Sans pitié pour les visiteurs

L'équipe masculine de curling de la région a... (Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens)

Agrandir

L'équipe masculine de curling de la région a atteint la finale de la 52e finale des Jeux du Québec, grâce à une victoire de 10-3 contre l'Outaouais.

Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dominants. C'est le qualificatif qu'on peut utiliser pour décrire les équipes masculine et féminine de curling de la région à la 52e finale des Jeux du Québec. Les deux formations ont atteint la finale, lundi, en poursuivant leur parcours parfait.

Chez les filles, la capitaine Annkatrin Perron et ses coéquipières ont été sans pitié pour leurs adversaires du Lac Saint-Louis lors de la demi-finale, avec une victoire de 14-2 après six des huit bouts prévus. Un départ canon de cinq points dès le premier bout a fait la différence. L'équipe régionale n'a jamais regardé derrière par la suite, au grand plaisir des bruyants spectateurs entassés dans le centre sportif Mistouk.

« On était un peu fébrile en début de match, mais le but était de s'amuser parce qu'on était quand même rendu en demi-finale et on était certain de jouer pour une médaille, a mis en contexte Annkatrin Perron, entourée de ses partenaires Alexia Perron (qui est sa soeur), Chloé Munger et Claudia Racine. Finalement, ça s'est vraiment bien passé et on a super bien joué. »

Avant la demi-finale, l'équipe des filles affichait un différentiel de +27. De leur propre aveu, les joueuses ne s'attendaient pas à être aussi percutantes sur les glaces, même si l'objectif de départ était de réussir un top-4.

« Ça ne fait même pas un an qu'on joue ensemble », s'est exclamée la capitaine. 

En finale, les filles ont rendez-vous avec la région du Richelieu-Yamaska.

L'attitude des gars

Dans la section masculine, les gars du Saguenay-Lac-Saint-Jean ont affiché une attitude plutôt décontractée en demi-finale face à l'Outaouais. À l'instar des filles, ils n'ont pas eu besoin de se rendre à la limite de leur match, après que leurs adversaires aient agité le drapeau blanc après six bouts. Le score était alors de 10-3 pour la région hôte.

Mais ce qui frappait, c'était le contrôle des émotions des jeunes hommes, pratiquement impassibles malgré leurs bons coups. Ils ont marqué trois points dès le premier bout, avant d'en ajouter quatre au troisième.

« On n'est pas des gars qui démontrent beaucoup nos émotions, a affirmé Anthony Pedneault sous l'oeil approbateur de ses coéquipiers Zachary Pedneault (son frère), Raphaël Patry (capitaine), Jacob Labrecque et Émile Bergeron. Le curling est un sport très psychologique donc si tu es frustré, ça va paraitre dans ton lancer de pierre. On a attaqué dès le départ pour démontrer qu'on était présent et on a conservé le rythme. »

L'entraîneur de l'équipe masculine, Marie-Lou Cantin, était impressionnée par le calme de ses protégés, avouant être elle-même plus stressée que ses joueurs !

« Sérieusement, je n'ai rien à dire contre leur performance, a-t-elle louangé. Je suis super fier d'eux et ils n'ont pas arrêté. Comme je dis toujours, le match n'est pas terminé tant que tu n'as pas serré la main de ton adversaire. »

L'Abitibi-Témiscamingue est le dernier adversaire du Saguenay-Lac-Saint-Jean en ronde ultime. À noter que les deux finales seront jouées en même temps, mardi matin dès 9 h, sur la glace du centre Mistouk.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer