Série Marquis-Prédateurs

Des choix déchirants à faire

Pierre-Olivier Pelletier sera l'homme de confiance des Marquis... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

Pierre-Olivier Pelletier sera l'homme de confiance des Marquis devant le filet pour entreprendre la série face aux Prédateurs, ce soir, au Palais des sports.

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

L'entraîneur-chef des Marquis, Dean Lygitsakos, a eu des choix déchirants à faire, non seulement pour le premier match de la série quatre de sept contre les Prédateurs de Laval, mais également pour la liste de 30 joueurs disponibles pour la première ronde.

Interrogé sur les joueurs qui ont été laissés de côté dans les deux cas, le grand manitou des Marquis n'a pas voulu nommer de noms, confirmant toutefois que les listes étaient prêtes. «Comme j'ai dit aux joueurs, l'alignement qu'on a fait, c'est celui de vendredi, pas celui pour toutes les séries», souligne Dean Lygitsakos qui s'ajustera en fonction de l'allure de la série.

«On n'hésitera pas à faire appel à ceux qui sont en attente et qui ne le méritent pas à l'heure actuelle. Je sais que tous les joueurs veulent jouer le match numéro un, ce n'est pas facile de leur dire, surtout qu'ils ne méritent pas d'être sortis de l'alignement. L'expérience qu'on a acquise lors des dernières années démontre très clairement qu'on va avoir besoin de tout notre monde pour passer au travers.

La liste de 30 est modifiable après chaque ronde, sauf pour les joueurs suspendus qui ne peuvent être retirés.

Premier match

Le fameux premier match sera disputé ce soir, au domicile des Marquis. L'idéal pour les Jonquiérois serait bien entendu de remporter le duel initial, mais un quatre de sept ne se joue pas en une soirée.

«Si tu me demandes si je veux gagner la première, absolument. Si je la perds, est-ce que la série est finie, absolument pas. C'est pareil pour eux. S'ils perdent la première, ça ne veut rien dire. C'est le premier qui en gagne quatre», raconte l'entraîneur-chef.

«Si tu me demandais comment je veux gagner mes séries, ce serait en quatre tout le temps. Ce serait la meilleure méthode pour que je dorme bien la nuit. On parle souvent des matchs 1-3-5-7 et ceux à domicile. Il y a autant de clichés que de scénarios. La seule chose que je sais, c'est que l'équipe qui gagne quatre matchs avant l'autre remporte la série», rappelle-t-il.

Avec deux clubs qui n'ont pas peur des coups d'épaule, l'action ne devrait pas manquer sur la patinoire. Pour Dean Lygitsakos, les partisans et la direction des Prédateurs attendent depuis deux ans d'avoir une formation représentative et à leur goût et ils vont certainement s'en servir. «Normalement, quand deux équipes avec des styles similaires s'affrontent, ça fait des flammèches», d'estimer le grand manitou des Marquis qui a tenu un entraînement, hier soir, avec une dizaine de joueurs et fera la même chose ce matin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer