Les Marquis au pied du mur

Les Marquis n'ont plus de marge de manoeuvre,... (Photo collaboration spéciale, Yanick Lefebvre)

Agrandir

Les Marquis n'ont plus de marge de manoeuvre, tirant de l'arrière 3-1 dans la série contre les Éperviers de Sorel-Tracy. Ils seront de retour devant leurs partisans vendredi, au Palais des sports.

Photo collaboration spéciale, Yanick Lefebvre

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sorel-Tracy) Les Marquis de Jonquière sont maintenant acculés au pied du mur. Indisciplinés, les hommes de Francis Breault ont subi un revers de 3-2 face aux Éperviers de Sorel-Tracy, dimanche, devant 2488 spectateurs très bruyants, soit la meilleure foule de la saison et l'une des meilleures au Colisée Cardin depuis le retour de la concession. Les Sorelois mènent maintenant 3-1 dans cette série demi-finale de la Ligue nord-américaine de hockey.

Inutile de dire que l'ambiance était morose dans le camp jonquiérois après la rencontre. L'entraîneur-chef des Jonquiérois, Francis Breault, n'a pas cherché de midi à 14h pour expliquer la défaite des siens, pointant tout simplement l'indiscipline de ses troupes qui n'ont pas été en mesure de maîtriser leurs émotions.

«Il faut qu'on paye plus le prix en endurant les coups si on veut gagner. Ce soir (dimanche), on ne l'a pas assez payé», a-t-il commenté.

Et évidemment, il aimerait aussi que l'attaque génère plus de buts, même s'il estime que ses troupes ont mieux fait cette fois.

«Il faut qu'on marque des buts. On a l'avantage du jeu et je trouve qu'on joue quand même bien défensivement. Mais quand tu ne marques pas, tu gardes toujours l'autre équipe vivante», déplore Breault qui n'a pas décidé s'il allait tenir un entraînement cette semaine. Ni s'il allait conserver le même alignement qui incluait, cette fois-ci, Mathieu Brunelle et d'Alex Bourret.

Pluie de pénalités

Les officiels ont sévi à plusieurs reprises contre les deux formations en présence. Mais ce sont les Éperviers qui ont su tirer profit de la situation, en marquant deux de leurs trois buts en avantage numérique (2 en 13 contre 0 en 10 pour les Marquis).

Encore une fois, les Sorelois ont été les premiers à ouvrir la marque, Mathieu Dumas déjouant Loïc Lacasse, justement à la faveur d'un avantage numérique avec à peine 3mn23 d'écoulées. Les officiels ont ensuite utilisé leurs sifflets à profusion pour garder le contrôle de ce match où l'animosité entre les deux clubs était palpable.

Contrairement aux Éperviers, les Marquis n'ont pas été en mesure de marquer sur les avantages obtenus. Même qu'ils ont joué de malchance, alors qu'ils profitaient d'un avantage d'un homme avec trois minutes à faire. Jean-Michel Bolduc a brisé son bâton en voulant décocher un tir de la pointe. Il n'en fallait pas plus au vétéran Christian Deschênes qui a décampé avec la rondelle pour déjouer le cerbère jonquiérois sur un tir dans le haut du filet et permettre aux siens de retraiter au vestiaire avec une avance de 2-0.

Toutefois, les Marquis n'ont jamais baissé les bras. En deuxième, leurs difficultés à marquer en jeu de puissance leur ont encore joué des tours, ne parvenant pas à loger le disque derrière le longiligne Karel Saint-Laurent malgré un 5 contre 3 de plus d'une minute. Ils ont redoublé d'ardeur et ça a finalement payé, lorsque Anthony Stewart a réduit l'écart à 2-1 sur des passes de Benoit Gratton et François Fortier.

En troisième, François Fortier, qui n'est pas connu pour ses talents de pugiliste, a jeté les gants pour s'en prendre furieusement à Étienne Brodeur qui lui avait servi une violente mise en échec plutôt limite. Les deux ont été chassés pour 15 minutes et leurs noms apparaissent au tableau des suspensions de la ligue.

Les esprits ont continué de s'échauffer et les arbitres ont sévi. Les Éperviers ont profité d'un 4 contre 3 pour enfiler leur 3e but, sur un tir de Marco Charpentier. Les Marquis ont redoublé d'ardeur et Peter James Corsi a inscrit son premier but de cette série.

Les Marquis ont continué de mettre de la pression dans la zone adverse jusqu'à ce que le rusé Christian Deschênes casse le rythme en allant frapper durement Gratton contre la bande. Le #19 est resté étendu sur la glace. Voyant cela, Mathieu Brunelle s'est rué sur Deschênes et c'est le joueur des Marquis qui a écopé d'une punition. Deschênes, qui aurait pu être puni pour assaut, n'a absolument rien eu!

Avec moins d'une minute à faire et deux joueurs punis, les Marquis ont retiré leur gardien et ont tout tenté, mais en vain. Les Marquis n'auront d'autre choix que de l'emporter vendredi, au Palais des sports, s'ils veulent éviter de subir le même sort que les champions en titre, l'Assurancia de Thetford Mines.

Les Marquis en bref

• Finalement, le comité de la ligue a décidé de décerner un match de suspension à Samuel Groulx pour avoir donné du genou lors d'une mise en échec contre Dominic Léveillé vendredi soir, à Jonquière...

• Le retour au jeu d'Alex Bourret est donc tombé à point pour les Marquis qui se trouvaient privés de Groulx...

• D'autre part, pour faire de la place à Mathieu Brunelle, c'est Olivier Croteau qui a été laissé de côté. Jean-Simon Allard n'était pas en uniforme non plus. Du côté des hommes forts, c'est Sean McMorrow qui a effectué un retour dans l'alignement tandis qu'Hubert Poulin n'était pas en uniforme...

• Francis Breault s'est dit satisfait du travail de Brunelle et Bourret. «Brunelle a bien joué et Bourret a fait son job», a-t-il indiqué...

• Du côté de Sorel-Tracy, les absents étaient Maxime Charron, Guillaume Coudé, Mario Joly, Louis Mandeville et Jean -Philippe Robert. Par contre, Kévin Gadoury était de retour au jeu...

• Spécial d'entendre un partisan de Sorel commenter le match avec un porte-voix...

• Pas facile le travail d'arbitre. En deuxième, Sébastien Rioux a happé violemment au passage l'arbitre en chef Maxime Jacques, qui a dû faire une pause pour s'en remettre, le bras gauche visiblement endolori...

• En deuxième, Loïc Lacasse s'est retrouvé avec Étienne Brodeur sur lui pendant un bon moment sous les yeux de l'officiel qui n'a jamais sifflé, même si Lacasse se débattait comme un diable dans l'eau bénite pour se débarrasser de l'imposant attaquant...

• Dans l'autre série demi-finale, Laval a remporté le match 4-1 contre Rivière-du-Loup pour niveler la série 2-2...

• Des partisans des Marquis ont fait le voyage en autobus pour assister au match, mais le voyage n'a pas été facile. Ils se sont perdus en chemin...

Martel derrière le banc vendredi?

La machine à rumeurs fonctionne à plein régime dans l'entourage des Marquis présentement. Elle raconte que Richard Martel est sur le point de remplacer Francis Breault derrière le banc de l'équipe et qu'il sera en poste dès vendredi, au Palais des sports, pour le cinquième match de la série contre les Éperviers de Sorel-Tracy.

Et la présence de Richard Martel au match de dimanche à Sorel-Tracy n'a rien fait pour calmer les esprits... Plusieurs des partisans des Marquis qui ont aussi fait le voyage à Sorel-Tracy ont avancé que la décision était prise, mais l'un des principaux intéressés n'a pas voulu aller aussi loin.

Interrogé sur la question, le copropriétaire et directeur général des Marquis, Marc Boivin, a refusé de confirmer un changement imminent. Il a répondu qu'il s'agit simplement de rumeurs...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer