Deux équipes régionales s'affrontent en séries

Les Gaillards de Jonquière... (Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Les Gaillards de Jonquière

Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pour la première fois depuis leur retour au football collégial en 2007, les Couguars du Cégep de Chicoutimi croiseront le fer avec un adversaire régional en séries éliminatoires. Pour l'occasion, ils ont rendez-vous avec les champions de la saison régulière dans la division 3 section Nord-Est, les Gaillards du Cégep de Jonquière, sur leur terrain, dimanche, à compter de 13 h.

Il s'agira d'un premier duel éliminatoire entre deux équipes régionales depuis le Bol d'Or de 2007 qui opposait les Gaillards et les Jeannois du Collège d'Alma. Les Jonquiérois avaient alors mis la main sur la couronne provinciale. Lors des dernières années, les matchs de premier tour mélangeaient les équipes des deux sections. La décision de demeurer dans la division Nord-Est a été prise afin de sauver des coûts de transport. De part et d'autre, les entraîneurs ont passé beaucoup d'heures cette semaine à visionner les bandes vidéos. 

Les Couguars se sont faufilés en séries en remportant leurs deux dernières rencontres pour conclure avec un dossier de 3-5. Les Gaillards ont traversé la saison régulière sans trébucher, remportant leurs huit rencontres, dont les deux contre les Couguars, 24-18 et 42-16. 

« Notre fiche de 8-0 ne nous donne pas une avance de 21-0 au début du match, malheureusement. Ça va commencer 0-0 et il faut jouer 60 bonnes minutes. Si on le fait, on est un club difficile à battre, signale l'entraîneur des Gaillards, François Laberge, dont la troupe effectue un retour en séries après une année d'absence. 

« C'est normal de voir un peu de nervosité. Ce sera égal des deux côtés. Ça va être de commencer le match et de briser la glace. Un coup que les premiers jeux vont être faits, ça va devenir un match de football comme toutes les autres. On sent que les gars ont hâte. Il y a une excitation cette semaine. Les gars commencent à être un peu tannés de se frapper entre eux. On a hâte de jouer contre les Couguars », confie Laberge. 

« Depuis le début de l'année, tout le monde nous voit comme les négligés. On devait vivre avec le fait que nous avons plusieurs jeunes et on devait finir au dernier rang. On a réussi à battre Alma la semaine dernière pour se qualifier pour les séries. Si les Gaillards font l'erreur de nous prendre à la légère, ce sont eux les pires. On va arriver préparés pour un gros match de série », mentionne pour sa part son homologue chicoutimien Nicolas Menachi.

« Il va falloir sortir une grosse performance, on en est conscients. On affronte la meilleure équipe de la ligue. Ils sont 8-0 et personne ne les a battus cette saison. Si on les bat au 9e match, ce ne sera pas un exploit parce qu'on sait ce qu'on est capables d'accomplir, mais ce serait quelque chose de vraiment très agréable, reprend-il. En séries, on ne sait jamais ce qui peut arriver. Il y a la magie des séries. Entre Chicoutimi et Jonquière, ce sont souvent des matchs où il se passe de drôles de situations. On va espérer que celle-là tourne de notre bord. »

Saine rivalité

Les formations de Jonquière et Chicoutimi entretiennent toujours de bonnes rivalités. Le football collégial ne fait pas exception. 

Arrivé à la barre des Couguars cette saison, Nicolas Menachi a déjà fait partie du personnel des Gaillards. Les joueurs des deux équipes ont également déjà évolué pour des équipes communes. « Oui, c'est une excellente rivalité, mais ça reste sur le terrain et ça ne sort pas de là. C'est correct de même », reconnaît François Laberge, décochant au passage une flèche à ses opposants au premier tour éliminatoire. « C'est vrai qu'ils sont jeunes, mais ils ont plusieurs joueurs de première année assez âgés. Leurs joueurs français ont 19-20 ans, je n'appelle pas ça de jeunes poulets du printemps », avance-t-il avec humour. 

« Oui, il y a une rivalité. Les gars ont hâte de jouer Jonquière. Pour certains, ils affrontent d'anciens coéquipiers. Il n'y a pas une rivalité malsaine. Les gars se préparent à un duel contre la première équipe de la division et là, c'est Jonquière », rappelle Nicolas Menachi, s'attendant à un autre duel physique entre les deux formations saguenéennes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer