et au 1000 mètres. Dans les deux cas, elle se retrouve en quart de finale. «Au 500 m, les patineuses ont été plus rapides que je l'aurais pensé, mais je suis quand même contente de ma course, tandis que j'ai abordé le 1000m de façon un peu plus détendue, dans le but surtout de retrouver de bonnes sensations de course», a résumé la meneuse de la délégation féminine de l'équipe canadienne qui a remporté 11 médailles en 12 épreuves l'an dernier.

Kasandra Bradette a également fait le travail dans ses deux épreuves de 500 mètres, s'adjugeant la première place de sa vague les deux fois. «J'ai travaillé vraiment fort sur mes départs ces derniers temps, de façon à ce que je sois plus à l'aise sur la ligne», a indiqué la Félicinoise. Le fait de savoir que j'allais être plus stable sur la ligne, que je serais capable de rester sans bouger, a fait en sorte que j'étais super confiante et ç'a donné une bonne journée.»

Du côté masculin, le vice-champion du monde en titre au 1000 mètres, Samuel Girard, a passé sans problème sur cette distance, tout comme au 500 mètres.

La Baieriveraine Valérie Maltais a été la seule patineuse régionale à trébucher vendredi, étant disqualifiée au 500 mètres pour un faux départ. Elle s'est reprise au 1000 mètres, prenant la première position de sa vague.

Au relais, les Canadiens ont dominé tant chez les hommes (Charles et François Hamelin, Charle Cournoyer et Samuel Girard) que les femmes (Marianne St-Gelais, Valérie Maltais, Kasandra Bradette et Kim Boutin). Le relais masculin a été excessivement rapide, terminant à deux secondes du record du monde.

Samedi, les épreuves de 500 mètres et de 1500 mètres se poursuivront.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer