Première saison dans la LNAH: Quesnel ne regrette rien

L'arrivée d'Alexandre Quesnel dans la Ligue nord-américaine de... (Photo Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie)

Agrandir

L'arrivée d'Alexandre Quesnel dans la Ligue nord-américaine de hockey constitue une agréable surprise pour les partisans des Marquis de Jonquière, mais aussi pour le principal intéressé. L'attaquant de 27 ans est très satisfait de sa décision et de son bon début de saison.

Photo Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Comme bien des joueurs ayant évolué à l'extérieur du Québec ces dernières années, Alexandre Quesnel avait l'impression que la Ligue nord-américaine de hockey rimait plus avec bagarres que hockey. Toutefois, ses discussions avec d'anciens coéquipiers qui évoluent dans le circuit Godin ont incité l'attaquant de 27 ans à tenter le coup. Une décision qu'il ne regrette surtout pas aujourd'hui.

En effet, le 3e choix des Marquis au repêchage universel de juin dernier connaît un excellent début de saison. Après avoir contribué régulièrement au pointage en présaison (quatre buts, deux passes en quatre matchs), le #42 a poursuivi sur sa lancée en saison régulière pour se hisser au 5e rang des meilleurs pointeurs avec une fiche de 15 points (huit buts, sept passes) en neuf rencontres.

«Honnêtement, je suis très satisfait. Je ne pensais pas être aussi heureux (de ma décision) parce que je m'attendais à ce que les gars prennent un peu ça à la légère, vu qu'il n'y a des matchs que les fins de semaine. Mais c'est vraiment compétitif. Je suis vraiment heureux de mon choix», assure celui qui avait passé les deux dernières saisons avec les Albatros de Brest (France) dans la division 1, dont la dernière en compagnie de Christian Ouellet. Les deux espéraient un contrat en Suisse (B) qui ne s'est pas concrétisé, mais c'était un mal pour un bien.

«J'ai adoré la France, mais je crois que j'étais rendu à une autre étape de ma vie. Je voulais commencer ma vie professionnelle au Canada et rentrer sur le marché du travail», explique Quesnel à l'autre bout du fil. Il a déniché un emploi au gouvernement du Canada dans le domaine de l'économie et lors de son entrevue, il avait signifié à son employeur son désir de continuer à jouer au hockey tout en acquérant de l'expérience pour pouvoir gravir les échelons. Les deux parties ont trouvé un terrain d'entente, de sorte que le jeune homme est heureux de pouvoir concilier sa passion avec son travail.

«Ça me donne une belle opportunité de jouer au hockey tout en travaillant, donc je ne peux demander mieux», explique celui qui a fait un baccalauréat en comptabilité à l'Université de Moncton pendant qu'il jouait pour les Aigles Bleus. C'est d'ailleurs là qu'il a connu ses coéquipiers des Marquis, Christopher Guay et Samuel Groulx.

Bon calibre

Alexandre Quesnel a pris ses aplombs avant de faire le saut dans la LNAH. «Quand tu es à l'extérieur de la Ligue, tu vois des vidéos et tu entends des choses. On dirait que l'image de la ligue en est juste une de batailles. Moi, je suis un gars offensif qui est là pour faire des buts et faire gagner l'équipe et quand on entend des choses comme ça,on se dit que ce n'est peut-être pas une ligue pour soi. Mais tout le monde me disait que la Ligue avait changé. La bagarre a sa place dans le hockey et je ne crois pas qu'il faut l'enlever, mais il y a un temps pour ça et un temps pour jouer au hockey», explique celui qui avait discuté du circuit et de l'organisation des Marquis avec ses amis Groulx et Guay, mais aussi avec le gardien Fred Piché qui joue dans la ligue d'été Le Petit Québec.

«Jusqu'à présent, ce que j'ai vu correspond à ce qu'on m'avait dit, c'est-à-dire du très bon hockey et de très bons joueurs. J'ai vraiment du plaisir jusqu'à présent», assure celui qui se plaît avec les Marquis.

«J'ai signé pour un an et le plus longtemps je pourrai rester avec les Marquis, le mieux ce sera pour moi, estime-t-il. Je ne me vois même pas retourner en Europe dans les prochaines années, à moins de recevoir une offre que je ne pourrais refuser.»

Belle production

À peine arrivé dans la LNAH, Alexandre Quesnel vient de mériter la 2e étoile de la semaine en raison de sa production offensive durant la série aller-retour contre Rivière-du-Loup les 28 et 29 octobre (trois buts, dont deux en avantage numérique, et deux passes). Même s'il avait confiance en ses moyens, il est tout de même un peu surpris de sa production offensive.

«Je pensais retourner en Europe et je me suis entraîné très fort cet été. J'étais prêt. Je ne savais pas comment ça irait (dans la ligue), mais je suis quelqu'un qui a confiance en ses moyens. Je suis un peu surpris de la production offensive, mais j'ai une belle chimie avec des joueurs de l'équipe qui s'est développée rapidement. J'ai commencé avec Hugo (Carpentier) et je trouvais ça facile parce qu'il est intelligent sur la glace et rapide. Avec (Stefan) Chaput, on a eu une belle chimie ensemble. On a été séparés, mais on a trouvé des affinités avec d'autres joueurs», mentionne Quesnel qui a formé un excellent trio avec Christian Ouellet et Benoit Gratton vendredi, contre Sorel-Tracy.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer