Du nouveau chez les Gaillards

L'entraîneur-chef de l'équipe de football des Gaillards du... (Photo courtoisie)

Agrandir

L'entraîneur-chef de l'équipe de football des Gaillards du Cégep de Jonquière, François Laberge (à droite), est heureux de pouvoir compter sur un nouveau coordonnateur à l'attaque, Philippe Leduc.

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Frédéric Marcoux
Le Quotidien

L'attaque de l'équipe de football des Gaillards du Cégep de Jonquière sera dirigée par un nouveau coordonnateur l'an prochain. Âgé de seulement 21 ans, le jeune Philippe Leduc, originaire de Lévis, obtiendra sa première chance comme entraîneur. Les Gaillards sont confiants que Leduc saura tirer son épingle du jeu dès le début de sa carrière.

Philippe Leduc, qui s'occupera aussi des quarts-arrière, a remporté un Bol D'Or en première division, alors qu'il évoluait comme joueur de ligne à l'attaque pour les Spartiates du Cégep du Vieux-Montréal en 2014. Il a été approché par plus d'une douzaine de programmes universitaires avant de s'entendre avec les Stingers de l'Université Concordia. Des problèmes de santé l'empêchent toutefois de retourner jouer au football. Le jeune homme de 21 ans a fait ses débuts en 2015, au niveau collégial, comme entraîneur adjoint des joueurs de ligne au Cégep du Vieux-Montréal. Quand Philippe Leduc, qui apprécie grandement le Saguenay-Lac-Saint-Jean, s'est montré intéressé à diriger l'attaque jonquiéroise, l'entraîneur-chef des Gaillards, François Laberge, a bondi sur l'occasion.

Entraîneur dans l'âme

« Ça fait plusieurs années que je connais Philippe et j'ai souvent eu de bonnes discussions de football avec lui. C'est un entraîneur dans l'âme depuis toujours. Il a des connaissances de football incroyables. Il a été capable de le démontrer en jouant du football de haut niveau. Chaque fois qu'il a eu un défi au niveau du coaching, il a été solide», raconte François Laberge, soulignant au passage que Leduc a eu une fiche parfaite dirigée l'offensive des Corsaires de Pointe -Lévy au niveau Benjamin en 2013.

François Laberge ne croit pas que son nouveau collègue de travail aura de la difficulté à diriger des jeunes de son groupe d'âge, en raison de son vécu comme joueur.

«Je suis convaincu que Philippe va amener quelque chose de nouveau dans le programme et dans la région. Il a beaucoup d'expérience à l'extérieur de ce qu'on est habitué. Il a joué juvénile et entraîné un excellent programme de football à Pointe-Lévy. Il a aussi joué au Collège François-Xavier Garneau avant d'arrêter à cause d'une blessure et de retourner au Vieux-Montréal par la suite. Il n'a pas pu joué universitaire et dans sa malchance, je me considère chanceux de l'avoir ici. Si ce n'était pas des blessures, il aurait eu une brillante carrière universitaire, j'en suis convaincu » de poursuivre l'entraîneur-chef des Gaillards.

« On va essayer de l'impliquer à fond dans les programmes dans la région. Tout le monde a droit sa première chance. Avec sa façon de penser et de voir le sport, je suis convaincu qu'il va être excellent! Philippe est une machine de football, il respire et il vit pour le football. Ça prend un moyen passionné pour partir de Lévis, alors qui a plein de programmes à Québec, pour venir ici dans la région.»

Philippe Leduc a remporté un Bol D'Or en... (Photo tirée de Facebook) - image 2.0

Agrandir

Philippe Leduc a remporté un Bol D'Or en 2014, alors qu'il évoluait comme joueur de ligne offensive pour les Spartiates du Cégep de Vieux Montréa.

Photo tirée de Facebook

Sa mission: relancer le football régional

Philippe Leduc n'a pas hésité à quitter la région de Québec pour saisir et relever le nouveau défi qui s'offre à lui à Saguenay. Ses objectifs à titre de coordonnateur à l'attaque et responsable des quarts-arrière: relancer le football dans la région et gagner un Bol D'Or.

«Ma priorité était de venir à Jonquière. Je n'ai jamais joué pour eux, mais j'ai toujours eu un sentiment d'appartenance pour les Gaillards. Avec mes amis qui ont joué là-bas et les nombreuses fois que je suis allé à Saguenay, j'ai toujours apprécié la région et les gens là-bas», de confier Philippe Leduc qui poursuivra ses études universitaires à distance en communication.

À 21 ans, Philippe Leduc croit qu'il ne pouvait passer à côté de l'occasion de montrer ce dont il est capable tôt dans sa carrière d'entraîneur.

«Je m'entends bien avec François Laberge. Le ''fitte'' était bon. J'ai un gros poste tôt dans ma carrière et c'est un défi qui me semble très le fun à relever», soutient l'ancien joueur de ligne des Spartiates du Cégep du Vieux-Montréal.

Faire taire ses dénigreurs

Philippe Leduc est conscient des rivalités entre les programmes de la région. Il sait très bien que certains seront tentés de le rabaisser en raison de son jeune âge.

«Je veux juste avoir une bonne saison et démontrer à mes dénigreurs qu'ils ont complètement tort. Je veux embarquer dans ces rivalités-là avec des résultats.»

Le nouveau coordonnateur à l'attaque estime avoir grandement appris de son passage au Vieux-Montréal. Il a assisté a toutes les rencontres d'équipe et du personnel d'entraîneurs.

«Je considère ce que j'ai fait l'an passé avec les Spartiates comme un stage. J'ai fait beaucoup de temps supplémentaires et j'ai eu beaucoup de discussions avec l'entraîneur Chérif Nicolas. Ça m'a aidé à me développer. J'ai vu l'autre côté de la médaille qu'on ne peut pas comprendre comme joueur», affirme-t-il.

Une passion

Philippe Leduc est tellement passionné par son sport qu'il analyse souvent des parties de la NCAA, en retranscrivant chaque jeu, pour observer les tendances et parfaire ses connaissances. Il a d'ailleurs déjà son cahier de jeu en tête en vue de la prochaine saison.

«Il me reste juste à le mettre sur le logiciel Hudl qu'on utilise au football. Je n'ai aucune question dans ma tête à savoir ce que je vais jouer l'an prochain.»

Il deviendra le troisième coordonnateur offensif à Jonquière en autant de saisons. Le jeune passionné de football compte rester en place pour longtemps.

«Jonquière a des avantages. C'est une vie de campus exceptionnel. Un joueur peut avoir une chance rapidement, ce qu'il n'aurait pas en division un. Les installations sont belles, on a des points forts et je vais miser là-dessus», soulignant au passage que des anciens de l'organisation comme son ami Luc Turgeon, un ancien joueur de ligne des Gaillards, a réussi à être recruté par les Carabins de l'Université de Montréal en obtenant une bourse complète.

«J'ai mis une croix sur ma carrière de joueur. Mon seul objectif est d'aller à Jonquière pour gagner un Bol D'Or le plus rapidement possible et je ne partirai pas avant de l'avoir atteint», de conclure Philippe Leduc avec assurance.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer