Impitoyables Marquis

Les Marquis de Jonquière ont été impitoyables envers... ((Photo Rocket Lavoie))

Agrandir

Les Marquis de Jonquière ont été impitoyables envers les 3L de Rivière-du-Loup qu'ils ont malmenés 8-2. En plus de balayer les honneurs de la série aller-retour, les hommes de Dean Lygitsakos ont offert aux 1576 spectateurs réunis au Palais des sports un excellent un festival offensif, poussant même l'audace à marquer deux buts consécutifs en désavantage numérique.

(Photo Rocket Lavoie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Johanne Saint-Pierre
Le Quotidien

(Jonquière) Les Marquis de Jonquière ont été impitoyables envers les 3L de Rivière-du-Loup qu'ils ont malmenés 8-2. En plus de balayer les honneurs de la série aller-retour, les hommes de Dean Lygitsakos ont offert aux 1576 spectateurs réunis au Palais des sports un excellent un festival offensif, poussant même l'audace à marquer deux buts consécutifs en désavantage numérique.

«Qui a dit qu'un match contre Rivière-du-Loup ne pouvait pas être excitant?», a lancé le pilote de la formation jonquiéroise, fier de la prestation de 60 minutes intenses offerte par ses troupes. «Je pense qu'on a offert un super bon spectacle. En tout cas, moi j'aurais payé pour le voir!»

L'esprit d'équipe, la chimie des trios qui se tisse, la présence des recrues qui se donnent à fond chaque fois qu'ils en ont la chance sont autant de plaisir pour le grand manitou des Marquis. C'est aussi un heureux casse-tête, car il y a encore beaucoup d'éléments qui attendent patiemment leur tour.

Cela dit, les Marquis connaissent un éclatant début de saison, mais Lygitsakos a trop vu neiger pour se laisser emporter par l'enthousiasme des troupes après seulement six matchs. «Il ne faut pas s'enflammer avec ça, car la saison est longue, souligne-t-il, mais je pense que notre profondeur va me permettre d'étendre le nombre de minutes de jeu de tout le monde et ainsi de limiter les risques de blessures.»

Par contre, il est heureux d'avoir autant de bons éléments sous la main, ce qui lui a fait dire que peu importe les unités sur la glace, tous facilitent le travail des autres.

En fait, tout pourrait être parfait s'il n'y avait pas ces nombreuses pénalités. «On domine la cadence. Je trouve qu'on a de la difficulté à être les Marquis parce qu'on ne semble pas apprécier notre style de jeu. J'ai encore de la difficulté à gérer ça, mais pour le reste, on joue du hockey le fun pour les spectateurs.»

Effectivement, les spectateurs ont bruyamment encouragé leur équipe, hier. Plusieurs sont restés pour applaudir les trois étoiles du match, dans l'ordre: Hugo Carpentier (3 buts une passe), Yannick Riendeau (son premier but, 2 passes) et Jean-Simon Allard (son premier but et une passe).

Explosion en fin de première

Si les Louperivois ont été les premiers à s'inscrire au pointage sur un tir de Jean-Sébastien Bérubé, la réplique jonquiéroise a été aussi cinglante qu'explosive. Avec à peine cinq minutes à jouer en première, les hommes de Lygitsakos ont enfilé trois buts en moins de deux minutes. Francis Charette (Riendeau/Pier-Olivier Pelletier) a été le premier à déjouer Pierre-Olivier Lemieux sur un jeu de puissance. Quarante-sept secondes plus tard, c'était au tour de Dany Roussin (Allard/P.J. Cordi) de doubler l'avance des locaux. La mise au jeu venait à peine d'être faite que Yannick Riendeau (Charette/Carpentier) pouvait enfin célébrer son tout premier but dans l'uniforme des Marquis, lui qui avait jusque-là cumulé 10 passes depuis le début de la saison régulière.

Dès le début de la deuxième, les Marquis ont repris là où ils avaient laissé. Jean-Simon Allard a lui aussi marqué son premier but de la saison avec à peine 29 secondes écoulées au tableau. Jouant à court d'un homme, les Marquis ne se sont pas arrêtés en si bon chemin, Riendeau a intercepté une passe en zone neutre qu'il a refilée à Carpentier. Le rapide #28 a mystifié le gardien en marquant d'un angle quasi impossible. Ce 5e but des locaux a d'ailleurs chassé Lemieux qui a laissé sa place à Dwayne Rodrigue. Le trio de Charette, Carpentier et Riendeau a continué son travail de destruction à la faveur d'un avantage numérique. Carpentier en a profité pour inscrire son deuxième du match.

En troisième, l'infatigable #28 a réussi son tour du chapeau sur un tir précis dans le haut du filet, et ce, en désavantage numérique sur une passe de Jonathan Parisien. Charette ne voulait pas être en reste dans ce festival offensif. Le Chat a marqué à peine une minute plus tard sur des passes de Corsi et Saint-Jacques, et ce, même si la pénalité des Marquis n'était pas terminée.

En avance 8-1, Lygitsakos n'a pas pris de chance et a retiré Pelletier pour envoyer Frédéric Piché dans la mêlée. Évidemment, les esprits se sont échauffés. Si bien que les locaux se sont de nouveau retrouvés à se défendre à 3 contre 5 pendant un peu plus de trois minutes. Francis Trudel a fini par déjouer Piché, ce qui a valu aux visiteurs les applaudissements moqueurs des partisans.

Les Marquis ont joué en infériorité numérique pendant presque les 12 minutes à faire dans la rencontre, ce qui a permis aux visiteurs de tirer quatre fois plus souvent au filet (12 contre 3). Mais ils n'en ont pas vraiment profité pour autant, puisque les 3L n'ont inscrit qu'un seul but en 10 avantages numériques...

1- Hugo Carpentier

2- Yannick Riendeau

3- Jean-Simon Allard

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer