Les Gaillards toujours en quête d'un premier gain

Les Jeannois renversent la vapeur pour la victoire

Les Gaillards du Cégep de Jonquière ont amorcé... ((Photo Le Quotidien-Rocket Lavoie))

Agrandir

Les Gaillards du Cégep de Jonquière ont amorcé la rencontre contre les Jeannois du Collège d'Alma en lions, avec deux majeurs durant le premier quart. Malheureusement, le vent a tourné durant le deuxième quart et les moments de réjouissances se sont plutôt passés dans le camp adverse. Les Jeannois l'ont finalement emporté 47-17

(Photo Le Quotidien-Rocket Lavoie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Johanne Saint-Pierre
Le Quotidien

Les Gaillards du Cégep de Jonquière ont amorcé la rencontre contre les Jeannois du Collège d'Alma sur les chapeaux de roue en se forgeant une avance de 14-3 après le premier quart. La formation jonquiéroise semblait se diriger vers son premier gain de la saison, mais voilà que les Almatois ont été en mesure de renverser la vapeur dès le deuxième quart pour filer vers une victoire de 47-17.

Peu de gens auraient misé sur les chances des visiteurs après le premier quart, Louis-Philippe Grégoire et Antoine Barrette inscrivant deux majeurs au profit des locaux tandis que les Jeannois étaient limités à un placement réussi par Xavier Gosselin. Puis, en deuxième, le vent a tourné et l'excellent quart-arrière des Almatois, Pierre-Alexandre Cordero, a pavé la voie en inscrivant deux touchés, dont le second à 17 secondes à faire, pour ainsi retourner au vestiaire avec l'avance de 16-14. Un partisan des Jeannois a même souligné l'événement avec quelques feux d'artifice.

Le quart des Jeannois a poursuivi sur sa lancée en début de troisième quart avec un autre touché. Les Gaillards ont réussi une timide réplique avec un placement réussi par Marc-Antoine Garneau. Mais ce fut le dernier soubresaut des Jonquiérois. Sébastien Girard a réussi une interception en fin du troisième quart qui a mené les Jeannois tout près de la zone payante. Dès le début du quatrième quart, Thomas Thibault a complété le boulot avec un touché, lequel a été bonifié par un converti de deux points. Les Jeannois ont poursuivi leur poussée offensive quand Xavier Asselin a capté une longue passe de Cordero pour accroître leur écart à 38-17 avec la transformation réussie. Rien n'allait plus pour les Gaillards qui ont été victime d'une interception réalisée par Joël Gagnon. Ce dernier a filé jusque dans la zone payante et le converti a été réussi. Menant 45-17, les Jeannois ont ajouté un touché de sûreté pour confirmer leur victoire et leur fiche parfaite de 3 en 3 depuis le début de la saison, tandis que les Gaillards sont toujours en quête d'un premier gain dans la ligue de football collégiale, division 3 Nord-Est.

Après la rencontre, l'entraîneur-chef des Gaillards, François Roberge, tentait encore de comprendre ce qui avait bien pu faire en sorte que ses joueurs baissent les bras. «Je pense que le vent a tourné quand on n'a pas réussi à convertir un quatrième essai avec une verge à faire près de leu zone de but, tandis qu'eux ont réussi à reprendre le ballon et à remonter tout le terrain pour marquer. C'est à ce moment que le momentum a changé de côté et nous n'avons jamais été capables d'aller le rechercher, a déploré Roberge. C'est ce qui est un peu plate et c'est ce que je vais essayer de comprendre. Je veux savoir pourquoi on tombe "flat" comme ça et qu'on n'a pas été capable de revenir dans le match alors que c'était encore possible à 16-14. En début de deuxième demi, Alma a marqué et on a remis tout de suite trois points, mais pas la suite, on n'est allé nulle part.» Roberge pointe aussi le manque de confiance de ses troupes. «Aussitôt qu'on fait une ou deux erreurs, on a tendance à baisser la tête et on tombe rapidement dans une mentalité négative. Il faut changer cela», a-t-il conclu.

Du côté des Jeannois, le coordonnateur offensif, Sébastien Giguère, a bien voulu commenter l'impressionnante remontée effectuée de ses troupes. «Jonquière a commencé en force. Nous avons une jeune équipe et nos joueurs voulaient sans doute trop en faire parce que quand on vient ici, c'est la rivalité du Blueberry Bowl. Mais c'était 14-3. On s'est parlé, on s'est ajusté et on s'est calmé. On a des leaders à l'offensive et en défensive qui sont capables de parler aux gars. On sait ce qu'on est capable de faire et c'est beau de voir les gars resserrer les rangs. Nous, les coachs, on essaie de faire nos ajustements, mais le crédit revient aux gars qui vont à la guerre sur le terrain!»

jstpierre@lequotidien.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer