La onzième heure du saumon

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Les montaisons de saumons en 2016 ont été... (Archives Le Progrès)

Agrandir

Les montaisons de saumons en 2016 ont été plus faibles que celles de 2015 et la Fédération du saumon atlantique laisse présager que la situation pourrait se détériorer davantage en 2017.

Archives Le Progrès

Roger Blackburn
Le Quotidien

CHRONIQUE / La Fédération du saumon atlantique (FSA) s'inquiète des remontées migratoires du saumon pour la présente saison. On sait déjà qu'il revient de deux à trois fois moins de saumons dans les rivières du Québec qu'il y a 30 ans. Les montaisons de saumons en 2016 ont été plus faibles que celles de 2015 et la FSA laisse présager que la situation pourrait se détériorer davantage en 2017.

La FSA demande donc aux pêcheurs sportifs et groupes autochtones de faire preuve de prudence en remettant à l'eau leurs prises ou en permettant à un plus grand nombre de saumons de remonter la rivière. Selon un rapport de la FSA, les montaisons de grands saumons et de madeleineaux en Amérique du Nord en 2016 se sont établies à 533 500 individus, ce qui représente une baisse de 27 % par rapport à 2015.

Les madeleineaux, saumons atlantiques qui retournent frayer après un seul hiver en mer, ont connu la baisse la plus importante, soit 31 % par rapport à 2015, rapporte la FSA. C'est le même son de cloche pour le gestionnaire de la rivière à Mars à La Baie, Mario Dallaire, qui souligne le fait qu'il n'y avait pas beaucoup de madeleineaux dans la rivière l'an dernier. « J'ai une petite inquiétude pour les saumons de deux ans de mer qui devraient remonter dans notre rivière », dit-il.

Pour le gestionnaire de la rivière à Mars, il ne fait aucun doute que le succès des remontées migratoires dans nos rivières va absolument passer par la remise à l'eau de tous les saumons. Nous n'avons pas le choix de passer par là et les quatre rivières de la région sont en avance sur les autres régions du Québec sur le plan éthique de la remise à l'eau ». Ici faire une remise à l'eau c'est un honneur et le pêcheur le déclare ; en Gaspésie les pêcheurs se cachent pour faire une remise à l'eau, ils ne veulent pas que ça se sache », fait valoir le gestionnaire.

« Ici c'est la loi obligeant la remise à l'eau des saumons de 63 cm et plus qui s'applique comme dans les autres rivières de la région depuis 2002. Nous constatons qu'il y a de plus en plus de pêcheurs qui remettent volontairement leur saumon à l'eau, les grands comme les petits, les gens sont de plus en plus sensibilisés à l'importance de ce geste », insiste Mario Dallaire.

Problèmes au Groenland

« Le Groenland a signalé une baisse de sa récolte de saumons l'an dernier. Le gouvernement du pays a déclaré une récolte de 27 tonnes (8400 saumons) en 2016 comparativement à 57 tonnes (17 700) en 2015. Le contingent pour 2016 a été fixé à 32 tonnes parce que la récolte l'année précédente était supérieure au contingent de 45 tonnes. Le contingent pour 2017 sera de nouveau fixé à 45 tonnes », indique la FSA dans son plus récent communiqué.

« La chute des montaisons de madeleineaux, qui s'ajoute aux faibles prélèvements au Groenland, pourrait avoir des répercussions sur les retours de grands saumons dibermarins en 2017 », ajoute la FSA. Les pêcheurs sportifs et les groupes autochtones ont récolté un total de 135 tonnes de saumons atlantiques en 2016, ce qui représente 46 000 madeleineaux et 12 000 grands saumons. La récolte des pêcheurs sportifs s'est établie à 69 tonnes (36 355 madeleineaux et 1823 grands saumons) alors que celle des groupes autochtones a été estimée à 64 tonnes (environ 10 000 madeleineaux et 9600 grands saumons), selon les chiffres de l'organisme. 

Aménagement des habitats

Pour les gestionnaires de la rivière Sainte-Marguerite, à Sacré-Coeur, et de la rivière Saint-Jean-Saguenay, à L'Anse-Saint-Jean, la survie des populations de saumon ne passe pas seulement par la remise à l'eau des poissons, mais aussi par l'aménagement des habitats.

« Une rivière, c'est vivant. Après chaque hiver, avec la crue printanière, l'habitat se modifie, il y a de l'ensablement de frayères à certains endroits et il faut « passer le balai » de temps en temps pour nettoyer des méandres et refaire des aménagements », fait valoir Valérie Maltais, de la Sainte-Marguerite.

« Nous avons d'ailleurs prévu des investissements dans notre plan quinquennal pour ce genre de projet et même évalué la possibilité de redonner à la rivière les méandres qui ont été détruits lors de la construction de la route 172, il y a plusieurs années », indique la gestionnaire qui travaille en collaboration avec le ministère de la Forêt de la Faune et des Parcs (MFFP) et le Centre interuniversitaire de recherche sur le saumon atlantique (CIRSA-Saumon) pour documenter la rivière avec des projets d'acquisition de connaissances.

Sur la rivière Saint-Jean-Saguenay des projets d'aménagements sont aussi dans les plans d'intervention des gestionnaires. « Les pêcheurs ici pratiquent la remise à l'eau des grands saumons depuis 2002 et plusieurs remettent aussi les madeleineaux. Mais ce n'est pas 15 ou 20 captures par année qui auront un impact significatif sur la reproduction. Les aménagements des habitats fauniques sont essentiels pour conserver des bons taux de reproduction », indique Robert Lamarre, coordonnateur aux activités et au développement de la rivière anjeannoise.

« La nouvelle génération de pêcheurs qu'on voit arriver sur nos rivières sait qu'ils peuvent acheter des saumons à l'épicerie s'ils veulent en manger, ils préfèrent pratiquer la remise à l'eau et profiter de l'aspect sportif de la pêche. Ils savent que c'est la 11e heure pour le saumon et qu'il faut agir maintenant pour préserver la ressource pour les années à venir.

Investissements 

Le gouvernement du Québec a d'ailleurs annoncé des investissements majeurs pour le développement de la pêche au saumon atlantique récemment. Le MFFP a en effet confirmé des investissements de 15 millions de dollars au cours des cinq prochaines années qui seront ainsi consacrées au Plan de développement de la pêche au saumon et de la pêche sportive au Québec.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer