Les Marquis blanchis à Sorel

Les Éperviers de Sorel-Tracy n'avaient pas l'intention de faire de cadeau à la... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les Éperviers de Sorel-Tracy n'avaient pas l'intention de faire de cadeau à la visite et les Marquis de Jonquière en ont fait les frais en étant blanchis 3-0 devant les 1160 spectateurs réunis au colisée Cardin.

En fait, les amateurs de hockey ont eu droit à tout un duel de gardien de but. Chez les Marquis, Loïc Lacasse a vu beaucoup de caoutchouc, en faisant face à un tir nourri de 47 lancers. Son vis-à-vis, Mathieu Dugas, était en très grande forme lui aussi, bloquant les 33 tirs décochés par les Jonquiérois. D'ailleurs, il aura fallu attendre en deuxième période avant qu'une des deux équipes parvienne à s'inscrire au pointage. À 5mn22 du deuxième engagement, Kévin Gadoury a réussi à déjouer le cerbère des Marquis. Ce sera le seul but inscrit en 40 minutes de jeu, et ce, malgré cinq avantages numériques uniquement en deuxième pour les Sorelois. À mi-chemin du dernier vingt, Vincent Couture a doublé l'avance des locaux tandis qu'avec 46 secondes à faire dans la rencontre, Marco Charpentier a fait mouche dans un filet désert.

Pour l'entraîneur-chef des Marquis Claude Bouchard, l'équipe qui a travaillé le plus fort est celle qui a gagné. «C'est un soir à oublier. Les gars n'ont pas travaillé. Ce soir (hier), on avait (Francis) Charette, (Benoit) Gratton qui était de retour et (Yannick) Riendeau qui se joignait à l'équipe. C'est beaucoup de talents offensifs et quand tu rentres des gars de même dans l'alignement, on a parfois la pensée magique que ce sera facile et que tout va se faire tout seul. Donc, ce soir, on n'a pas travaillé, on a manqué d'intensité et on n'a pas respecté les consignes. «Comme je le dis souvent, avec la parité qui existe dans la ligue, quand tu ne travailles pas et que tu ne joues pas dans le système, t'es dans le trouble. Les gars en sont conscients. Ce soir, on n'a pas bougé nos pieds, on ne s'est pas impliqués physiquement, on n'a pas donné de mise en échec et on n'a pas compétitionné dans nos un contre un. Le talent, ce n'est pas tout! L'autre équipe a travaillé plus fort que nous.»

Le pilote des Marquis confirme que ses protégés doivent une fière chandelle à leur gardien. «C'est lui qui nous a permis d'être encore dans le match après deux périodes. S'il n'avait pas été là, on aurait facilement tiré de l'arrière par trois ou quatre buts. Au nombre de désavantages numériques qu'on a eus (12), il a eu à faire de bons arrêts! Il est solide depuis le début de la saison et (hier) il nous a permis d'espérer. Malheureusement, ça n'a pas fait» de conclure Bouchard.

De fait, chaque équipe a fait preuve d'indiscipline, mais aucune n'a su mettre à profit les nombreux avantages numériques (12 pour Sorel et 10 pour les Marquis, dont six en troisième).

Claude Bouchard compte effectuer des changements de trios pour le match de ce soir, au Palais des sports, alors que les Marquis accueilleront Dean Lygitsakos et sa troupe du Cool FM de Saint-Georges à compter de 19h30.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer