Gain des Marquis en fusillade

Soir de montagnes russes

Jérémie Malouin a menacé le filet défendu par... ((Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie))

Agrandir

Jérémie Malouin a menacé le filet défendu par Louis Ménard, malgré la présence d'Étienne Archambault.

(Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Johanne Saint-Pierre
Le Quotidien

(JONQUIÈRE) Les Marquis ont fait vivre des montagnes russes d'émotions aux 1437 spectateurs réunis au Palais des sports, hier, en arrachant une victoire de 6-5 en fusillade aux 3 L de Rivière-du-Loup. Encore une fois, Yannick Rindeau a été la bougie d'allumage.

En prime, grâce à cette victoire, les Marquis ne sont plus qu'à deux points des meneurs, les Éperviers de Sorel-Tracy, doublés 4-2 par Trois-Rivières, avec un match en main par surcroît.

Pilote de la formation hier soir, Éric Haley a salué le travail de ses troupes, dont une relève qui a bien répondu aux attentes.

«C'est un match très important parce que nous sommes en préparation pour les séries et nous bataillons pour la première position. En plus, nous avions un alignement qui allait chercher toute notre profondeur. Il faut féliciter les 30 joueurs des Marquis. Les vétérans font sentir nos jeunes à l'aise et qu'ils font partie de l'équipe», a-t-il commenté d'entrée de jeu.

Outre le talentueux Riendeau, Haley a aussi eu de bons mots pour sa troisième ligne «qui s'est aussi levée lorsqu'on tirait de l'arrière 5-3», notamment pour Yann Poirier qui a lui aussi trimé dur toute la soirée.

«Ça fait neuf ans que Dean (Lygitsakos) et moi, on le "coache". C'est un fier travaillant. Il y a eu des matchs où nous avons été très durs avec lui, mais aujourd'hui, je suis fier de lui», a-t-il signalé.

Haley a aussi apprécié le retour du défenseur Bruno Saint-Jacques, notamment en avantage numérique. "Ça a fait toute la différence», a-t-il convenu.

Première frustrante

Tant Louis Ménard que Pier-Olivier Pelletier ont vu beaucoup de caoutchouc durant la soirée, le premier ayant fait face à 46 tirs et le second à 40.

Cela dit, le premier vingt aura été incroyablement frustrant pour les locaux qui se sont heurtés à un cerbère à la fois intraitable et chanceux en Ménard. Le Jonquiérois d'origine a donné tout un spectacle en repoussant 21 tirs. De l'autre côté, son vis-à-vis a concédé trois buts sur 11 lancers. Pelletier n'avait toutefois pas grand-chose à se reprocher sur les tirs du rapide Chad Lacasse, de Marc-Olivier D'Amour (a.n.) et de Nicolas Dumoulin.

La pause aura été bénéfique pour les locaux qui sont revenus en force en deuxième, en inscrivant deux buts en 85 secondes dès les trois premières minutes de jeu. Yannick Riendeau a de nouveau pris les choses en main. Le #13 a d'abord mené la charge en compagnie de Corsi et Allard pour finalement trouver la faille dans la muraille de Ménard. Jonathan Paiement (Saint-Jacques/Riendeau) a ensuite réduit l'écart à 3-2.

Les Marquis ont continué à mettre de la pression et ils ont vu leurs efforts récompensés lorsque Riendeau (Allard) a créé l'égalité en menottant superbement Ménard. Pendant ce temps, c'était au tour de Pelletier d'y aller d'arrêts.

Le vent a de nouveau tourné en troisième, lorsque Penner a écopé d'un coûteux quatre minutes au cachot (coup de bâton et faire trébucher). Soixante-six secondes ont suffi pour qu'Étienne Archambault et Marc-André Tourigny donnent une avance de 5-3. Les Marquis leur ont rendu la monnaie de leur pièce, créant de nouveau l'impasse avec deux buts en 70 secondes par l'entremise de Luis Tremblay et de Michaël Novosad, dans les deux cas avec la complicité de Yann Poirier.

Avec 55 secondes à faire, les partisans pensaient bien que Riendeau aurait tiré les marrons du feu, mais ce fut plutôt la prolongation. Encore une fois, Ménard est venu frustrer les locaux avec un arrêt in extremis pour forcer les tirs de barrage. Les trois francs-tireurs délégués, Allard, Riendeau (qui a ébloui la foule en mystifiant Ménard) et Corsi ont tous fait mouche, tandis que Pelletier n'avait cédé que devant Tourigny.

Combats

Tirant de l'arrière 2-0 en première, les hommes forts des Marquis sont entrés en scène pour changer le tempo. Deux colosses, Alex Penner et Ryan Murphy, se sont affrontés dans une épreuve de force où c'est Murphy qui a décoché le plus de coups. La foule n'a pas vraiment apprécié et a manifesté son mécontentement. D'ailleurs, ce fut une soirée à oublier pour Penner...

Puis, le chouchou des partisans locaux, Gaby Roch, a enchaîné avec le jeune Dave Hamel pour un combat ouvert. L'aguerri Roch a eu le meilleur, cette fois à la satisfaction des spectateurs.

Jstpierre@lequotidien.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer