Les Marquis font fi des pénalités

L'imposant Alex Penner a montré qu'il avait des... ((Photo Michel Tremblay))

Agrandir

L'imposant Alex Penner a montré qu'il avait des mains et pas juste des poings en déjouant le cerbère Mathieu Dugas sur une belle passe du jeune Jason Houde (aide à Gaby Roch) pour inscrire le premier but du match.

(Photo Michel Tremblay)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Johanne Saint-Pierre
Le Quotidien

(Jonquière) Malgré une bonne partie du match à jouer à court d'un homme quand ce n'était pas deux , les Marquis de Jonquière ont signé une éclatante victoire de 6-2 aux dépens des Éperviers de Sorel-Tracy, devant 1700 spectateurs qui n'ont certes pas regretté le prix de leur billet d'entrée.

Un match contre Sorel-Tracy n'est jamais de tout repos et celui d'hier n'a pas fait exception. Les deux équipes avaient subi leur premier revers vendredi et aucune des deux n'avait l'intention d'être blanchie à la fin du week-end.

Cela dit, sans le brio de la muraille Pier-Olivier Pelletier, le pointage aurait pu être bien différent et il a largement mérité la première étoile. En troisième, alors qu'il multipliait les arrêts pour un énième 3 contre 5 depuis le début de la saison, les gens se sont mis à scander «P.O.! P.O.! P.O.!». Pour les amateurs de statistiques, les Éperviers ont décoché 41 tirs sur le cerbère jonquiérois qui n'a cédé que sur deux, dont un sur un jeu de puissance. D'ailleurs, l'attaque massive des Éperviers a été limitée à un but en ...15 occasions!

Après le match, l'entraîneur-chef Dean Lygitsakos a préféré retenir le caractère démontré par ses guerriers dans les circonstances. D'autant plus qu'ils ont été capables de rebondir après le mauvais match de la veille qui s'était soldé par une défaite contre Saint-Georges.

«On gagne 6-2 malgré toute cette adversité, contre une très bonne équipe. Pelletier a été bon, mais les gars ont bloqué des lancers et se sont sacrifiés pour l'équipe. À force d'avoir des désavantages numériques, j'ai été obligé de faire jouer des gars à des positions auxquelles ils n'étaient pas habitués et ils ont fait une maudite belle job», a-t-il commenté, en citant entre autres le jeune Charles Power, rappelé pour l'occasion, Dany Roussin et Jean-Simon Allard. L'esprit de corps qui anime l'équipe le réjouit. «C'est ça les Marquis. C'est la contribution de différents joueurs chaque fois.»

Trop souvent au cachot

Interrogé quant à l'important nombre de minutes à jouer jeu en désavantage numérique, Lygitsakos a lancé à la blague qu'il n'y avait pas que les joueurs qui étaient surtaxés, mais les entraîneurs aussi. Cela dit, il n'a pas l'intention de changer. «D'ici Noël on va investir avec nos épaules et quand nos adversaires vont nous affronter, ils vont savoir à qui ils ont affaire. Nous sommes capables de prendre soin de nous pour nous défendre à 4 contre 5. On a deux buts ce soir à 4 contre 5.»

De fait, malgré quatre infériorités numériques, les Marquis ont tout de même retraité au vestiaire avec une avance de 2-0. En première, l'imposant Alex Penner (3e étoile) a montré qu'il avait des mains et pas juste des poings en déjouant le cerbère Mathieu Dugas sur une belle passe du jeune Jason Houde (aide à Gaby Roch). Puis, ce fut au tour de Bruno Saint-Jacques de faire mouche sur un tir du poignet de la pointe à la faveur d'un surnombre. Francis Charette (2e étoile) et Jonathan Paiement ont récolté des aides sur le jeu.

La rivalité a monté d'un cran en deuxième. Même «Le Chat» a jeté les gants devant Jonathan Delorme et le petit #72 a même réussi à le renverser au grand plaisir des partisans. Dans les secondes qui ont suivi, la recrue Charles Power (Jean-Michel Bolduc/Yannick Riendeau) a profité de son premier match en saison régulière pour marquer un superbe but dans le haut du filet, à la droite de Dugas.

Puis c'est presque devenu une habitude , les guerriers des Marquis ont réussi à contrer un double désavantage numérique avant d'ajouter l'insulte à l'injure en marquant à court d'un homme sur un tir de Michael Novosad (Hugo Carpentier/Riendeau). Après un autre vingt endiablé, les hommes de Lygitsakos ont regagné le vestiaire avec une avance de 4-0.

Les Marquis ont mal entamé la troisième en se retrouvant de nouveau en déficit de deux hommes, mais encore une fois, les Éperviers n'ont pas été en mesure d'en profiter. Après sept minutes de jeu, Francis Charette capte une longue passe de Saint-Jacques pour s'échapper et déjouer le gardien sorelois.

Les partisans des Éperviers auront dû patienter 51 minutes avant de pouvoir célébrer un premier but, oeuvre d'Étienne Brodeur. Les visiteurs, par l'entremise de Samuel Carrier, ont ensuite ajouté un autre but sur un jeu de puissance avec moins de cinq minutes à faire, après avoir multiplié les tirs sur Pelletier. La réplique des Marquis n'a pas tardé, Dany Roussin marquant sans aide dans un filet désert.

Les Marquis ont ensuite écopé d'une autre double pénalité, mais ont encore une fois réussi à tenir tête à leurs adversaires pour savourer la victoire.

1- Pier-Olivier Pelletier

2- Francis Charette

3- Alex Penner

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer