Chalet Modik pour jeunes pêcheurs

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Les chalets Modik du lac à Jack dans... (Photo le progrès-dimanche, Roger Blackburn)

Agrandir

Les chalets Modik du lac à Jack dans la Réserve faunique des Laurentides proposent une expérience de pêche qui répond aux besoins des jeunes adeptes. Sur la photo, nous retrouvons le directeur de la réserve, Sylvain Boucher, sur la galerie et les préposés à la clientèle Karen Harvey de Jonquière et Félix Dubois de Québec.

Photo le progrès-dimanche, Roger Blackburn

Roger Blackburn
Le Quotidien

CHRONIQUE / Les gestionnaires de la Réserve faunique des Laurentides veulent séduire les jeunes pêcheurs avec un nouveau produit d'hébergement qui propose une expérience en nature facile et accessible à coût abordable. Les chalets Modik du lac à Jack permettent aux adeptes de vivre l'expérience d'un séjour en chalet sur le bord de l'eau avec deux chaloupes et moteurs au bout du quai.

Deux chaloupes amarrées au bout du quai en... (Photo Le Progrès-Dimanche, Roger Blackburn) - image 1.0

Agrandir

Deux chaloupes amarrées au bout du quai en face des chalets du lac à Jack sont disponibles pour les pêcheurs.

Photo Le Progrès-Dimanche, Roger Blackburn

«C'est un concept de lac à la porte. De plus, le lac à Jack dispose d'un quota de 27 000 truites par année, une ressource de grande qualité pour supporter les activités de pêche des cinq chalets que nous avons construits», fait valoir le directeur de la réserve, Sylvain Boucher, qui a fait découvrir les aménagements au chroniqueur du Progrès-Dimanche.

Les petits chalets Modik peuvent accueillir quatre personnes et offrent les mêmes commodités qu'un grand chalet, mais pour 30% moins cher. «C'est un produit pour répondre aux besoins de la jeune clientèle. Le stationnement pour les voitures est en retrait pour laisser une belle vue sur le lac. Les chalets sont assez distancés entre eux pour permettre une certaine intimité, la construction est en bois avec des plafonds de neuf pieds de haut (2,7m) et nous avons aménagé une aire de feu avec des chaises Adirondacks pour échanger sous les étoiles. Il y a même un lit double, ce qui est plutôt rare dans des camps de chasse et pêche. Les pêcheurs peuvent pêcher à leur rythme sans avoir à utiliser leur voiture pour changer de lac. C'est le produit idéal pour les jeunes, le taux de renouvellement est de 90% quand les gens vivent l'expérience», commente le directeur de la réserve ajoutant qu'il s'agit d'un des forfaits les plus populaires de la Réserve des Laurentides.

Il n'y a pas beaucoup de produits touristiques de plein air qui offrent un chalet tout équipé, une chaloupe, un moteur et un lac poissonneux pour 68$ par jour par personne. «C'est une façon pour nous de développer une nouvelle clientèle qui réservera un jour des chalets pour plus d'espace et de confort. Ça fait aussi partie de la mission de la Sépaq de rendre les territoires accessibles», laisse savoir Sylvain Boucher qui nous a fait visiter le site alors que les chalets étaient loués par des pêcheurs. La réserve des Laurentides compte aussi des chalets Modik sur le lac Ailloux et au camping Belle-Rivière.

La Sépaq a en effet construit 38 chalets Modik dans sept réserves fauniques au cours des dernières années, soit dans Laurentides, La Vérendrye, Mastigouche, Port-Cartier-Sept-Îles, Portneuf, Rimouski et Rouge-Matawin. Les petits chalets sont aussi offerts en forfaits de chasse au petit et au gros gibier.

La réserve des Laurentides veut offrir des services qui correspondent aux besoins de la clientèle et les pêcheurs veulent de plus en plus avoir la chance de pêcher sur le lac en face de leur chalet sans avoir à utiliser leur voiture. Ça permet également de faire des sorties plus courtes sur le lac. Si les gens sont incommodés par la pluie ou par la fatigue, ils peuvent revenir facilement au chalet pour prendre une pause tout en laissant les cannes à pêche dans la chaloupe qui reste disponible en tout temps.

La Réserve des Laurentides compte également sur deux employés sur le site qui peuvent donner des conseils aux pêcheurs où intervenir en cas de bris d'équipement. Les chalets sont alimentés en énergie solaire, une valeur importante pour les jeunes utilisateurs. Les spécialistes en marketing constatent que les jeunes de 25 à 35 ans veulent vivre des expériences dans le cadre de leurs activités. «Avec un tel équipement d'hébergement, la pêche apparaît une expérience wouah, avec des chaloupes sur l'eau, la dégustation de poisson, le feu de camp et le confort d'un chalet», explique de directeur en précisant que la Sépaq veut offrir de plus en plus des expériences aux jeunes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer