Marquis: évaluation positive des troupes

À mi-chemin de la saison, Claude Bouchard trace un bilan positif de la... (Archives Le Progrès-Dimanche)

Agrandir

Archives Le Progrès-Dimanche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À mi-chemin de la saison, Claude Bouchard trace un bilan positif de la progression de ses troupes. Non pas en se basant sur leur position avantageuse au classement de la Ligue nord-américaine de hockey, mais bien sur la performance livrée par ses troupes malgré les changements apportés et la quasi-absence d'entraînement collectif.

L'entraîneur-chef des Marquis de Jonquière, Claude Bouchard, est... (Photo Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie) - image 1.0

Agrandir

L'entraîneur-chef des Marquis de Jonquière, Claude Bouchard, est satisfait du rendement de ses troupes à mi-chemin de la saison, mais il sait que son groupe devra augmenter son niveau de jeu d'un cran pour la 2e moitié du calendrier afin de bien se préparer en vue des séries.

Photo Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie

«Ce qui est important, ce n'est pas d'être premiers au classement, mais bien plus l'évaluation de notre fiche en termes de victoires, de défaites, le nombre de buts à 5 contre 5, en avantage ou en désavantage numérique, etc. On pourrait être troisièmes, avoir cette fiche-là et on serait quand même contents», a expliqué le pilote des Marquis en entrevue téléphonique vendredi.

Cela dit, il ne peut qu'être satisfait du rendement de ses troupes à ce moment-ci de l'année, surtout avec la parité qui prévaut dans le circuit Godin. «Si vous m'aviez dit en début de saison qu'après 21 matchs, on aurait une fiche de 15 victoires, 5 défaites et une défaite en prolongation, je ne vous aurais pas cru. Dans ce circuit, de mauvaises équipes, il n'y en a pas. Même Cornwall, qui a un peu plus de misère, nous a battus et a battu Thetford et Laval. Soir après soir, tu ne peux pas te permettre de relâchement, parce que peu importe contre qui tu joues, c'est une lutte de tous les instants et l'équipe qui va gagner sera celle qui sera la mieux préparée, qui va travailler le plus fort et qui va faire les petits détails. Les équipes ne peuvent plus se fier uniquement sur leur talent. C'est maintenant plus une question de préparation et d'intensité. Considérant qu'on pratique peu ou pas et qu'on a perdu plusieurs joueurs par rapport à l'an passé, notre fiche actuelle a encore un meilleur goût.»

Nouveaux visages

Effectivement, le portrait des Marquis a passablement changé depuis l'an dernier, et ce, pas juste derrière le banc. Depuis le début de la présente campagne, les Marquis se sont départis, pour différentes raisons, de joueurs importants des éditions précédentes, soit l'ex-capitaine Bruno Saint-Jacques, Simon Laliberté, Dominic Léveillé, Francis Charette, Patrick Bernier, le gardien Pier-Olivier Pelletier. Le défenseur Nicolas Marcotte ne s'est pas joint à l'édition actuelle et le robuste Alex Penner n'est pas disponible en raison de son emploi. Tout ce beau monde représente près de la moitié de l'équipe. Malgré tout, la mouture 2015-16 continue de connaître du succès. «On compense par une équipe qui travaille, par notre intensité et le respect des consignes, estime Claude Bouchard. C'est ce qui a fait la différence jusqu'à maintenant. On est conscients que, tranquillement pas vite, on s'est bâti une identité avec ça et qu'il ne faut pas sortir de cette identité, sinon ça devient plus difficile.»

La chimie et l'esprit d'équipe qui animent le groupe font aussi partie des atouts qui distinguent la formation jonquiéroise. «Notre chimie d'équipe fait partie de notre identité. Quand on fait des changements, on s'assure que le nouveau venu va ''fitter'' avec le reste de l'équipe, car on est conscients que la chimie de l'équipe est bonne. Les gars sont contents de se voir les fins de semaine, ils sont sérieux et ils veulent gagner.» Cet esprit de groupe tissé serré est fort apprécié par les joueurs qui le disent ouvertement. Plus d'un confirme que cet atout a balayé les hésitations de jouer à Jonquière, même si c'est plus éloigné du milieu de vie des joueurs que d'autres concessions.

En mode séries

Alors que la deuxième moitié du calendrier est à peine entamée, Claude Bouchard s'affaire déjà à préparer ses troupes en vue des séries.

«L'objectif de la saison est de gagner les séries éliminatoires. Il faut donc se servir de la deuxième moitié de saison pour trouver le moyen de jouer des matchs qui vont se rapprocher des matchs de séries. Le niveau de compétition va monter d'une coche en deuxième moitié de saison et d'une autre coche en séries. Il faut donc trouver le moyen d'augmenter notre niveau de jeu en conséquence, en gérant mieux notre temps de possession de rondelle, en étant encore plus disciplinés dans nos structures sans la rondelle et plus disciplinés concernant les pénalités», souligne l'entraîneur-chef des Marquis.

«Considérant la parité du talent dans les équipes de la ligue, ce sont les petits détails qui vont faire la différence au bout du compte. Si on veut être capables de maintenir ces performances en deuxième moitié de saison, il faut être plus efficaces dans certains détails de la ''game'' et c'est là-dessus qu'on va insister», martèle-t-il.

Pour y parvenir, il recourra au tableau et aux vidéos et aux fameuses pratiques. Un entraînement mensuel est déjà prévu pour janvier et février, et d'autres pourraient s'ajouter si le besoin se fait sentir. «Les gars sont ouverts à ça. Ils ont beaucoup d'expérience, ils ont gagné ces dernières années et ils ont perdu l'an passé. Ils savent que ce sont les détails qui vont faire la différence au fur et à mesure qu'on va avancer et qu'il faut prendre les moyens pour les améliorer», soutient Claude Bouchard qui souhaite notamment améliorer l'efficacité en avantage numérique.

Quant aux possibilités d'échanges d'ici la date limite du 2 février, le pilote des Marquis ne s'attend pas à beaucoup de changements, «bien qu'on cherche toujours à améliorer l'équipe». «La possibilité d'ajouter un joueur ou deux n'est pas impossible. Mais si on a des changements à faire, ils ne seront pas nombreux, assure-t-il. On aime l'équipe qu'on a sous la main présentement. Il nous manque un ou deux styles de joueurs pour bien compétitionner dans les séries, mais on va évaluer ça. On est convaincu qu'il ne nous manque pas grand-chose pour avoir l'équipe idéale pour commencer les séries.»

Comme toutes les autres équipes du circuit, les Marquis aimeraient bien mettre la main sur un gros ailier robuste, capable de jeter les gants de temps en temps. Actuellement, ils peuvent compter sur Alex Penner, mais le hic pour l'instant, c'est que son emploi fait en sorte qu'il n'est pas disponible avant les Fêtes et qu'il devra s'assurer de disputer les cinq matchs réglementaires requis pour être éligible aux séries éliminatoires.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer