Les Doucet carburent à l'haltérophilie

Alors que les deux adolescents, Jénifère et Allan,... (Photo La Pige, Rosalie Dumais-Beaulieu)

Agrandir

Alors que les deux adolescents, Jénifère et Allan, compétitionnent aux Jeux du Québec, leurs parents, qui endossent les rôles d'entraineurs, sont dans l'assistance, avec la petite dernière de cinq ans qui pose un grand regard admiratif sur les siens.

Photo La Pige, Rosalie Dumais-Beaulieu

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Quotidien

(Rosalie Dumais-Beaulieu, La Pige) - L'haltérophilie coule dans les veines de la famille Doucet. Alors que les deux adolescents, Jénifère et Allan, compétitionnent aux Jeux du Québec, leurs parents, qui endossent les rôles d'entraineurs, sont dans l'assistance, avec la petite dernière de cinq ans qui pose un grand regard admiratif sur les siens.

Jénifère a battu son record personnel lors de... (Photo La Pige, Rosalie Dumais-Beaulieu) - image 1.0

Agrandir

Jénifère a battu son record personnel lors de sa compétition vendredi, juste avant de se blesser au coude, ce qui l'a forcée à arrêter en cours de route.

Photo La Pige, Rosalie Dumais-Beaulieu

Le père de la famille, Kenny Doucet, a toujours fait de l'haltérophilie. Ses enfants ont entendu ses histoires de compétition et c'était tout naturel pour eux de suivre ses traces. Après leur déménagement à Roberval, Kenny Doucet trouvait important de faire revivre le club d'haltérophilie. Il est ainsi devenu l'entraîneur de l'équipe qui compte six membres s'exerçant cinq fois par semaine. Sa conjointe Nancy Bélanger a décidé d'embarquer dans l'aventure elle aussi, et d'entreprendre des cours de coaching. Le couple est clair sur un point. «On le fait pour eux, pour qu'ils aient du plaisir et qu'ils se dépassent. Ils sont beaux à voir!», affirme la mère, souriante et fière.

Cette aventure sportive familiale apporte beaucoup de positif dans la vie des enfants, mais aussi des parents. «Grâce à ça, j'ai pu me concentrer sur quelque chose de bénéfique pendant mon adolescence, plutôt que d'aller dans des avenues beaucoup plus sombres», témoigne Kenny Doucet.

Allan Doucet, 15 ans, a été le premier à se lancer dans le sport, emmenant avec lui quelques années plus tard sa soeur Jénifère. Allan en était cette semaine à sa deuxième participation aux Jeux du Québec. Sa dernière compétition lui a permis de battre son record et de décrocher la médaille d'argent, son objectif de départ. Jénifère, âgée de 14 ans, a elle aussi pu battre son record personnel lors des Jeux, même si une blessure au coude l'a empêchée de poursuivre jusqu'au bout et de monter sur le podium. 

Pendant ce temps, la petite Aurélie, 5 ans, observe son grand frère et sa grande soeur, tout en s'entraînant à soulever un manche à balai, «comme les grands». «Elle est ''faite forte'' la petite, elle va se rendre loin elle aussi!», confirme son père en riant.

Même si toute la famille baigne dans le même univers sportif, il n'y a aucune compétition qui tienne. «Je sais que mon frère est plus expérimenté, alors il me donne des trucs et on s'encourage comme ça», raconte la jeune fille, soulignant qu'il est important pour eux d'assister à chacune des compétitions de l'autre.

Les discussions familiales tournent inévitablement autour du même sujet, mais jamais les histoires de la maison ne se rendent à l'entrainement. «Mon père a tendance à faire son rôle de père, même dans le gym», conclut toutefois Jénifère en riant.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer