Christian Ouellet, la révélation

Christian Ouellet... (Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Christian Ouellet

Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Quand il s'est amené au camp d'entraînement des Marquis de Jonquière, Christian Ouellet n'avait pas de contrat et aucune garantie pour un poste. Après avoir fait bouger les cordages à 13 reprises et ajouté 14 passes en première moitié de saison, le natif de Saint-Bruno fait sa place dans l'alignement des meneurs au classement de la Ligue nord-américaine de hockey.

«C'est une agréable surprise», laisse tomber l'entraîneur-chef des Marquis, Richard Martel, qui le connaissait à ses débuts dans la LHJMQ à Gatineau, mais l'avait ensuite perdu de vue jusqu'au camp d'entraînement de l'organisation jonquiéroise.

«On lui a dit qu'il devait faire sa place», relate Martel.

«Présentement, c'est un joueur important pour les Marquis. Il est difficile à laisser sur le côté», admet-il.

Une chose a frappé Martel depuis qu'il le dirige: son caractère. L'entraîneur d'expérience n'a que de bons mots pour celui qui s'est promené quelques années dans la ECHL et disputé la dernière saison en France avant de tenter sa chance dans la Ligue nord-américaine.

«Il voulait jouer pour les Marquis. Il me l'a encore dit cette semaine à l'entraînement», raconte Richard Martel.

«Quand tu parles de joueurs de caractère, il en est un, reprend l'homme de banc des Marquis. Il s'est préparé pour faire l'équipe. En début d'année, il a sauté son tour. Un moment donné, il a eu une chance de percer l'alignement et ne l'a pas manquée. Chaque match, il a progressé.

«On ne pensait pas qu'il allait nous montrer ce hockey-là», exprime Richard Martel, soulignant que le numéro 24 n'hésite pas à faire sa place dans le trafic, remportant également la plupart de ses bagarres à un contre un le long des rampes. Il a également démontré un instinct naturel autour du filet, ce qui le place à seulement deux buts du meneur de l'équipe, son bon ami et également coéquipier à Gatineau, Alexandre Quesnel, un autre nouveau venu avec les Marquis.

«C'est vraiment un marqueur. Peu importe où est la rondelle dans le territoire offensive, si elle est placée pour qu'il ait une chance de compter, Christian Ouellet va être là. Il finit toujours ses jeux au filet», louange Richard Martel.

«Quand il prend possession de la rondelle, c'est pour marquer. Quand il lance, c'est pour marquer. Je ne dis pas que les autres n'y vont pas pour compter, mais il est déterminé à frapper le filet. Quand le match est sur la ligne, il veut aussi faire la différence», de souligner l'entraîneur, en référence à ses quatre buts gagnants depuis le début de la saison.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer