Charles Marchand-Thibeault choisit McGill

Charles Marchand-Thibeault... (Photo courtoisie)

Agrandir

Charles Marchand-Thibeault

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Serge Émond
Le Quotidien

Après avoir fait la joie des partisans des Jeannois du Collège d'Alma, Charles Marchand-Thibeault poursuivra sa carrière au football et ses études à l'Université McGill. Il a confirmé son choix aux principaux intéressés, en fin de semaine.

Pendant toute sa carrière avec les Jeannois, Marchand-Thibeault a fait partie des meilleurs receveurs de passe de son équipe et de sa ligue. En dépit de blessures, il a terminé au troisième rang de sa division en 2015. «Il n'a pas connu une saison 2015 aussi bonne que la précédente parce qu'il a été blessé, précise son entraîneur avec les Jeannois, Mathieu Brassard. Il a raté un match et il a disputé quelques parties sur une jambe. À la fin de la saison, il avait retrouvé tous ses moyens, mais notre équipe a été éliminée. C'est un très bon receveur.»

Étudiant en Techniques policières, Charles Marchand-Thibeault ne croyait pas se tourner vers une université, il y a un an. Son plan de carrière le menait plutôt vers l'École nationale de police du Québec, à Nicolet, après ses études collégiales. Il a changé son fusil d'épaule au cours de sa dernière saison avec les Jeannois.

«J'ai toujours l'intention de devenir policier, explique Charles Marchand-Thibeault. Je n'ai que 20 ans et je me dis que je peux prendre quelques années pour prendre de l'expérience, apprendre l'anglais et poursuivre mon parcours en football. Je ne peux qu'être gagnant. J'y ai réfléchi au cours de la saison. J'ai pensé à la possibilité que ce soit ma dernière saison de football et j'ai décidé de continuer. Je vais suivre des cours d'anglais à McGill pendant la session d'hiver. Ça me donnera le temps de m'entraîner avec l'équipe et d'assimiler les jeux. Mon objectif est d'entrer en psychoéducation à l'automne.»

«McGill est une université qui possède une très bonne réputation et qui me donnera la possibilité d'étudier en anglais. Tant qu'à aller à l'université, je voulais être bilingue à la fin de mon parcours. En plus, pratiquement tous les entraîneurs ont été changés, l'hiver dernier. La vision et l'attitude de ces nouveaux entraîneurs me rejoignent. C'est pour cette raison que j'ai accepté de les suivre.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer