Le Blizzard s'incline 2-1 en prolongation

Les Élites à l'arraché

En troisième, Philippe-Olivier Riopel (#17) a déjoué le... ((Photo Le Quotidien-Rocket Lavoie))

Agrandir

En troisième, Philippe-Olivier Riopel (#17) a déjoué le gardien du Blizzard du Séminaire Saint-François, Guillaume Maguire, pour créer l'égalité et forcer la prolongation.

(Photo Le Quotidien-Rocket Lavoie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le brio du gardien Olivier Rodrigue a permis aux Élites de soutirer une victoire en prolongation de 2 à 1 aux dépens du Blizzard du Séminaire Saint-François (SSF), hier, au Foyer des loisirs.

Les visiteurs ont été les premiers à s'inscrire au pointage sur un tir de Guillaume Drouin, mais ce sera la seule fois qu'aura cédé le cerbère jonquiérois, et ce, malgré leurs tirs nourris en deuxième et en troisième (34 lancers contre 21 pour les Élites). La réplique des Élites est venue de Philippe-Olivier Riopel, qui a créé l'égalité en début de troisième pour forcer la prolongation. Profitant d'un avantage numérique, c'est finalement Jean-Simon Bélanger qui a tranché le débat sur un beau tir décoché de la ligne bleue, sur des passes de Rafaël Harvey-Pinard (sa deuxième du match) et Marc-Antoine Gagné.

Malgré cette victoire à l'arraché, l'entraîneur-chef Steve Thériault et ses troupes n'ont pas pavoisé, bien au contraire. En point de presse, le pilote des Élites était déçu que ses troupes n'aient pas appliqué le plan de match qu'ils avaient pourtant répété mardi en vue du duel contre le Blizzard. «Ce n'était pas compliqué, mais ce n'est vraiment pas ce qui s'est passé en première période. Je pense qu'on a donné 15 revirements. On s'est parlé entre la première et la deuxième et on a gardé ça un peu plus simple, mais on a quand même eu beaucoup de misère avec la pression et c'est là-dessus qu'il va falloir travailler», analyse Thériault, qui compte bien consacrer l'entraînement d'aujourd'hui pour corriger le tir, «car si on ne règle pas ça, on n'ira pas chercher les deux points chaque fois. On doit nos deux points à notre gardien.»

D'ailleurs, l'entraîneur-chef a apprécié que ses protégés aient démontré qu'ils étaient conscients de ne pas avoir disputé leur meilleur match en ne célébrant pas la victoire de la manière habituelle. Ils savent qu'ils doivent la victoire à leur cerbère. «Oli n'est pas spectaculaire, mais il est efficace et il fait les arrêts clés. On lui doit les deux points», confirme Steve Thériault en précisant toutefois que ses protégés ne pourront pas toujours se fier sur le brio des deux gardiens pour soutirer des victoires.

Aujourd'hui, ses protégés auront donc droit à une séance vidéo avant l'entraînement sur glace. «On va leur montrer les séquences où on voit mes défenseurs qui n'ont pas le contrôle de la rondelle et les attaquants créer des revirements parce qu'ils sont apeurés. On va pratiquer les un contre et un où ils auront de la pression et vendredi, on va s'occuper d'étudier Magog, parce qu'eux aussi sont rapides et vont être dans notre face», de conclure le pilote des Élites.

jstpierre@lequotidien.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer