Samuel Girard, un joueur d'exception

Le Robervalois Samuel Girard a remporté les trophées... (Photo La Presse, Bernard Brault)

Agrandir

Le Robervalois Samuel Girard a remporté les trophées Émile-Bouchard (meilleur défenseur) et Frank-J.-Selke (gentilhomme), mercredi, au gala des Rondelles d'or de la LHJMQ.

Photo La Presse, Bernard Brault

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Samuel Girard est maintenant officiellement un joueur d'exception. Le Robervalois, membre des Cataractes de Shawinigan, est devenu, mercredi soir, le deuxième défenseur en quatre décennies d'histoire de la Ligue de hockey junior majeur du Québec à remporter le trophée Émile-Bouchard à seulement 17 ans.

Au fil du temps, la LHJMQ a vu passer une pléiade d'excellents défenseurs, mais un seul, Jean-Jacques Daigneault, en 1982-83 avec les Chevaliers de Longueuil, avait réussi à s'imposer comme meilleur défenseur à l'âge de 17 ans. Girard, le 40e meilleur espoir en Amérique du Nord sur la liste de la centrale de recrutement, a devancé au scrutin Thomas Chabot des Sea Dogs et Philippe Myers, des Huskies de Rouyn-Noranda.

«C'est un choc de l'apprendre, a-t-il dit lorsqu'on lui a fait part de l'information.

«C'est un bel honneur. C'est un travail d'équipe. Tout ça part des membres de l'organisation des Cataractes qui m'ont fait confiance et repêché même si j'étais petit. Ils ont cru en moi. Je suis arrivé là et les gars m'ont mis à l'aise. Tu ne peux pas avoir un meilleur capitaine qu'Anthony Beauvillier. Tous les vétérans l'an dernier m'ont mis à la bonne place et à l'an deux, ça rapporte», a-t-il exprimé.

Pour couronner le tout, la fierté de Roberval a également mis la main sur le trophée Frank-J.-Selke remis au joueur le plus gentilhomme, lui qui a passé seulement dix minutes au cachot en 67 rencontres en plus de cumuler 74 points, le plus haut total pour un arrière non seulement au Québec, mais dans toute la Ligue canadienne de hockey. En entrevue, il a juré que le +24 le comblait davantage.

«Pour moi cette année, je voulais montrer aux recruteurs que j'étais capable de bien faire offensivement et défensivement. Je suis un défenseur offensif et je dois faire des points, mais je dois aussi faire le travail défensivement parce que veut, veut pas, je suis un défenseur. Oui, c'est un bel honneur d'avoir 74 points et premier marqueur au Canada, mais le +24 me fait du bien aussi», de laisser savoir Samuel Girard, qui ne se préoccupe pas du repêchage alors que les différentes listes ne concordent pas à son sujet. «Il y a des joueurs repêchés en première ronde qui n'ont jamais percé», de rappeler le Robervalois.

Originaire de Normandin, Gilles Bouchard, des Huskies de... (Photo La Presse, Bernard Brault) - image 2.0

Agrandir

Originaire de Normandin, Gilles Bouchard, des Huskies de Rouyn-Noranda, a reçu les trophées Ron-Lapointe (meilleur entraîneur) et Maurice-Fillion (meilleur directeur général), mercredi, au gala des Rondelles d'or de la LHJMQ.

Photo La Presse, Bernard Brault

Un doublé historique pour Gilles Bouchard

(DA) - Le Normandinois Gilles Bouchard a réussi un doublé historique mercredi soir, au gala des Rondelles d'or, à Montréal. Le grand manitou des Huskies de Rouyn-Noranda est devenu le premier à repartir de la soirée avec les trophées Ron-Lapointe et Maurice-Fillion, remis au meilleur entraîneur et directeur général de la Ligue de hockey junior majeur du Québec.

«Je ne sais pas quoi dire», a-t-il lancé tout de go après sa deuxième présence sur le podium. Ça montre qu'on a eu une saison exceptionnelle. On a un groupe spécial dans une année spéciale avec le 20e des Huskies. Les choses vont très bien et il faut garder le cap.

«Ce n'est pas l'histoire de Gilles Bouchard, c'est une affaire d'équipe», d'indiquer Gilles Bouchard, soulignant l'apport de son prédécesseur André Tourigny ainsi que ses deux adjoints DG Mario Duhamel et Yannick Dumais. Il a également eu une pensée pour son ancien recruteur-chef, le Jonquiérois Dany Corneau, maintenant avec les Saguenéens.

Dans la course au trophée Maurice-Fillion, Gilles Bouchard a notamment coiffé son homologue des Saguenéens Yanick Jean, et le DG des Sea Dogs de Saint-Jean, Darrell Young, dans un vote des pairs. Les Huskies ont connu une saison du tonnerre, passant pratiquement toute la saison en tête du classement. Ils n'ont subi que neuf défaites en temps réglementaire en 68 rencontres et terminant avec 14 victoires de suite, pour un impressionnant total de 113 points, la septième plus forte récolte de l'histoire. À la période des Fêtes, Gilles Bouchard a ajouté quelques éléments à un alignement déjà redoutable avec Timo Meier et Nikolas Brouillard en plus de convaincre AJ Greer de quitter l'Université de Boston pour s'amener en Abitibi et son impact s'est fait sentir dans le dernier droit.

Dans la lutte au trophée Ron-Lapointe, il a devancé au vote deux rivaux de division, Benoît Groulx, des Olympiques et Mario Durocher, des Foreurs. «Ça s'est fait naturellement tout ça. On savait qu'on allait être compétitifs, mais les choses ont bien collé ensemble avec la chimie et un bon début de saison. Quand tu as un bon début de saison, après c'est de maintenir les joueurs et d'aller chercher la constance», a confié Gilles Bouchard après sa première nomination, rappelant que 17 des 22 joueurs de l'alignement provenaient du repêchage. «C'est extraordinaire, a-t-il noté, soulignant également le travail du capitaine Francis Perron. Les gars arrivent au camp et se connaissent tous. C'est dur à expliquer comment les gars s'entendent bien, pas juste sur la glace, mais aussi au niveau social. On a fait des ajouts à Noël et les nouveaux venus se sont bien intégrés au groupe.»

La soirée a été très fructueuse pour les Huskies qui ont remporté quatre honneurs. Le gardien Chase Marchand avait déjà en poche le trophée Jacques-Plante pour avoir maintenu la meilleure moyenne. Deuxième meilleur marqueur en saison régulière avec 108 points, derrière Conor Garland, l'espoir des Sénateurs d'Ottawa Francis Perron a reçu le prix le plus prestigieux de la soirée, le trophée Michel-Brière remis au joueur le plus efficace.

• En plus de tous les trophées, cinq anciens ont été intronisés au Temple de la renommée de la Ligue de hockey junior majeur du Québec, soit Réal Cloutier, Mario Marois, Daniel Brière, José Théodore et l'entraîneur Ron Lapointe à titre posthume comme bâtisseur...

• En début de soirée, plusieurs personnalités, dont Gary Bettman, ont souligné les 30 années du règne du commissaire Gilles Courteau...

• L'attaquant des Screaming Eagles Pierre-Luc Dubois a également remporté deux trophées. Il a d'abord été nommé meilleur espoir professionnel, devançant au vote Julien Gauthier des Foreurs et Pascal Laberge des Tigres. Il a par la suite reçu le trophée Paul-Dumont comme personnalité de l'année...

• Voici en vrac mes prédictions pour le deuxième tour des séries dans la LHJMQ. D'abord, les Huskies mettront fin au parcours de l'Armada. Ensuite, les Cataractes poursuivront leur route face aux Islanders. Puis, les Screaming Eagles viendront à bout des Sea Dogs et finalement, les Olympiques passeront à la demi-finale, éliminant les Wildcats...

• L'attaquant des Cataractes Alexis D'Aoust a remporté le prestigieux trophée Marcel-Robert comme étudiant par excellente. L'étudiant en sciences de la nature au Cégep de Shawinigan a devancé au terme d'un processus rigoureux Frédéric Aubé des Voltigeurs et Callum Booth des Remparts...

• Mince consolation avec les conditions météorologiques au Saguenay-Lac-Saint-Jean, mais il neigeait abondamment à Montréal jeudi après-midi. Il n'y a toutefois plus d'accumulations au sol, ce qui est loin d'être le cas dans la région...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer