Gain convaincant des Marquis

Les Marquis de Jonquière ont signé un gain...

Agrandir

Les Marquis de Jonquière ont signé un gain convaincant de 5-2 face au Blizzard de Trois-Rivières.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Après avoir encaissé deux défaites de suite sur la route, les Marquis de Jonquière se sont présentés au Palais des sports avec la ferme intention de renouer avec la victoire. Et c'est ce qu'ils ont fait avec brio en signant un gain convaincant de 5-2 face au Blizzard de Trois-Rivières.

Les quelque 1378 spectateurs en ont eu pour leur argent, car même les amateurs de robustesse ont été servis, surtout en fin de rencontre où les partisans ont ajouté leur grain de sel pour rappeler aux Trifluviens qu'ils n'étaient surtout pas en territoire conquis.

Après la rencontre, le pilote Claude Bouchard était fier de ses guerriers «qui ont vraiment livré une bonne performance», a-t-il lancé d'entrée de jeu.

«La différence avec les deux derniers matchs, c'est qu'on a travaillé pendant 60 minutes. Le plan de match était de bouger nos pieds et de s'impliquer physiquement. Ça demandait de l'intensité. Quand on travaille, avec l'équipe et le talent qu'on a, c'est sûr que la majorité du temps, la performance est bonne et le résultat est positif. Ce soir, on a lancé 52 fois, alors on s'entend que leur gardien a été bon. S'il n'avait pas fait une couple de miracles, on aurait pu en marquer 8 ou 10.

«C'est le fun de voir qu'on est capable de rebondir. C'est la première fois de la saison qu'on perdait deux matchs en ligne. On se présentait ici contre l'équipe qui nous suivait de deux points au classement avec deux matchs en main et on savait qu'ils seraient prêts. Ça démontre qu'on a beaucoup de caractère. Et j'ai vraiment beaucoup aimé l'implication physique des joueurs. En deuxième moitié de saison, les équipes haussent leur jeu d'une coche et dans notre cas, ça veut dire être plus physique en s'assurant de finir nos mises en échec et de compétitionner dans nos un contre un et de gagner nos batailles contre les bandes. Dans ce temps-là, on impose notre tempo.»

Et de huit à la maison

En signant leur 8e victoire de suite à la maison, les Marquis ont préservé leur avance au premier rang de la ligue. Ils ont du même coup freiné Trois-Rivières qui surfait sur une séquence de quatre gains consécutifs, leur dernière défaite leur ayant justement été infligée par... les Marquis.

Pourtant, les visiteurs ont amorcé la rencontre en force. Thomas Beauregard a fait honneur à sa réputation en ouvrant la marque au profit des Trifluviens à peine 1mn20 après le début de la rencontre. Les Marquis ont ensuite résisté à un 5 contre 3 de plus d'une minute avant de voir P.J. Corsi (1re étoile) faisant preuve de patience pour servir une passe parfaite à Benoit Gratton qui n'a pas raté sa chance de créer l'égalité. Malgré la domination des locaux au chapitre des lancers (17-7), l'impasse a perduré jusqu'en fin de période.

En début de deuxième, les Marquis n'ont pu mettre à profit un jeu de puissance de près de deux minutes, mais le gardien Marco Cousineau ne perdait rien pour attendre. Les hommes de Claude Bouchard ont fait mouche à deux reprises pour porter leur avance à 3-1. Jean-Sébastien Bérubé sur un jeu de puissance, et Corsi sur un boulet, ont eu le meilleur sur le cerbère trifluvien qui a été bombardé à 15 reprises tandis que Loïc Lacasse devait rester vigilant avec à peine cinq lancers dirigés contre lui.

En troisième, les Marquis ont continué à mettre de la pression et le gardien du Blizzard a certainement été étourdi par le beau jeu de passes du trio de Gratton, Hugo Carpentier et Corsi qui a ainsi pu enfiler son 2e du match pour porter l'avance des locaux à 4-1. Hubert Poulin a réduit l'écart à deux buts, mais Christophe Lalonde a aussitôt répliqué pour clore le débat à 5-2.

Tumulte en fin de match

La fin de la rencontre a été tumultueuse, tant sur la glace que derrière le banc des visiteurs.

Keven Veilleux a cinglé Jean-Michel Bolduc, pour ensuite s'en prendre à Olivier Croteau par derrière, ce qui a mis le feu aux poudres. Une escarmouche a éclaté entre un partisan qui s'en est pris au gardien substitut Marc-Antoine Gélinas. Puis, Hubert Poulin, qui avait été expulsé, est ressorti en bedaine du vestiaire et a invité les partisans à venir l'affronter. Entre-temps, l'entraîneur du Blizzard, Alain Côté, a fait semblant de boxer sur son banc pour signifier qu'ils avaient gagné leurs combats.

«Dans ce temps-là, on prend des notes, on voit ce qui se passe et on lui a dit que nous avions une bonne mémoire tout simplement, ce qui est de bonne guerre, a commenté Claude Bouchard en point de presse. Par après, il a fait son show (en faisant semblant de boxer sur le banc) et j'ai l'impression que les partisans n'ont pas aimé son show parce que Trois-Rivières en a eu plein les bras. Je pense qu'il a mis le feu plus qu'autre chose. On est conscients qu'on a les meilleurs partisans de cette ligue et dans un situation comme celle-là, ils ont fait sentir leur présence et c'est bien apprécié des joueurs.»

Des verres et des bouteilles pleins de liquides ont fusé. Le préposé à l'équipement, Raynald Beauregard, était furieux et ce sont les joueurs qui l'ont retenu. La police est intervenue pour calmer les esprits.

Une pluie de pénalités a été décernée de part et d'autre si bien que les deux gardiens substituts avaient chacun suffisamment de place pour s'asseoir sur le banc des joueurs avec moins de quatre minutes à faire dans le match.

«On a 23 matchs joués et ce n'est pas arrivé souvent qu'on a parti le chiard, a souligné Claude Bouchard. Aujourd'hui (hier), ce sont eux qui ont été les instigateurs.» Pourtant, c'est souvent Jonquière qui semble plus marqué par les officiels, mais pas hier soir. «C'est le fun! Pour la première fois peut-être depuis le début de la saison, on a eu plus d'avantages numériques que l'autre équipe. On ne s'en plaindra pas», a-t-il conclu en riant.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer