Troisième match de la série Marquis-Prédateurs

Pas question de lever le pied

L' entraîneur des Marquis, Dean Lygitsakos, souhaite que... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

L' entraîneur des Marquis, Dean Lygitsakos, souhaite que ses joueurs profitent du troisième match pour acculer les Prédateurs au pied du mur.

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Johanne Saint-Pierre
Le Quotidien

Menant 2-0 dans la série quart de finale de la LNAH, les Marquis de Jonquière tenteront d'acculer les Prédateurs de Laval au pied du mur, vendredi, au Palais des sports, à l'occasion de l'important match #3. Mais il n'y a rien de plus dangereux qu'une bête coincée et le pilote des Marquis, Dean Lygitsakos, s'attend Laval tente de rebondir pour se sortir d'impasse.

«Quand on a l'occasion de prendre les devants avec une bonne équipe, c'est sûr qu'on va essayer de ne pas manquer notre chance. On a l'occasion de mettre de la pression et on ne lèvera pas le pied, convient le grand manitou des Marquis. Par contre, je crois qu'une équipe qui a du caractère et qui est acculée au pied du mur ne se laissera pas faire. Je suis sûr que Laval va jouer son meilleur match vendredi et il va falloir lever notre jeu d'un cran.»

Lors des deux premiers matchs, les Prédateurs ont joué la carte de l'intimidation en début de rencontre. Doit-on s'attendre au même scénario vendredi? «On ne sait pas à quoi s'attendre. Comme je dis souvent, on contrôle ce qu'on peut contrôler et nous serons prêts à toutes éventualités.»

Profondeur utile

À quelque chose malheur est bon, dit l'adage qui convient parfaitement aux Marquis. La saison des locaux a été passablement éprouvée par les blessures, des absents pour des projets personnels ou professionnels, en plus de suspensions. Si bien que les entraîneurs (et les joueurs) ont l'habitude de travailler avec des trios remaniés. À la blague, Dean Lygitsakos disait, avant le début de la série, que ce serait la première fois qu'il pouvait travailler avec un alignement complet. Cette première n'aura duré que huit secondes, rappelle-t-il en riant, lui qui aura perdu les services d'Olivier Croteau et de Jean-Sébastien Bérubé le premier week-end.

«On a eu trois nouveaux joueurs dans l'alignement dimanche et ils ont contribué de façon significative. S'il y a une chose que notre traversée du désert nous a donnée, c'est notre confiance inébranlable en l'ensemble de notre personnel. On n'a pas besoin de changer notre approche», soutient Lygitsakos qui peut compter sur une relève affamée de jouer. Il cite en exemple le défenseur Jonathan Parisien «qui était extrêmement déçu de ne pas avoir joué vendredi dernier. Il a joué un match colossal dimanche. C'est super valorisant de voir ces gars arriver.»

Lygitsakos a encensé ses joueurs qui font en sorte que peu importe qui est sur la glace, tous gardent le cap sur l'objectif ultime.

«Je ne suis pas surpris, mais plutôt impressionné de voir comment les gars s'intègrent rapidement dans l'alignement. Nous avons de saprés bons vétérans qui ont vraiment embarqué dans la culture qu'on essaie d'instaurer et je n'ai plus besoin de demander d'intégrer un joueur. En quatre ans, certains se sont améliorés tant au niveau hockey que sur le plan personnel. Je constate une évolution positive et ils véhiculent le message aux autres. Tous sont ouverts à nos enseignements et ça se reflète sur la glace.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer