Valérie Maltais redonne à sa région

Valérie Maltais a profité du passage du photographe... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

Valérie Maltais a profité du passage du photographe du Quotidien pour prendre un «selfie» de groupe avec les athlètes présents au camp d'été de patinage de vitesse.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Valérie Maltais a elle-même suggéré de venir donner un coup de main au camp d'été de patinage de vitesse, organisé par le Centre Marc-Gagnon et les Comètes de Chicoutimi. La Baieriveraine, animée par un réel désir de partager son expérience avec les plus jeunes, est ravie de pouvoir le faire dans sa région natale.

La deuxième glace de l'aréna Jean-Claude Tremblay reçoit les patineurs inscrits à ce camp estival cette semaine. Le conjoint de Valérie, Steve Robillard, est présent en tant qu'entraîneur invité et c'est ainsi que Maltais a offert ses services, au grand plaisir des patineurs et organisateurs de l'événement.

«Étant donné que j'étais dans la région, j'ai vraiment été motivée de venir en redonner un peu aux athlètes d'ici, a expliqué l'athlète régionale entre deux séances sur la glace. Il faut dire que j'adore coacher avec les jeunes athlètes. Je trouve que le rapport et les échanges avec eux sont vraiment intéressants. C'est avantageux pour eux, mais ce l'est pour moi également. C'est agréable de pouvoir briser la barrière de l'athlète ''membre de l'équipe nationale'', celle que les gens croient qu'elle est trop ''focus'' sur ses compétitions et qu'elle est dure à approcher.»

Valérie Maltais sera présente jusqu'à la fin du camp, mercredi. Elle profite actuellement d'une semaine de congé d'entraînement avec l'équipe nationale et ce contact sur la glace en compagnie des futurs talents est toujours apprécié.

«Lors de la première journée, tu sens un peu la gêne, mais elle part au fur et à mesure que le temps passe, a observé la jeune femme de 26 ans. De mon côté, j'ai vraiment du fun, je capote et j'adore ça. Le calibre des athlètes s'améliore beaucoup et c'est beau de les voir aller. Ça me permet également de les connaître, de les suivre durant la saison suivante et de prendre de leurs nouvelles par la suite. Ici, on ne parle pas de résultats, on met l'accent sur la technique et les différentes stratégies, mais ça va être intéressant de suivre leur progression durant l'hiver.»

Visiblement emballée par son rôle d'entraîneuse cette semaine, Valérie Maltais ne cache pas qu'elle aimerait partager ses connaissances à la relève une fois sa carrière d'athlète terminée. Elle précise toutefois qu'elle ressent présentement les bénéfices de pouvoir extérioriser ce qu'elle vit sur la glace pendant les compétitions.

«Comme athlète encore active, je pense que c'est bon de revenir à la base, a exprimé Maltais. Quand j'explique certaines choses à des jeunes, je peux transformer en paroles les ''feelings'' que je ressens sur la glace. Ça me permet de me concentrer sur ce qui se passe en dedans de moi et de le mettre en mots pour que les jeunes comprennent bien.»

Pour ce qui est de la prochaine saison, la Baieriveraine soutient qu'elle n'a pas trop le temps de décrocher, elle qui est de retour à l'entraînement depuis le mois d'avril avec ses coéquipiers de la formation canadienne.

«On est concentrés chaque jour sur l'entraînement et les objectifs à atteindre, a raconté Valérie Maltais. Les premières compétitions débutent en septembre donc on y pense de plus en plus.»

Une visite appréciée

Les 34 jeunes inscrits au camp d'été de patinage de vitesse organisé par le Centre Marc-Gagnon et les Comètes de Chicoutimi étaient privilégiés de pouvoir compter sur les conseils de Valérie Maltais.

En plus de la vedette locale, Steve Robillard (Gadbois à Montréal), Louis-Gabriel Leblanc (Drummondville), ainsi qu'Ann-Josée Dion et David Simard, du Centre Marc-Gagnon, sont les entraîneurs présents. Il s'agit de la troisième édition du camp estival.

«Valérie nous donne son temps tout à fait généreusement et elle est littéralement en train de donner au suivant, s'est réjoui Stéphane Fortin, parent bénévole pour les Comètes de Chicoutimi et impliqué dans l'organisation du camp d'été. Les jeunes sont bien contents et la plupart des jeunes qui font du patinage de vitesse savent très bien qui est Valérie Maltais.»

De dimanche à mercredi, les athlètes inscrits sont divisés en deux groupes. Deux séances sur glace par jour sont à l'horaire, en plus d'autant de périodes de conditionnement physique, conférences ou séances vidéo. Valérie Maltais a d'ailleurs animé un dîner-conférence, lundi.

«L'accent est mis sur l'aspect technique du sport, a mentionné Stéphane Fortin. Le patinage de vitesse semble être assez simple à la base, mais c'est extrêmement complexe. Tout est ajusté de façon précise et ça ne prend pas grand-chose pour se retrouver dans les matelas de sécurité.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer