Fin de la séquence de victoires

Les Marquis de Jonquière ont cédé devant l'Assurancia... (Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay)

Agrandir

Les Marquis de Jonquière ont cédé devant l'Assurancia de Thetford, hier soir, au Palais des sports.

Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'Assurancia de Thetford a mis fin à une séquence de 13 victoires des Marquis de Jonquière à domicile en arrachant un gain de 4-3, hier soir, devant les 1461 spectateurs qui ont bravé le froid. Les Thetfordois ont en quelque sorte bouclé la boucle, eux qui avaient été les derniers, le 17 octobre, à quitter le territoire des Jonquiérois avec une victoire en poche.

La première période a été difficile pour les locaux, le cerbère Loïc Lacasse concédant deux buts sur les huit dirigés contre lui. Il faut dire que Thetford a affiché ses couleurs en alignant des agitateurs pour la première mise au jeu. Une distraction a semblé porter fruits puisque Alexandre Tremblay a fait mouche avec à peine une minute d'écoulée, en désavantage numérique par surcroît. Dix minutes plus tard, c'était au tour de Billy Lacasse de doubler l'avance des visiteurs.

Les Marquis se sont ressaisis en deuxième, en leur rendant la politesse d'entrée de jeu, lorsque Jérémy Vigneault-Bélanger a fait dévier le tir d'Alex Bourret derrière Gabriel Girard. Puis, Alexandre Néron a redonné une avance de deux buts aux visiteurs. À mi-chemin de la rencontre, le défenseur Samuel Groulx a enfilé son premier but de la saison sur un tir bas de la pointe. Ensuite, avec moins de trois minutes à faire en deuxième, François Fortier a créé l'égalité sur un superbe tir dans le haut de la lucarne. Bobby Baril a répliqué en déléguant ses ''goons'', dont ''l'Animal '' Joël Thériault qui était vraiment déchaîné. Pour passer sa frustration, il a d'ailleurs asséné une série de coups de bâton sur la bande du banc de son équipe. Avant de retraiter au vestiaire, la petite peste Martin Larivière s'est fait plaisir en narguant les partisans des Marquis.

En début de troisième, Thériault a continué de jouer les agitateurs en tentant d'intimider Hubert Poulin par une belle lichette dans la visière lors de la mise au jeu. Son geste restant impuni, il a continué à faire le matamore sur la glace. Bien que les officiels semblaient exaspérés, ils ne l'ont jamais envoyé réfléchir au cachot ou dans le vestiaire.

Peu après la manoeuvre de Thériault, Poulin a écopé d'une punition et la troupe du rusé Bobby Baril a profité de cet avantage numérique pour reprendre les devants 4-3 sur un tir de Stéphane Boileau. Les Marquis ont eu beau multiplier les tirs, enlever leur gardien en fin de match, bref tout tenter, le portier Gabriel Girard a refusé de céder. Ce dernier a d'ailleurs mérité la première étoile, lui qui a fait face à un bombardement de 54 tirs, dont 20 en deuxième et 19 en troisième. Les joueurs de l'Assurancia n'ont pu s'empêcher de narguer les partisans jonquiérois, les frères Bolduc en tête, en prenant bien leur temps pour quitter la patinoire.

Manque d'opportunisme

Malgré la défaite, l'entraîneur-chef Claude Bouchard a retenu davantage de points positifs de cette rencontre, notamment la remontée des siens alors qu'ils tiraient de l'arrière 2-0 puis 3-1. « Ce n'est jamais évident de jouer du hockey de rattrapage dans cette ligue-là. On a bien fait et si on avait été plus opportunistes, on aurait gagné ce match, car on a eu plusieurs occasions de marquer, estime le pilote des Marquis. La première a été très difficile pour différentes raisons, mais on a joué une très bonne deuxième et une très bonne troisième. Je pense qu'on a eu le mérite de bien revenir en deuxième et en troisième. Normalement, quand un club domine 54-23 dans les tirs au but, dont une vingtaine de chances de marquer contre une dizaine pour eux, ça signifie qu'on a assez bien performé pour gagner le match», a commenté Bouchard en donnant aussi le crédit au brio du gardien adverse.

Privé de deux de ses meilleurs marqueurs, Claude Bouchard a apprécié que ses troupes prennent la relève. « Ça nous démontre qu'il y a d'autres joueurs qui sont capables de prendre la relève. Un gars comme (Jean-Simon) Allard et (Christopher) Guay ont été très bons même si ça faisait un petit bout de temps qu'ils n'avaient pas joué dans la ligue.»

Il a aussi aimé l'attitude des siens en troisième. «Dernièrement, on jouait un peu sur les talons en troisième et on jouait davantage pour ne pas perdre que pour gagner. Ce soir, on n'a jamais joué sur les talons, bien au contraire! On a patiné, on a provoqué des choses, on a été bons en échec avant. C'est plus une question d'opportunisme en bout de la ligne. Ils ont seulement été plus opportunistes que nous.»

Quant au comportement de Thériault sur la glace, Bouchard a admis qu'il aurait aimé voir les arbitres sévir, mais comme ce n'est pas quelque chose qu'il peut contrôler, il doit se contenter de composer avec la situation. Cela dit, il ne croit pas que ses troupes ont été intimidées par les agitateurs de Thetford. «De la façon dont on a joué en deuxième et en troisième, on n'a pas joué comme une équipe qui était intimidée », a-t-il conclu.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer