Des Marquis capables de faire mieux

Le vétéran Benoit Gratton compte sur l'appui massif... (Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Le vétéran Benoit Gratton compte sur l'appui massif des partisans vendredi, au Palais des sports de Jonquière.

Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le premier week-end aura permis aux Marquis de Jonquière de mieux cerner les coriaces Éperviers de Sorel-Tracy et d'apporter les ajustements requis pour pouvoir poursuivre leur route dans le cadre de cette demi-finale quatre de sept de la Ligue nord-américaine de hockey.

Après dix jours sans disputer un match, les protégés de Francis Breault ont remporté le premier round 6-4 au Palais des sports avant de s'incliner 3-1 au Colisée Cardin, de sorte que la série est égale 1-1. Pour le pilote de la formation jonquiéroise, ce premier week-end a permis de cerner les points à améliorer contre les Sorelois qui n'ont nullement l'intention d'être une proie facile.

Série difficile

«On savait que la série contre les Éperviers serait difficile. Le premier week-end est passé. Oui, on a des trucs à améliorer, mais on s'est quand même présenté physiquement. La série est égale 1-1 et on a encore l'avantage de la glace. Il faut garder cet avantage et s'ajuster pour le match de vendredi.

«Il y a des joueurs qui sont capables de faire mieux, mais il y a aussi des gars qui sont sortis très fort. Nous avons de la profondeur dans l'équipe, mais certains joueurs ont pris les choses en mains dans les séries et on est ben contents», mentionne Francis Breault. «En défensive, on est assez stables, mais on est capable de mieux pour enlever un peu de vitesse à Sorel.»

Lors de l'entrevue téléphonique, l'entraîneur-chef n'avait pas encore décidé s'il effectuerait des changements dans son alignement ou s'il remaniera ses trios comme il l'a fait au cours des deux premiers matchs. «Je cherche à créer une étincelle pour allumer quelques joueurs. Parfois ça fonctionne, parfois non», constate celui qui s'attend à une meilleure performance de ses troupes, notamment en avantage numérique.

Éviter de se laisser emporter par l'émotion

Si les Marquis de Jonquière carburent à l'émotion, ils devront éviter de se laisser emporter par les émotions et se concentrer sur le travail à faire s'ils veulent venir à bout des Éperviers de Sorel-Tracy dans cette demi-finale.

«Je pense que l'émotion a pris un peu le dessus lors du dernier match (à Sorel) et quand l'émotion prend le dessus, tu te sors un peu de ton match», explique Benoit Gratton lorsqu'invité à commenter la série. «En série, il ne fait pas être trop haut ni trop bas. Quand ça va bien et que tu gagnes ton match, il faut l'oublier le plus rapidement possible et passer au prochain. Même chose quand tu perds, tout en apprenant de tes erreurs cependant.»

«Les joueurs sont conscients de ce qui est arrivé dans le dernier match. On carbure à l'émotion, mais si on dépasse une certaine limite, ça peut nous jouer des tours. Il faut se concentrer sur le match de hockey et jouer avec confiance. On a fini premier au classement et il y a une raison à cela, fait-il valoir. Il faut donc continuer de faire ce qu'on faisait de bien, bien jouer défensivement et être opportunistes. (...) Il faudra payer le prix un peu plus et aller dans les zones où ça fait mal, devant le filet. C'est peut-être ce qui a manqué dans le dernier match», avance le fougueux #19.

Pour contrer les Éperviers, les Marquis devront réduire les visites au banc des punitions. «Il faudra éviter ça, car les Éperviers ont quand même un bon jeu de puissance. De plus, comme ce ne sont pas tous les joueurs qui jouent en désavantage numérique, il devient difficile de garder le rythme de jeu.»

Cela dit, Benoit Gratton assure qu'il n'y a pas de quoi paniquer pour le revers de 3-1 samedi au Colisée Cardin.

«Sorel a joué un bon match à la maison et je ne pense pas qu'on a joué comme nous en sommes capables. Et ce n'est que 1-1 dans la série», estime celui qui compte sur l'appui massif des partisans vendredi, au Palais des sports.

«À Sorel, leur foule leur a vraiment donné des ailes (samedi) et c'est la même chose à Jonquière. C'est d'ailleurs pourquoi nous avons eu de bons résultats à la maison (cette saison). C'est notre 7e joueur et on compte sur eux!»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer