Le travail paye, c'est bien connu

Louis Hébert (4) échappe à la surveillance d'Édouard... (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

Agrandir

Louis Hébert (4) échappe à la surveillance d'Édouard Ouellet.

Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Serge Émond
Le Quotidien

Les Élites de Jonquière ont pris les devants 2-1 dans la série qui les oppose aux Albatros du Collège Notre-Dame en l'emportant 3-1, dimanche après-midi, au Foyer des loisirs.

Pour avoir le meilleur sur leurs rivaux, les Élites ont principalement utilisé une bonne vieille méthode qui a fait ses preuves depuis longtemps. Le travail. De la première à la dernière minute, ils n'ont pas lésiné sur le travail. Ils ont ainsi compensé pour le seul côté négatif de leur performance, les trop nombreuses visites au cachot.

« Nous devrons faire preuve de plus de discipline, a fait remarquer l'entraîneur des Élites, Steve Thériault. Nos gars sont intenses. Quand ce sont des pénalités pour une question d'intensité, ça se défend bien. Mais il y a des pénalités que nous aurions pu éviter et il sera important d'être plus disciplinés, lundi.

« Je suis vraiment satisfait de notre performance. Je le répète souvent depuis le Challenge midget AAA, les gars s'en vont dans le bon sens. Ils savent que c'est en se tenant en équipe que nous pouvons avancer. On voit l'engagement, on voit qu'ils sont dédiés. Ils s'amusent et il faut continuer dans le même sens. Les nombreux lancers bloqués font partie de notre identité. En séries, les détails sont importants. »

Après avoir vu Hugo Savinsky ouvrir le pointage en première période, les Élites ont disputé un deuxième engagement exemplaire. Pendant ces 20 minutes, ils ont conservé leur priorité d'un filet en limitant leurs rivaux à cinq tirs et en bloquant une foule de lancers. Pour l'ensemble du match, les vainqueurs ont bloqué pas moins de 28 lancers.

Carl-Olivier Dignard a doublé l'avance des Élites au début du troisième tiers, pendant un jeu de puissance, mais ils sont ensuite compliqués la vie en attirant trop souvent l'attention des officiels. Les Albatros ont finalement eu raison du gardien Jonathan Cournoyer sur leur troisième avantage numérique de la période, leur neuvième du match, mais Gabriel Montreuil a fermé les livres en fin de partie dans une cage déserte. Seule ombre au tableau, les Élites ont perdu les services d'Olivier Charest en fin de deuxième période. Blessé à un genou, il n'a pas terminé la rencontre.

De son côté, l'entraîneur des Albatros, Christian Caron, a surtout rendu hommage aux Élites pour expliquer le déroulement de la série.

« Ils sont beaucoup plus dédiés que nous depuis le début de la série, a reconnu Christian Caron. Nous commençons les matchs nerveusement. Mais là ça fait trois fois qu'on débute nerveusement et en désavantage. C'est là que ça se joue. Ils sont vraiment plus dédiés que nous. On s'attendait à une série difficile. Depuis le Challenge, c'est une équipe différente. Je les ai vus jouer au Challenge midget AAA et j'ai dit à tout le monde que Jonquière et Gatineau seraient difficiles à battre en séries.

« Les Élites ont bloqué beaucoup de tirs et, quand nous avons eu des ouvertures pour lancer, nos prises de décision ont été moyennes. C'est ce qui arrive quand tu joues nerveusement. »

Christian Caron a rappelé que le succès des Albatros passe avant tout par le travail et non par le talent. Selon lui, des rappels de joueurs par des équipes de la Ligue de hockey junior majeur du Québec pendant la période des Fêtes ont créé une certaine instabilité au sein de sa formation. Depuis ce temps, il n'a jamais senti que tous les morceaux se sont remis en place. Il espère que ses hockeyeurs sauront retrouver leur formule gagnante dans les prochaines heures puisqu'ils feront face à l'élimination dès lundi soir.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer