Midget AAA

Les Élites face à l'élimination

Les Grenadiers de Châteauguay ont remporté le troisième... ((Photo Le Quotidien, Michel Tremblay))

Agrandir

Les Grenadiers de Châteauguay ont remporté le troisième match de la série face aux Élites par le pointage de 4-2. Ils tenteront de mettre un terme aux hostilités cet après-midi, encore au Foyer des Loisirs.

(Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

À leur premier match des séries à domicile, les Élites de Jonquière n'ont pas su se servir de l'avantage de la foule. Très timides et indisciplinés lors de la première période, ils ont encaissé un revers de 4-2 contre les Grenadiers de Châteauguay et feront maintenant face à l'élimination cet après-midi, au Foyer des Loisirs, eux qui tirent de l'arrière 2-1 dans cette série 3 de 5 de la Ligue de hockey midget AAA du Québec.

Les joueurs des Élites ont vraiment ouvert la porte aux visiteurs avec deux pénalités coup sur coup en débutant la rencontre en plus d'être grandement sur les talons. Après avoir réussi à écouler la première, les Grenadiers ont frappé lors de leur deuxième attaque massive. Ils ont récidivé en fin de première, encore une fois avec l'avantage d'un homme pour retraiter au vestiaire avec une priorité de 2-0 après avoir dominé 13-3 dans les tirs au but.

La pause a fait le plus grand bien aux Jonquiérois qui ont montré bien meilleure mine lors de la période médiane. Lors d'un avantage numérique qui a bien failli tourner à la catastrophe, Louis-Philippe Simard a inscrit les siens au pointage avec un lancer sur réception. Avant la fin de l'engagement, l'entêtement des Élites a payé quand Jérémy Fortin a fini par pousser la rondelle derrière la ligne rouge. Les Grenadiers n'étaient pas abattus. Moins d'une minute plus tard, l'un des meilleurs espoirs en vue du prochain repêchage, Maxime Comtois, a redonné les devants aux siens. Les Grenadiers ont réussi à bien se défendre en troisième malgré les attaques répétées des Élites et Comtois a récidivé avec moins de deux minutes à faire pour confirmer la victoire.

Après la rencontre, cachant mal sa frustration, l'entraîneur-chef des Élites, Steve Thériault, ne comprenait pas les raisons de ce départ brouillon. «C'était pareil comme le premier match. Je ne saurais pas l'expliquer. On prépare les gars tout le temps de la même façon. On a utilisé la même recette que le deuxième match et en plus on était chez nous dans nos affaires. Je me pose encore la question honnêtement pourquoi un départ timide comme celui-là", a-t-il souligné.

«Je ne pense pas que c'était de la nervosité. Un moment donné, on est rendu à plus de 50 matchs. La nervosité dans les séries, il n'y a plus de place pour ça. La série était commencée et il y avait deux matchs de joués. On avait eu au moins cinq bonnes périodes sur six là-bas. On n'avait pas du tout à être nerveux», a-t-il poursuivi, pointant au passage l'indiscipline. «On parle de s'oublier et tout. La moitié des punitions qu'on a, ce n'était pas de l'oubli», a-t-il convenu.

«Peut-être qu'on est une équipe comme ça. Peut-être qu'acculés au pied du mur, ils sont en mesure de mieux performer. Ils se sentaient peut-être trop dans une zone de confort. C'était peut-être de la surconfiance au lieu de la nervosité", a raconté Steve Thériault qui voulait tourner rapidement la page.

«Ce qu'on contrôle, c'est ce qui s'en vient», a-t-il rappelé dans son intervention auprès des journalistes, mais aussi après avec ses joueurs.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer