Les Couguars accèdent aux séries

Les Couguars ont eu raison des Jeannois.... (Photo Le Quotidien, René Bouchard)

Agrandir

Les Couguars ont eu raison des Jeannois.

Photo Le Quotidien, René Bouchard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guillaume Pelletier

Guillaume Pelletier est journaliste pour Le Quotidien et Le Progrès-Dimanche.

Le Quotidien

La pluie était de la partie, vendredi soir, lors de la rencontre sans lendemain entre les Couguars du Cégep de Chicoutimi et les Jeannois du Collège d'Alma. Une performance radieuse des Chicoutimiens leur a finalement permis de remporter le match 43-9 et d'accéder aux séries d'après-saison en terminant quatrièmes de la section Nord-Est de la division 3 du football collégial.

Pour accéder aux séries, les Couguars devaient remporter la rencontre par plus de cinq points et le moins que l'on puisse dire, c'est que la mission a été accomplie, à la grande satisfaction de l'entraîneur-chef Nicolas Ménachi.

« Nous nous sommes entraînés toute la semaine en étant prêts pour toutes les conditions. Nous savions que c'était un match ultime entre les deux clubs et nous avons prouvé que nous avions notre place en séries », s'est réjoui l'entraîneur après la rencontre.

Du côté des Jeannois, le pilote Mathieu Brassard était déçu du résultat, mais reconnaît que les Couguars ont joué un excellent match. « On croyait en nos moyens avant le match et la première demie était très serrée. Les Couguars ont cependant été très bons dans toutes les facettes du jeu en deuxième demie », a-t-il expliqué.

La rencontre était pourtant à moins d'une possession à 16-9 jusqu'à ce que Jean-Simon Guilbert des Couguars réalise le jeu du match en forçant l'échappée du receveur éloigné Xavier Asselin à la ligne d'une verge. Les Couguars ont repris le ballon sur la séquence et ont orchestré une poussée qui s'est conclue par un touché aérien de Pierre-Olivier Duperré-Lachance sur un jeu de 78 verges.

« Jean-Simon Guilbert a encore été dominant, lance Nicolas Ménachi. Il a accumulé deux interceptions et réalisé le jeu du match avec l'échappée forcée à notre ligne d'une verge ! »

L'entraîneur des Jeannois a également reconnu le brio du numéro 22. « C'est un incroyable jeu défensif à la ligne d'une verge. Xavier Asselin avait fait tout un jeu sur la séquence pour se rendre là, mais Guilbert est arrivé de nulle part et a forcé l'échappée. Nous n'avons jamais été capables de revenir par la suite », admet le pilote de la formation du Lac-Saint-Jean.

La fiche des deux clubs a été portée à 3-5 après la rencontre. Les Couguars profitent du bris d'égalité en partageant les honneurs cette saison, mais en dominant 71-41 au total des points.

Les Jeannois avaient entamé la saison avec une fiche de trois victoires et deux défaites avant de s'avouer vaincus dans les trois dernières rencontres de la saison. Une situation partiellement attribuable au petit nombre de joueurs selon l'entraîneur. « Nous ne sommes que 29 dans l'équipe. C'est certain qu'en fin de saison, les jambes étaient plus lourdes. Plusieurs joueurs devaient remplir deux chaises », a expliqué Mathieu Brassard.

Du côté des Couguars, la situation n'était guère encourageante alors qu'ils présentaient une fiche d'une seule victoire et cinq revers avec deux parties à disputer. L'équipe qui compte sur 38 recrues a évolué tout au cours de la saison selon l'entraîneur « Nos jeunes ont pris de l'expérience tout au long de la saison. Les Couguars de la semaine un sont moins bons que ceux d'aujourd'hui et ceux d'aujourd'hui seront moins bons que ceux de la semaine prochaine », a conclu Nicolas Ménachi après la rencontre.

La région de nouveau déchirée

La région sera de nouveau scindée en deux la semaine prochaine dans le cadre de la rencontre de quart de finale du Bol d'or entre les Gaillards du Cégep de Jonquière (7-0) et les Couguars du Cégep de Chicoutimi (3-5) qui aura lieu le dimanche 30 octobre à 13 h sur le terrain des Gaillards.

« Je ne crois pas que les Gaillards vont nous prendre à la légère, mais avec la performance de ce soir (vendredi), s'ils le font, ils vont le regretter ! », a lancé Nicolas Ménachi à propos de ses ouailles.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer