L'heure d'être en mode séries

L'entraîneur Claude Bouchard croit que la recette du... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

L'entraîneur Claude Bouchard croit que la recette du succès se résume à limiter les revirements, à s'impliquer physiquement et à s'assurer d'une meilleure exécution de la structure défensive.

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'année 2016 vient de débuter, mais déjà, l'entraîneur-chef des Marquis de Jonquière, Claude Bouchard, a la tête à mars et aux prochaines séries éliminatoires dans la Ligue nord-américaine de hockey.

Les régionaux n'ont qu'une rencontre à leur calendrier cette semaine, vendredi, lors de la visite du Blizzard de Trois-Rivières. Ce duel entre rivaux devrait encore avoir des airs de séries alors que les Marquis devancent le Blizzard par trois points au sommet du classement général. «On n'a pas extrêmement bien joué la semaine dernière, il faut être honnête. On a dû bien jouer approximativement deux bonnes périodes sur six, et le classement s'est resserré», rappelle dans un premier temps Claude Bouchard, soulignant que sa troupe ne disputera qu'une seule rencontre lors de quatre des cinq prochaines fins de semaine, surtout contre des rivaux.

«Il faut trouver le moyen de mieux performer. On va déjà être rendus à notre 27e partie. Il va en rester seulement 13 par la suite. Ce n'est pas drôle à dire, mais quand il en reste si peu, tranquillement pas vite, notre façon de jouer doit ressembler à ce que tu veux montrer en séries. C'est sûr que c'est de bonne heure, mais peu importe la date, quand il en reste une quinzaine, il faut commencer à penser que les matchs qui restent vont te préparer pour les séries, et notre façon de jouer doit s'apparenter à ce qu'on veut montrer en éliminatoires», d'imager Claude Bouchard, précisant que la recette du succès de sa formation se résumait à trois éléments: limiter les revirements, l'implication physique et une meilleure exécution de la structure défensive.

«Si on est meilleurs dans ces facettes, automatiquement, on va offrir une meilleure performance et le pourcentage de victoire va être plus élevé. Si on est moins bons, ça risque d'être plus difficile», d'estimer Claude Bouchard, qui donne une bonne note à ses troupiers depuis le début de la saison sur ces aspects.

«On n'est pas premiers au classement pour rien. On est neuf matchs au-dessus de .500. Il faut trouver le moyen d'être plus constants là-dedans. Il y a des soirs où on le fait très bien et on est dominants», confie l'entraîneur, rappelant le dernier duel contre Trois-Rivières où ses troupiers ont dirigé 52 lancers sur le filet adverse dans une victoire de 5-2 au Palais des sports.

Échanges

La date limite des échanges dans la Ligue nord-américaine est dans trois semaines et questionné sur la stratégie jonquiéroise, Claude Bouchard a rappelé qu'un bon bout de chemin avait été fait depuis novembre avec les acquisitions de Mathieu Brunelle, Alex Bourret et Jérémy Vigneault-Bélanger, sans oublier les signatures d'Anthony Stewart et Smauel Groulx comme agents libres.

«Dans notre ligue, tu peux faire des échanges quand tu veux. C'est la différence avec le junior majeur où il y a des périodes à dates fixes. On a quand même rentré cinq nouveaux joueurs. Si on a à faire d'autres transactions, au niveau quantité, il n'y en aura pas beaucoup. Les changements qu'on avait à faire ont été faits. On reste à l'affût et s'il y a une possibilité d'améliorer l'équipe, on va le faire, mais dans l'ensemble, on aime bien l'équipe qu'on a sous la main», d'indiquer Claude Bouchard.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer