Victoire sur les River Kings

Riendeau inspire les Marquis

Yannick Riendeau a connu un fort match en... ((Photo Jeannot Lévesque))

Agrandir

Yannick Riendeau a connu un fort match en attaque pour mener les Marquis à la victoire.

(Photo Jeannot Lévesque)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Johanne Saint-Pierre
Le Quotidien

(JONQUIÈRE) Le brio offensif de Yannick Riendeau a permis aux Marquis de Jonquière de soutirer une victoire in extremis de 4-3 aux River Kings de Cornwall, hier, devant un peu plus de 1200 spectateurs réunis au Palais des sports.

Après la tumultueuse rencontre contre Sorel-Tracy la semaine dernière, il était prévisible que le match contre une formation peu robuste comme les River Kings serait beaucoup moins fertile en émotions. Et ce fut le cas jusqu'en troisième où les locaux ont heureusement levé l'intensité d'un cran.

Première étoile de la rencontre, Riendeau s'était distingué en contribuant aux trois premiers buts des siens. Puis, avec 28 secondes à faire, le #13 a soulevé la foule en se moquant de la défensive pour contourner le filet et battre de vitesse le gardien Pete Karvouniaris pour procurer la victoire aux locaux, privés de plusieurs réguliers. Les Marquis sont donc restés invaincus en cinq duels contre Cornwall et ont empoché deux autres précieux points au classement.

«Ce fut un match difficile, a convenu Éric Haley, entraîneur-chef en l'absence de Dean Lygitsakos. Il nous manquait plusieurs éléments, mais comme on a pu le constater encore une fois, la profondeur de l'équipe a fait le travail. Il ne faut pas oublier non plus que Cornwall a une jeune équipe très rapide avec de nouveaux joueurs qui tentent de faire leur place. Ça les motive à bien performer.»

Cela dit, il a souligné l'intensité démontrée par ses troupes en troisième qui ont passé la majorité de leur temps en zone adverse (15 tirs au but contre 6 pour Cornwall). Selon lui, le manque d'entraînement collectif des derniers temps explique que les choses soient plus lentes à se mettre en place.

«C'est pour ça qu'en troisième, nos jambes et la chimie étaient meilleures», a-t-il conclu en promettant, avec les séries qui se pointent, de remédier à cette situation.

Lent départ

Le cerbère de Cornwall a bien mérité la troisième étoile, lui qui a frustré les locaux sur plusieurs belles pièces de jeux et fait face à 40 tirs. D'ailleurs, il aura fallu attendre la 15e minute de jeu pour voir Francis Charette inscrire l'unique but du premier vingt à la faveur d'un jeu de puissance, sur un beau tir du poignet. Après une première moitié de deuxième tout aussi tranquille, les deux clubs se sont échangés des buts de part et d'autre en l'espace de quatre minutes. Julien Houle a créé l'égalité en profitant de la confusion devant le filet des Marquis. À peine une minute plus tard, Dominic Léveillé redonnait l'avance aux siens sur un beau jeu de tic-tac-toe en compagnie de Yannick Riendeau et Charette. Les réjouissances ont été de courte durée, le défenseur grand format Sasha Pokulok profitant de sa longue portée pour glisser la rondelle in extremis entre le poteau et le bout de la jambière de Pelletier pour créer de nouveau l'égalité.

La troisième a été beaucoup plus intense et les Marquis ont mis la machine en marche. À peine une minute s'est écoulée que Luis Tremblay s'est porté à la défense de ses coéquipiers en servant une correction à Steve Simoes. Malheureusement, cette victoire aux poings n'a pas été profitable, puisque François Ouimet déjouait seul Pelletier, qui n'a pas connu sa meilleure soirée.

Face à un retard de 3-2, Peter-James Corsi (2e étoile) a ramené la bonne humeur chez les partisans en déviant le tir de Jonathan Paiement derrière Karvouniaris à la faveur d'un jeu de puissance. Puis, Riendeau a clos le débat brillamment au grand plaisir de la foule.

Jstpierre@lequotidien.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer