Pêche à la ouananiche: à vos lignes!

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
C'est demain l'ouverture de la pêche à la... (Archives Le Quotidien, Gimmy Desbiens)

Agrandir

C'est demain l'ouverture de la pêche à la ouananiche sur le lac Saint-Jean.

Archives Le Quotidien, Gimmy Desbiens

Roger Blackburn
Le Quotidien

CHRONIQUE / Nous sommes propriétaires d'un chalet sur la pointe de Chambord au lac Saint-Jean et l'an dernier, lors de la fin de semaine d'ouverture de pêche à la ouananiche, nous avons dérivé au fil de la pêche à la traîne jusqu'à Desbiens. Je rencontre deux pêcheurs dans leur chaloupe et je leur demande : comment va la pêche ?

« C'est tranquille ici depuis ce matin, mais ça a l'air que ça mord tempête à la pointe de Chambord, c'est là que ça se passe », lance-t-il tout en tenant la barre de son moteur. Ma conjointe et moi on part à rire, nous avions délaissé la pointe de Chambord le matin parce qu'il ne se passait rien.

Vendredi matin ce sera l'ouverture de la saison de pêche à la ouananiche dans l'Aire faunique communautaire du lac Saint-Jean. Selon les gestionnaires de la Corporation LACtivité pêche (CLAP) qui gère les activités cynégétiques sur le lac, il y a lieu d'être optimiste, car il y a abondance d'éperlans et de ouananiches.

10 règles pour la ouananiche au lac

1. Vous avez besoin du permis de pêche provincial de pêche sportive annuel pour un pêcheur de moins de 65 ans au coût de 30,58 $ (65 ans et plus 17,45 $ ; permis de 3 jours consécutifs 12,59 $). Vous avez aussi besoin d'une autorisation de pêche de la CLAP au coût de 8 $ par jour (15 $ familiale) ou au coût de 65 $ pour une autorisation annuelle (90 $ familiale).

2. La sécurité doit être de mise à bord des embarcations nautiques : portez votre veste de flottaison individuelle (homologué au Canada de la bonne taille pour chaque personne à bord). Même si la loi indique que vous devez avoir le même nombre de gilets de sauvetage à bord que le nombre de passagers et que vous n'êtes pas obligé de les porter, soyez plus prudent que la loi. Il vous faut aussi à bord une ligne d'attrape flottante (corde jaune) d'au moins 15 mètres de longueur, une lampe de poche, un sifflet, une rame ou une ancre fixée à un cordage, une écope et un extincteur. Le cellulaire devrait aussi faire partie des équipements obligatoires.

3. Prévoyez des vêtements chauds, vérifiez la météo la veille du départ, vérifiez si les lumières de la remorque fonctionnent bien, chargez les batteries pour moteur électrique, pour le sonar. Un « power pack » pourrait être pratique en cas de panne ou pour charger votre téléphone cellulaire si vous avez pris trop de photos.

4. Méfiez-vous du vent sur le lac, il arrive souvent à l'improviste, regardez le ciel et s'il y a menace, rapprochez-vous d'un débarcadère ou d'une marina à l'abri du vent pour vous mettre à l'abri. Quand le lac se fâche, il ne pardonne pas. Il est préférable d'attendre que la tempête passe au lieu de s'aventurer dans les grosses vagues. Cachez vos clés de voiture sous votre véhicule dans le but de vous faire aider par un ami ou un proche si vous êtes à l'abri plus loin que votre point de départ. Un coup de téléphone à un bon Samaritain vous tirera d'affaire.

5. Il faut prévoir l'imprévu, on ne sait jamais ce qui nous pend au bout du nez. Vous pouvez ajouter quelques objets dans votre sac à dos ou dans votre coffre de pêche qui pourrait vous être utile et vous évitez des ennuis comme une trousse de secourisme, de l'eau potable, de l'écran solaire, un chapeau ou une casquette, des lunettes de soleil ; des collations, des allumettes à l'épreuve de l'eau, un briquet, un canif, bref un kit de survie si vous être isolé pendant des heures. 

Conseils de pêche

1. La limite de prise quotidienne et de possession au lac est de deux ouananiches par pêcheur. Une fois que vos deux ouananiches sont capturées, vous devez ranger vos perches. Si vous êtes deux pêcheurs dans une embarcation et que vous avez trois ouananiches de capturées, le technicien de la faune Charles Dufour de la CLAP rappelle qu'il doit y avoir seulement une ligne à l'eau. Un des pêcheurs a techniquement atteint sa limite de prise. Si un agent de la faune vous croise et que les deux pêcheurs ont leur ligne à l'eau, il devra émettre une infraction.

2. Mise à l'eau : il y a environ une vingtaine de rampes de mise à l'eau tout autour du lac Saint-Jean, mais à l'ouverture de la saison, environ 50 % des adeptes choisissent les débarcadères de la marina de Desbiens pour mettre leur chaloupe à l'eau. Roberval, Saint-Gédéon et Pointe-Taillon font partie des endroits les plus achalandés en début de saison.

3. Quel leurre ? C'est la grande question que se posent les pêcheurs la journée de l'ouverture ; quel leurre utiliser : poisson-nageur, cuillère ondulante ou streamer ? Selon mon expérience personnelle, le meilleur leurre pour la pêche à la ouananiche est celui qui est dans l'eau au bout de votre ligne. En 30 ans de pêche sur le lac Saint-Jean, j'en ai vu de toute sorte, j'ai même déjà vu quelqu'un capturer une ouananiche avec un gratteur de fond muni d'un hameçon et d'un ver de terre. Personnellement, je pêche avec une canne à moucher et une soie calante avec un streamer fabriqué par mon cousin Serge ou ceux de Sylvain Gagnon de la Boîte à mouche à Chicoutimi.

4. Où et comment ? Il a autant d'endroits et de manière de pêcher la ouananiche qu'il y a de pêcheurs. En début de saison, les pêcheurs pratiquent la pêche à la traîne en longeant le bord du lac. La profondeur et la vitesse de déplacement auront un impact sur votre succès de pêche. Avec le coup d'eau que nous avons eu ces derniers jours, le lac risque d'être brouillé et il est possible d'accrocher des branches et des feuilles en suspension dans l'eau. Il faudra remonter ses lignes plus souvent pour vérifier tout ça, la ouananiche ne mord pas sur les feuilles mortes et les branches. Pour ma part, je pêche à la traîne à une distance d'environ 90 pieds (27,4 m) à des vitesses variant de 3 à 5 km/h dans une profondeur d'environ 12 pieds (3,6 m). Je varie la vitesse en fonction de la profondeur d'eau. L'eau est froide en début de saison, la ouananiche est encore endormie, je ralentirais la vitesse. Si vous avez une attaque, refaites une passe ou deux dans le même secteur en prenant note de votre vitesse et la profondeur.

5. Le meilleur conseil de pêche est d'observer ce qui se passe autour de vous et de questionner les pêcheurs que vous rencontrez. Quand vous voyez des pêcheurs debout dans leur embarcation avec un filet dans les mains, remarquez l'endroit, ça doit être un bon spot. « Trouvez les bancs d'éperlans et vous trouverez des ouananiches », m'a confié le technicien de la CLAP Charles Dufour.

Ce qu'on n'a pas de besoin, mais qui risque de nous arriver

Un grand vent imbécile qui nous empêche de mettre nos embarcations à l'eau ; oublier de mettre le bouchon au fond de l'embarcation avant la mise à l'eau ; laisser sa canne à pêche sans surveillance dans l'embarcation pendant qu'on mange un sandwich et qu'une ouananiche l'emporte au fond du lac ; échapper son cellulaire à l'eau ; s'accrocher un hameçon au bout du doigt ou derrière la tête ; oublier la puise, ne pas changer son monofilament et se faire casser sa ligne parce qu'elle était éventée ; prendre sa ligne dans le moteur de l'embarcation, oublier son sonar, repasser sa ligne parce qu'on a oublié un oeillet sur la canne ; se faire couper la ligne par le moteur d'une embarcation qui passe derrière la nôtre et échapper notre poisson à l'eau à cause d'un coup de queue lors de la prise de photo.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer