Le plongeon plus populaire grâce aux Jeux

Grâce aux installations fraichement rénovées du Centre Mario-Tremblay,... (Photo La Pige)

Agrandir

Grâce aux installations fraichement rénovées du Centre Mario-Tremblay, les plongeurs en herbe d'Alma auront la chance de s'initier à ce sport dès le 11 mars.

Photo La Pige

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Pige
Le Quotidien

(Sarah Larouche, La Pige) - La tenue des Jeux du Québec à Alma offre une belle vitrine au plongeon, un sport peu pratiqué par les jeunes du Saguenay-Lac-Saint Jean. Grâce aux installations fraichement rénovées du Centre Mario-Tremblay, les plongeurs en herbe d'Alma auront la chance de s'initier à ce sport dès le 11 mars.

«La visibilité que donnent les Jeux au plongeon permet de rejoindre plus de jeunes, d'avoir un plus grand bassin pour les inscriptions», exprime le conseiller aux activités aquatiques de la Ville d'Alma, David Comeau. Il espère ramener un club de plongeon dans sa municipalité, après une quinzaine d'années d'absence. 

Près de 7 M $ ont été investis dans la rénovation des gymnases et des piscines du Centre Mario-Tremblay, confirme le trésorier de la Ville d'Alma, Yves Thériault. Ce projet a été réalisé en partenariat entre le ministère de l'Éducation, la Ville d'Alma, ainsi que la Commission scolaire du Lac-Saint-Jean, propriétaire des installations. Un investissement dont pourront profiter les athlètes régionaux, d'autant plus que le club de Saguenay, les Otaries, «espère collaborer avec Alma pour profiter des nouveaux équipements de temps en temps», indique l'entraîneur-chef du club de plongeon les Otaries et répondante disciplinaire en plongeon lors des Jeux, Joanie Bouchard.

Installations en mauvais état

En effet, à l'Odyssée Dominique-Racine de Chicoutimi, les tremplins sont désuets à un point tel que les groupes de plongeon du club Les Otaries ne pourront bientôt plus s'y entraîner. Une problématique à laquelle la Ville de l'hospitalité devait également faire face il n'y a pas si longtemps. «Avant les rénovations, c'était impossible d'avoir un club de plongeon. Désormais, les lieux physiques sont 100 % prêts à en accueillir un», se réjouit David Comeau. 

Le piètre état des installations est sans doute lié au fait que la clientèle touchée n'est pas très importante, donc la demande pour du nouvel équipement est plutôt faible, selon Joanie Bouchard.

Un sport peu connu

«Dans la région, le plongeon est un sport qui se fait plutôt discret», constate Mme Bouchard. Présentement, un peu moins de 70 athlètes s'entraînent au club Les Otaries. «Il faut dire que pendant une année olympique, on connaît toujours une hausse d'inscriptions. Mais pour un club en région, 70 plongeurs, c'est très bien», précise-t-elle. 

De son côté, le club d'Alma, dont les activités débuteront le 11 mars, compte cinq membres, mais David Comeau est sûr que davantage de jeunes s'inscriront à la suite des Jeux. «On profite des compétitions pour faire de la promotion dans les estrades, mentionne-t-il. On veut donner la piqure aux jeunes et à leurs parents.»

Aucun des huit athlètes en plongeon de la délégation du Saguenay-Lac-Saint-Jean ne s'est qualifié pour les finales des Jeux du Québec. L'équipe régionale s'est classée au 12e rang, ce qui est amplement satisfaisant aux yeux de Joanie Bouchard, étant donné que cinq de ces athlètes en étaient à leur toute première compétition nationale. «Aussi, c'est difficile de rivaliser contre les gros clubs, ils ont plus d'équipements que nous», conclut-elle.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer