Le premier gain de Breault doit encore attendre

Le nouvel entraîneur des Marquis, Francis Breault, a... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Le nouvel entraîneur des Marquis, Francis Breault, a subi une deuxième défaite en autant de matchs, dimanche, à Laval.

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Serge Émond
Le Quotidien

Francis Breault devra patienter encore un peu avant de célébrer sa première victoire à la tête des Marquis de Jonquière. Il a vu son équipe subir son deuxième revers de la fin de semaine, dimanche, quand elle a baissé pavillon 4-3 face aux Prédateurs, à Laval.

Le match s'est décidé en fusillade, quand le gardien des vainqueurs, Adam Russo, a eu raison des trois tireurs des Marquis. À l'autre bout de la patinoire, un but de Martin Gascon a suffi.

Fidèle à l'ensemble des rencontres disputées au Colisée de Laval, le duel entre les Marquis et les Prédateurs a été pimenté de plusieurs pénalités. Si le jeu de puissance de son équipe a fait mouche deux fois en neuf tentatives, Francis Breault a quand même l'impression qu'un meilleur travail dans ces circonstances aurait fait une grande différence.

«Ce fut un match où les pénalités ont été nombreuses, a indiqué le nouvel entraîneur des Marquis. Malheureusement, notre avantage numérique est en panne et ça nous a fait mal. Je viens d'arriver, ça fait deux matchs que je vois, et je sens que le niveau de confiance n'est pas là pour marquer des buts. Les chances sont là, mais nous avons de la difficulté à mettre la rondelle dans le filet. Je trouve que nous n'avons pas assez généré d'attaque. On va travailler là-dessus.

«Défensivement, nous avons joué un bon match. Avec tous les avantages numériques que nous leur avons donnés (9), nous les avons quand même limités à 23 lancers. Mais ce n'est pas assez. Nous devons trouver une manière de marquer des buts et de gagner.

«Le rythme du match a été brisé par toutes les pénalités. Nous avons eu de la misère à prendre du rythme et ce fut la même chose pour l'autre équipe. Dans l'ensemble, je considère que nous avons disputé deux bonnes périodes (les deux dernières).»

Si Francis Breault n'a pas été impressionné par la première période de son équipe, les Prédateurs n'ont pas vraiment fait mieux et les deux équipes sont rentrées au vestiaire avec une égalité de 0-0.

En fait, les bagarreurs ont été beaucoup plus occupés que les marqueurs pendant les 20 premières minutes. En l'espace de sept secondes, trois bagarres ont éclaté. Gaby Roch a jeté les gants devant Martin Trempe, Hubert Poulin s'est mesuré à Brett Angel et Sean McMorrow s'est frotté à Steven Oligny.

Le reste du match a été plus calme. Chaque équipe a marqué deux fois au deuxième engagement. Dans le camp des Marquis, Anthony Stewart a inscrit un but et participé à celui de Benoît Gratton. La réplique est venue de Francis Wathier et Gascon.

Jean-Sébastien Bérubé a redonné l'avance aux Marquis après six minutes de jeu en troisième période, mais Francis Desrosiers s'est assuré de pousser les deux équipes jusqu'à la prolongation.

Combinée à la victoire des 3 L, samedi, contre Thetford Mines, la défaite de dimanche signifie que les Marquis n'occupent plus le premier rang de la Ligue nord-américaine de hockey.

Ils accusent maintenant un petit retard d'un point sur Rivière-du-Loup, avec un match en main.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer