Les Élites veulent passer à l'histoire

L'entraîneur des Élites, Steve Theriault, s'attend à ce... (Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

L'entraîneur des Élites, Steve Theriault, s'attend à ce que ses joueurs laissent tout sur la glace lors du match ultime de la série contre les Riverains du Collège Charles-Lemoyne.

Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Serge Émond
Le Quotidien

Sous leur administration actuelle, les Élites de Jonquière n'ont jamais atteint la troisième ronde des séries éliminatoires de la Ligue de hockey midget AAA. Ils tenteront de corriger la situation mercredi soir, quand ils disputeront le cinquième et décisif match de la série qui les oppose aux Riverains du Collège Charles-Lemoyne.

Une victoire des Élites créerait aussi un autre précédent. Elle signifierait que quatre équipes d'une même division formeraient le carré d'as de la ronde demi-finale. Le Blizzard du Séminaire Saint-François, les Estacades de Trois-Rivières et les Commandeurs de Lévis ont déjà gagné leur place.

Les Élites se présenteront au domicile des Riverains avec l'impression de faire face à l'adversité depuis le début des séries éliminatoires. Pour la rencontre décisive, ils seront de nouveau privés du gardien Jonathan Cournoyer (suspendu). Ce dernier sera accompagné dans les gradins par le défenseur Brendan St-Louis, suspendu pour un match pour avoir frappé un rival par derrière, samedi.

«Nous savons encore que c'est une série qui oppose la quatrième place contre la douzième place, avance le pilote des Élites, Steve Thériault. Logiquement, nous ne sommes pas supposés gagner. Mais nous avons confiance en nos moyens, nous avons confiance en notre recette. La motivation est encore plus forte en raison de la manière que nous avons vécu nos matchs.

«Au début, on voulait jouer nos séries sans pression, en s'amusant. Nous voulions que les gars aient le sourire, qu'ils travaillent fort et qu'on regarde le résultat à la fin. En raison de ce que nous avons vécu dans les dernières semaines, personne n'a le goût de rire maintenant. À force de vivre de l'adversité, on se dit : ''Tassez-vous, moi je passe''. C'est dans cet état d'esprit que nous allons jouer le match de mercredi.»

Depuis le début des séries éliminatoires du hockey midget AAA, les Élites ont joué 53 fois en désavantage numérique en huit parties. Ils ont accordé 27 jeux de puissance aux Albatros du Collège Notre-Dame au premier tour et 26 aux Riverains.

La discipline devra donc être au rendez-vous pour le match décisif, mais Steve Thériault n'a pas l'intention d'en faire une maladie.

«Nous l'avons répété toute l'année et je pense que nous n'en parlerons même pas mercredi, note Steve Thériault. Lors des pénalités qui nous seront imposées, nous ferons confiance à notre désavantage numérique pour nous garder dans le match. S'il y a une chose que nous avons pratiquée depuis le début de la saison, c'est bien le désavantage numérique. Les joueurs utilisés dans ces occasions savent ce qu'ils doivent faire. Mercredi, on s'occupera de nous et on vivra le moment présent.»

Pour le reste, Steve Thériault est convaincu que son équipe sera prête à faire face à la musique et qu'elle n'aura aucune difficulté à trouver toute la motivation nécessaire.

«La préparation est excellente depuis lundi, assure l'entraîneur des Élites. C'est surtout le côté mental que nous devions travailler, pour être certains que tout le monde jouera son meilleur hockey mercredi. Je ne sais pas quel sera le résultat final, parce que nous affrontons un adversaire coriace, mais je suis certain que nos joueurs seront prêts à tout laisser sur la glace.»




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer