Fortier ne regrette pas son choix

Premier choix des Marquis de Jonquière lors du... (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

Agrandir

Premier choix des Marquis de Jonquière lors du repêchage 2015, François Fortier se plaît dans son nouvel environnement et ne regrette pas d'avoir accepté l'offre des dirigeants de la formation jonquiéroise.

Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Premier choix des Marquis de Jonquière lors du repêchage de 2015, François Fortier ne regrette pas d'avoir accepté l'offre des dirigeants de la formation jonquiéroise de se joindre à l'équipe après avoir passé 13 dernières saisons dans les circuits européens.

En entrevue après la pratique tenue samedi midi, Fortier assure être heureux dans son nouvel environnement. «Je suis très content. C'est une belle organisation, une belle équipe. C'est pas mal ce à quoi je m'attendais», a indiqué celui qui a pu faire de nouveau équipe avec son ami Benoit Gratton, repêché tout de suite après Fortier par les Marquis.

En fait, l'ailier gauche de 36 ans est tout simplement heureux de pouvoir continuer à jouer au hockey dans du bon calibre tout en étant en mesure de concilier sa passion avec sa nouvelle vie au Québec. «Pouvoir continuer à jouer au hockey, être dans une bonne gang de gars et essayer de gagner le plus possible, c'est ce qui fait le fun au hockey», a-t-il résumé, taquiné au passage par son bon ami Benoit, avec la complicité sur la glace est évidente.

Le calibre et le côté robuste de la Ligue nord-américaine de hockey sont aussi à la hauteur de ce à quoi le #15 s'attendait. «J'avais entendu parler de la ligue en bien. C'est une très bonne ligue, qui s'améliore. C'est robuste, mais ça fait partie de la game», explique celui qui revient à peine d'une blessure à un genou.

Évidemment, quand il évoluait en Europe, Fortier prenait part aux entraînements quotidiens de l'équipe. En se joignant aux Marquis, les entraînements collectifs sont très rares, car la majorité des joueurs proviennent de l'extérieur. «C'est un gros changement, convient ce papa de trois jeunes enfants. D'habitude, on pratiquait chaque jour. C'est bien différent de travailler et de jouer au hockey. C'est sûr que ça a paru un peu (de ne plus avoir d'entraînements quotidiens) et que ça a demandé une adaptation, mais une fois qu'on a pris le rythme, ça va bien», assure celui qui travaille dans le domaine de l'excavation.

Pour une rare fois, les Marquis de Jonquière... (Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay) - image 2.0

Agrandir

Pour une rare fois, les Marquis de Jonquière ont pu tenir un entraînement de près de deux heures sur la glace du Palais des sports.

Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay

Les Marquis en bref

•Pour une première fois cette saison, l'entraîneur-chef Claude Bouchard et son adjoint Martin Gagné ont pu tenir un long entraînement avec presque tous les joueurs réguliers. D'une durée de près de deux heures, l'entraînement a été axé sur le synchronisme et l'avantage numérique.

•Aujourd'hui, les Marquis rendent visite au Cool FM au centre Lacroix-Dutil pour le deuxième match de la série aller-retour. Les hommes de Claude Bouchard parviendront-ils à arracher un premier gain en territoire beauceron? En effet, contre Saint-Georges, Jonquière a gagné tous ses matchs à domicile et le Cool FM a fait de même. À suivre...

•Les joueurs des Marquis sont vraiment très attentionnés envers leurs fans. Hier, le jeune Vincent Gilbert, deux ans et demi, voulait «taper dans la main des grands joueurs». On lui a déniché le candidat idéal en Jean-Michel Bolduc. L'imposant défenseur lui a même trouvé un bâton de hockey qu'il a fait couper avant de lui remettre. Le petit hockeyeur en herbe était aux anges!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer