Second revers de suite à domicile

Peter James Corsi a eu une cage béante... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Peter James Corsi a eu une cage béante devant lui, en deuxième période, et il n'a pas manqué son coup.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pour la première fois cette saison, les Marquis de Jonquière ont subi deux revers consécutifs à domicile, en s'inclinant cette fois 3-2 face aux River Kings de Cornwall à l'issue d'un match tumultueux devant quelque 1566 spectateurs réunis au Palais des sports. Malgré ces défaites contre Thetford et Cornwall, les Marquis occupent toujours le premier rang au classement devant Rivière-du-Loup qui les a rejoints en terme de points cumulés.

Pour un premier match à la barre, Francis Breault estime que ses troupes ont livré un effort honnête. «J'ai trouvé qu'on avait travaillé fort, mais il y a des bouts durant lesquels on a mal travaillé. J'estime qu'à partir du milieu de la deuxième période, on a davantage dominé le jeu. On avait la possession de la rondelle et on avait des chances de marquer. Mais on a fait quelques erreurs qui font partie du jeu, mais qui nous ont coûté des buts. Toutefois, ce que je retiens, c'est que les joueurs n'ont jamais abandonné et si on fait ça, on va faire des remontées gagnantes», a-t-il commenté.

«Cornwall a joué un bon match défensif et nous, on a raté des filets ouverts. Avoir été opportunistes, ça aurait peut-être été un match différent, mais le but du jeu c'est de gagner et on ne l'a pas fait ce soir. Ce n'était pas assez. On a travaillé, mais on a mal travaillé. L'effort était très honnête et on s'est sorti de plusieurs situations critiques ce soir. On s'est donné des chances d'égaliser, mais c'est arrivé trop tard», a indiqué Breault, dont les troupes se sont laissées parfois emporter par la frustration.

«Il faut rester calme dans ces situations-là. Il y a bien des punitions qu'on aurait pu enlever, mais on connaît l'arbitrage dans cette ligue et il faut s'habituer à ça et réussir à gagner ces matchs malgré les pénalités», a-t-il rétorqué.

Avant-goût des séries?

Pour sa part, Bob Desjardins, qui disputait son premier match à Jonquière depuis son départ pour Cornwall, était évidemment très satisfait de ses troupes. «Dans l'ensemble, on a joué un excellent match. On n'avait pas à essayer d'ouvrir le jeu contre cette puissance offensive. On a marqué un gros but en jeu en avantage numérique et peut-être que Loïc (Lacasse) aimerait revoir le troisième but de François Ouimet, mais on a fait le travail qu'on avait à faire pour gagner ce match. Je pense que si on a à jouer contre cette équipe en séries, on a prouvé qu'on pouvait jouer contre eux. Nous ne sommes plus la même équipe qu'en début d'année», a-t-il rappelé, affichant clairement ses couleurs en vue des séries.

Deuxième tumultueuse

En première, les River Kings ont profité de l'indiscipline des Marquis, Nicolas Pard trompant la vigilance de Loïc Lacasse à la faveur de l'un des quatre avantages numériques obtenus.

La deuxième période a viré au cirque et le travail des officiels a été copieusement hué à maintes reprises. La controverse a débuté lorsqu'Hubert Poulin a été chassé pour six minutes pour coup de bâton et dardage. Le #97 a évidemment manifesté son mécontentement à haute voix et en bourrassant, ce qui lui a valu un autre 10 minutes pour mauvaise conduite. Pendant qu'il prenait la direction du vestiaire, un partisan s'est fâché en arrachant une poubelle pour la jeter sur la glace.

Les visiteurs ont profité d'un autre jeu de puissance pour prendre les devants 2-0 et les esprits se sont échauffés. Les amateurs de combat en ont eu pour leur argent. Luis Tremblay a jeté les gants devant Maxime Vachon pour une longue empoignade ponctuée de quelques bonnes droites et gauches de Tremblay. Les arbitres ne les ont séparés qu'après que les deux hommes, épuisés, sont tombés sur la glace. Vachon a été chassé pour un 10 minutes de mauvaise conduite.

Bob Desjardins, qui ne déteste pas provoquer, a ensuite envoyé le Jonquiérois Alexandre Gauthier jouer au matamore. Sauf que Francis Breault lui a opposé l'imposant Anthony Stewart qui n'a fait qu'une bouchée de Gauthier. Ce dernier a dû retraiter au vestiaire après avoir frappé durement la glace en tombant pendant que Stewart était acclamé par les partisans. Gauthier n'est pas revenu au jeu, coupé à l'arcade sourcilière.

Après cette séquence tumultueuse, les Marquis ont fini par trouver une faille au jeune cerbère de Cornwall. Profitant à leur tour d'un avantage numérique, P.J. Corsi a déjoué son cadet sur des passes de Carpentier et Jean-Michel Bolduc pour réduire l'écart un but. Il n'en fallait pas plus pour que les hommes forts entrent en scène. Cette fois, le Shérif Sean McMorrow a eu le meilleur sur Curtis Tidball, au grand plaisir de la foule. Malheureusement pour les locaux, François Ouimet a décoché un boulet de canon qui a frappé Lacasse avant de rouler dans l'enclave entre ses jambières.

En troisième, les Marquis ont trimé dur. P.J. Corsi s'est distingué en bloquant les tirs et en payant le prix lors d'un 5 vs 3 d'un peu plus d'une minute en troisième). Les Jonquiérois ont eu beau multiplier les tirs au but (15-3), le gardien Corsi a résisté jusqu'à ce que Jean-Michel Bolduc décoche un puissant tir de la ligne bleue avec 1min 22 à faire. Les locaux ont tenté de profiter d'un 6 contre 4 avec 38 secondes à faire, mais Cornwall a réussi à se sauver avec la victoire.

Le nouvel entraineur des Marquis Francis Breault... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie) - image 2.0

Agrandir

Le nouvel entraineur des Marquis Francis Breault

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Une occasion à saisir pour Breault

Francis Breault l'avoue d'entrée de jeu, il n'aurait jamais pensé être de retour derrière le banc d'une équipe du circuit Godin cette saison. Son frère Jocelyn et lui avaient en effet décidé de prendre une année sabbatique après trois saisons passées à diriger la formation de Sorel-Tracy.

«Je ne m'attendais pas du tout à cela!», concède-t-il en entrevue d'avant-match. «C'est une situation peu orthodoxe, car c'est rare qu'on change les entraîneurs à ce temps-ci de la saison. J'avais décidé de prendre une année sabbatique après trois bonnes années à Sorel, mais je trouvais que l'opportunité était bonne même si c'est loin (de chez lui à Acton Vale). Il ne reste que six matchs à la saison et les séries qui sont le meilleur moment de la saison», mentionne-t-il lorsqu'invité à expliquer ce qui l'avait incité à revenir derrière le banc.

«Je savais aussi qu'il y avait une bonne ambiance ici et que la gang de vétérans est prête», poursuit celui dont la présence de son frère comme adjoint a fait partie des discussions dès le départ.

Même s'il avait carte blanche en s'amenant à la barre des Marquis, Francis Breault n'a pas l'intention de tout chambouler pour imprégner son style. «Je continue ce qui a été fait, car il y a eu une très bonne job de fait durant l'année. Je vais essayer d'apporter mon expérience de coaching et de la ligue pour diriger les gars à la bonne place. Je veux les accompagner et essayer de me fondre dans le moule. Oui, il ne reste pas beaucoup de temps pour le faire, mais ça fait longtemps que je suis dans la ligue et on va y aller graduellement. De toute façon, les gars savent ce qu'ils ont à faire.»

Cela dit, le pilote de 48 ans a quand même fait ses devoirs avant de se présenter à Jonquière. «J'ai parlé à Claude (Bouchard) aujourd'hui (vendredi), à son adjoint (Martin Gagné) ainsi qu'à Marc Boivin et je suis au courant de pas mal d'affaires déjà. J'ai fait mes devoirs», souligne le nouveau pilote des Marquis qui vise bien sûr à ce que ses troupes mettent d'abord la main sur le championnat de saison.

Vendredi, Francis Breault s'attendait à un bon match de la part des siens contre Cornwall, une équipe qu'il ne faut pas prendre à la légère. «Nous avons perdu la semaine passée et les bons clubs ne perdent jamais deux matchs de suite. Ça prouve ta maturité quand t'es capable de jouer un bon match contre (un club comme) Cornwall», a-t-il conclu.

Sean McMorrow et Curtis Tidball ont échangé quelques... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie) - image 3.0

Agrandir

Sean McMorrow et Curtis Tidball ont échangé quelques politesses en deuxième période.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

En bref

• Jumelé à Jérémie Malouin et Olivier Croteau, le robuste Anthony Stewart était de retour à l'attaque dans l'alignement après trois semaines de remise en forme. Combiné au retour de Benoit Gratton, ce sont les attaquants Mathieu Brunelle et Jean-Simon Allard qui ont été laissés de côté. En défensive, Alex Bourret n'était pas en uniforme. C'est Christopher Guay qui a pris la relève à la ligne bleue...• Outre l'entraîneur Bob Desjardins, quatre anciens Marquis évoluent pour Cornwall, soit l'homme fort et Jonquiérois Alexandre Gauthier ainsi que les défenseurs Jonathan Parisien, William Lacasse et Danick Malouin...

• Affrontement fraternel pour deux familles hier : Jérémie Malouin affrontait son frère Danick alors que Peter James Corsi faisait face à son jeune frère Charles en poste devant le filet de Cornwall...

• C'était l'anniversaire de Martin Gagné hier. Celui qui avait pris la relève de Bob Desjardins au poste d'adjoint lorsque ce dernier a quitté pour Cornwall a repris ses fonctions de responsable de la vidéo avec l'embauche des frères Breault. Le copropriétaire et DG des Marquis, Marc Boivin a d'ailleurs souligné son dévouement pour l'équipe. «Martin est un précieux atout et c'est un gars qui a vraiment les Marquis tatoués sur le coeur », de souligner Boivin... 

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer