Les Gaillards remportent le Bol d'Or

Les Gaillards du Cégep de Jonquière ont remporté... (Photo courtoisie)

Agrandir

Les Gaillards du Cégep de Jonquière ont remporté la grande finale québécoise 33-30 face au Collège Champlain.

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Frédéric Marcoux
Le Quotidien

Les Gaillards du Cégep de Jonquière ont remporté le troisième Bol d'Or de leur histoire, samedi soir, à Saint-Jean-sur-Richelieu. Ils ont défait les Cavaliers du Collège Champlain-Saint-Lambert par la marque de 33-30.

«C'est indescriptible comme sensation, s'est exclamé l'entraîneur François Laberge après la victoire. Les joueurs ont démontré beaucoup de caractère! Ils méritent ce qui leur arrive. Les entraîneurs ont aussi effectué un travail remarquable, ils m'ont poussé à me dépasser toute l'année. On a levé notre jeu d'un cran en fin de match. Les gars vont être des gagnants pour le reste de leur vie!»

Les deux conquêtes du Bol d'Or des Gaillards remontaient à 2006 et 2007. « On a beaucoup de joueurs de l'extérieur en plus de la vingtaine de joueurs de la région. Cette année, il s'est passé quelque chose de spécial avec ce groupe. On était vraiment unis et cela a fait une grosse différence. Les Gaillards, on est une famille et ça paraît», de confier François Laberge.

Du caractère dans l'adversité

Les Gaillards étaient en plein contrôle au premier quart. Le Félicinois Gabriel Morin a recouvré un échappé sur un botté de dégagement tôt au premier quart. Les Gaillards ont enchaîné avec le placement. Après avoir limité les Cavaliers à un simple, les Jonquiérois ont réalisé une belle séquence offensive. Le quart-arrière Anthony Ouellet a réalisé un jeu spectaculaire en complétant une passe sur un troisième essai à William Langlais avec un joueur des Cavaliers sur le dos. Louis-Philippe Grégoire a terminé le travail sur une course d'une verge quelques jeux plus tard avec un majeur.

L'attaque du Collège Champlain Saint-Lambert a explosé au deuxième quart. Morrek Boutilier Glasgow a d'abord inscrit un touché de 53 verges. L'offensive de Jonquière a répliqué avec une autre belle séquence payante avec le deuxième touché de Louis-Philippe Grégoire en puissance sur une course d'une verge. Le rapide receveur Jeremy Murphy a décampé sur 96 verges pour inscrire le majeur au milieu du deuxième quart. Il a d'ailleurs amassé une spectaculaire récolte de 183 de ses 197 verges au total lors des deux premiers quarts. Les Cavaliers ont traversé le terrain en fin de demie pour prendre une avance de 22 à 17 avec cinq secondes à jouer avec un autre touché par la passe.

Leçon de caractère

La défensive des Gaillards a sonné la charge au troisième quart en réalisant une interception et en recouvrant un échappé. Au début du quart final, la défense des Gaillards a menotté les Cavaliers qui ont été forcés d'accorder un touché de sûreté, réduisant ainsi l'écart à 22-19.

Par l'entremise de Louis Laflamme, l'attaque a frappé fort. Le numéro 4 a capté une passe de 30 verges, avant de terminer avec un attrapé spectaculaire de cinq verges pour faire 26-22. L'attaque a ensuite écoulé le temps en y allant d'une séquence spectaculaire. Avec 1min47 à jouer, Louis-Philippe Grégoire a inscrit son troisième touché pour porter la marque à 33 à 22.

Le natif de La Baie a d'ailleurs été nommé joueur du match avec ses 152 verges en 42 courses, en plus de ses trois majeurs. L'homme des grandes occasions a montré beaucoup de caractère pour finir sa carrière collégiale de brillante façon. Un ancien entraîneur dans le passé lui avait d'ailleurs déjà dit qu'il n'aurait jamais d'avenir au football. Louis-Philippe Grégoire est confiant de pourvoir évoluer au sein d'une équipe universitaire l'an prochain. « C'est incroyable! On a été les négligés toute l'année et on a été capable de finir le travail! Personne ne croyait en nous. Les 12 gars à l'attaque ont été solides et on l'a gagné en équipe», de souligner Louis-Philippe Grégoire.

En fin de match, les Cavaliers ont inscrit le majeur, en plus du converti de deux points. Les Gaillards ont ensuite repris le ballon après le botté court pour s'assurer de leur troisième titre.

Les Lynx ont passé tout près

(Dave Ainsley) - La séquence de 20 victoires consécutives des Lynx du Pavillon Wilbrod-Dufour d'Alma a pris fin samedi en finale du Bol d'Or dans la catégorie juvénile division 2. Les Aigles de l'école secondaire Dalbé-Viau de Lachine ont stoppé les Almatois, s'imposant in extremis au compte de 23-22.

La fin de la rencontre a été complètement folle. Avec un pointage de 17-16 pour les Montréalais, les Lynx ont pris les devants sur une course de Mathieu Lachance avec un peu moins de deux minutes à faire. Les Aigles ont par la suite traversé le terrain en quelques secondes, la séquence culminant avec une passe de 35 verges. Les Lynx avaient une dernière chance, avec 47 secondes devant eux, mais une interception a mis fin à leurs espoirs. «Ça aurait pu aller d'un bord ou de l'autre», a commenté l'entraîneur-chef Patrice Boudreault, estimant que quelques détails ont fait la différence. Un long touché sur le premier jeu de la deuxième demie et une mauvaise remise sur un botté qui a mené à un autre touché des Aigles ont mené à la perte des Almatois.

«Ils avaient une meilleure équipe que nous sur papier avec de très bons athlètes. On a joué tout un match et on y a cru jusqu'à la fin», de souligner Boudreault qui pestait également contre une pénalité douteuse de rudesse à son avis sur un troisième essai sur la séquence finale en attaque des nouveaux champions.

Patrice Boudreault n'avait rien à dire sur le travail défensif en première demie où les Lynx n'ont rien donné, mais l'offensive a éprouvé des problèmes à gruger du terrain. Le contraire s'est produit en deuxième demie alors que l'attaque s'est mise au travail, mais la défensive a été moins étanche.

«On a fait quelques erreurs en saison, mais on réussissait tout le temps à se reprendre. Contre une équipe de la force des Aigles, ils ont capitalisé sur ces erreurs pour nous faire payer», de concéder l'entraîneur, vraiment très fier de ses protégés. «On ne peut pas sortir la tête entre les deux jambes.»

Comme son adjoint François Carrier, Patrice Carrier a mis fin à sa carrière d'entraîneur lors de cette finale du Bol d'Or. «À Victoriaville, c'est là que tout a commencé et ça finit», constatait Boudreault qui a joué à Victoriaville lors de sa carrière de joueurs. Parmi les moments marquants, il n'a pas manqué de souligner ses deux conquêtes du Bol d'Or, en 2010, avec son fils plus âgé, Anthony, puis l'an dernier, avec son frère Bryan.

Gauthier vs Ménard

(Dave Ainsley) - À son premier match éliminatoire dans la Ligue canadienne de football, Shayne Gauthier retrouvera un vieux rival et compatriote régional, David Ménard alors que les Blue Bombers de Winnipeg rendront visite aux Lions de la Colombie-Britannique.

Les deux joueurs du Saguenay-Lac-Saint-Jean ont déjà eu quelques confrontations au niveau universitaire, Gauthier avec Laval et Ménard avec Montréal. Blessé plus souvent qu'à son tour lors de sa première saison, le secondeur Shayne Gauthier a surtout été utilisé sur les unités spéciales, cumulant sept plaqués dans ces circonstances, en neuf parties.

David Ménard a raté ses deux premiers matchs en carrière, à sa troisième saison, ce qui ne l'a pas empêché de continuer de faire partie de la rotation sur la ligne défensive des Lions, amassant sept plaqués et deux sacs du quart-arrière adverse. Les Lions ont pris la deuxième place dans l'Ouest avec un dossier de 12-6, suivis des Blue Bombers à 11-7.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer