Les Marquis font fi de l'adversité

Reconnus comme des guerriers, les Marquis de Jonquière... ((Photo Rocket Lavoie))

Agrandir

Reconnus comme des guerriers, les Marquis de Jonquière ont fait fi des épreuves pour signer une victoire convaincante de 4-1 face au Cool FM de Saint-Georges de Beauce, à la grande satisfaction des 1521 spectateurs réunis au Palais des sports.

(Photo Rocket Lavoie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Johanne Saint-Pierre
Le Quotidien

(Jonquière) Reconnus comme des guerriers, les Marquis de Jonquière ont fait fi des épreuves pour signer une victoire convaincante de 4-1 face au Cool FM de Saint-Georges de Beauce, à la grande satisfaction des 1521 spectateurs réunis au Palais des sports. Dans la victoire, Yannick Riendeau a été encore plus étincelant en contribuant sur trois des buts des siens en plus d'y aller de sa propre contribution pour une soirée de quatre points.

Si c'est dans l'adversité que l'on voit les vrais guerriers, les Marquis ont largement mérité leurs épaulettes hier. Pour les Jonquiérois, les obstacles ont commencé bien avant de sauter sur glace, hier. Après la rencontre, le pilote des Marquis, Dean Lygitsakos, a encensé ses troupes, en relatant la folle épopée qui a précédé la rencontre.

Devant déjà composer avec une jeune équipe en raison des nombreux blessés, le pilote des locaux avait appris jeudi qu'Alex Penner a dû se désister en raison des problèmes de santé de sa conjointe. Puis, alors qu'il était en route pour Jonquière, le gardien Pier-Olivier Pelletier a été obligé de rebrousser chemin pour se rendre auprès de son épouse hospitalisée pour des difficultés respiratoires.

Après avoir appris à Frédéric Piché qu'il serait le partant durant le trajet à Jonquière, Lygitsakos a demandé au jeune gardien Charles Corsi de s'amener en renfort, mais ce dernier ne pouvait être à Saguenay à temps. Il s'est donc tourné vers Maxim Gougeon qui a accepté d'aider les locaux. Lygitsakos a donc fait signer deux contrats peu avant le match, l'un à Gougeon et l'autre à Charles Bergeron. Le grand manitou a louangé le jeune défenseur. «Il a joué un sale match ce soir. J'ai adoré sa ''game''! (...) Parisien a levé son jeu d'un cran, Paiement a été dominant et Riendeau, j'aurais payé mon 16$ pour le voir jouer ce soir.» Le 13 a été magistral, lui qui a passé la majeure partie de son temps sur la glace.

«Qu'est-ce qui peut arriver de pire que ça? On a joué à 17 joueurs, on a signé deux joueurs avant le début du match, le 5 contre 3 on a essayé de faire les plans avant le match, mais aucun des joueurs présents n'avait joué ensemble dans cette situation. Ils avaient tous de nouveaux rôles. Ça fait deux semaines qu'on pratique les 5 contre trois et aucun des joueurs qui l'ont fait n'était là.»

Piché a mérité le casque défensif, l'offensif est allé à Riendeau et celui du guerrier a été décerné à Carpentier.

Avec cette victoire dans l'adversité, les Marquis seront affamés d'ajouter un autre deux points ce soir, contre Thetford Mines.

Bon départ

Les Marquis ont marqué dès le début de la rencontre sur un tir de Peter-James Corsi et ses compagnons de trio pour l'occasion, Yannick Riendeau et Hugo Carpentier. Comme un malheur n'arrive jamais seul, Carpentier a été sorti du match après 13 minutes de jeu sur une mise en échec de Kéven Dupont qui a écopé d'un cinq minutes (mise en échec... à la tête) sur la séquence. L'as-marqueur des Jonquiérois a quitté pour l'hôpital pour ce qui semblait être une fracture à la clavicule.

«Je suis tellement fier du groupe ça n'a aucun bon sens. On savait qu'on était magané et qu'on avait perdu des soldats lors du dernier match qui fut émotif. (...) Toutefois, je ne veux pas regarder la liste des blessés, mais celle des joueurs présents qui ont joué tout un match. On a été disciplinés dans notre système qui était strict. Les gars ont pris ça comme un défi. On a lancé un message aux équipes de la ligue pour dire que les Marquis ont de la profondeur et peuvent gagner n'importe quel soir», a commenté Lygitsakos.

Ces remaniements constants ont fait en sorte que la plupart des joueurs se sont retrouvés dans des rôles inhabituels. Le pilote des Marquis préférait en rire, mais tous ceux qui ont pratiqué les avantages à 5 contre trois étaient absents hier. Ils ne pouvaient donc pas en vouloir à la relève de ne pas être en mesure de capitaliser sur deux 5 contre 3 (un peu plus de deux minutes au total) en fin de première. Mais avec 1mn04 à jouer avec un avantage d'un homme, c'est finalement Jonathan Paiement (Riendeau/Michael Novosad) qui a fait mouche sur un tir de la pointe. Les Marquis ont d'ailleurs dominé les visiteurs au chapitre des lancers (16 tirs contre 8).

En deuxième, il faudra attendre les cinq dernières minutes de jeu avant que les cordages ne bougent de part et d'autre. Les Beaucerons ont réussi à réduire l'écart à 2-1 sur un but du Jonquiérois Jérémy Vigneault-Bélanger, bien posté près de l'enclave.

Deux minutes plus tard, les Marquis reprenaient leur avance de deux buts sur un beau tir de Jean-Simon Allard, avec l'aide de Riendeau. Ce dernier mettra d'ailleurs ses talents de marqueur à profit en déjouant Marco Émond d'un superbe tir du revers pour porter l'avance des locaux à 4-1. Jérémie Malouin a récolté une passe sur le jeu.

Avec 1nm47 à faire, Saint-Georges a retiré son gardien au profit d'un 6e attaquant et n'eût été du brio de Piché qui a bloqué un tir sur une spectaculaire pirouette, la manoeuvre aurait pu porter ses fruits, car les visiteurs profitaient en outre d'une pénalité aux Jonquiérois.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer