Dorés et truites au pays de l'Ashuapmushuan

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le guide Jérôme Bergeron en compagnie du journaliste... (Photo Le Progrès-Dimanche, Roger Blackburn)

Agrandir

Le guide Jérôme Bergeron en compagnie du journaliste du Quotidien Denis Villeneuve qui a capturé un doré de plus de deux livres (1kg) dans le secteur de pêche du lac Chigoubiche sur la réserve faunique Ashuapmushuan.

Photo Le Progrès-Dimanche, Roger Blackburn

Roger Blackburn
Le Quotidien

CHRONIQUE / La Réserve faunique Ashuapmushuan se remet à niveau après des années de stagnation. Tous les forfaits de pêche avec hébergement sont réservés jusqu'à la fin de l'été (sauf quelques disponibilités dans les forfaits escapades 24 h), les forfaits de chasse à l'orignal sont complets pour l'automne et plus de 30 forfaits de chasse à l'ours ont été vendus pour le printemps. Le partenariat entre la communauté autochtone de Mashteuiatsh et la Sépaq commence à porter fruit.

De gauche à droite, le journaliste du Quotidien... (Photo courtoisie) - image 1.0

Agrandir

De gauche à droite, le journaliste du Quotidien Denis Villeneuve, le guide de p^che Jérôme Bergeron et le chroniqueur chasse et pêche Roger Blackburn posent fièrement avec leur prise devant le poste d'accueil du secteur Chigoubiche. 

Photo courtoisie

Le secteur d'hébergement Chigoubiche a été mis à jour et des travaux de rénovation ont été réalisés sur les 15 chalets offerts en location pour répondre aux besoins de la clientèle. Des abris moustiquaires ont été installés dans chaque unité d'hébergement qui offrent une vue sur le grand lac Chigoubiche. Des quais d'embarquement sont à la disposition des pêcheurs pour la mise à l'eau des embarcations et la communauté autochtone commence à s'impliquer pour rendre ce pays de nature de plus en plus accessible.

Il s'agit de petites améliorations, mais on sent une volonté du nouveau directeur de la réserve, Aurélien Launière, de se rapprocher davantage des besoins de la clientèle et d'élever le niveau des services offerts. On sent un vent de changement sur ce territoire dont l'avenir était remis en question de saison en saison par la Sépaq et où les investissements ont été très minces au cours des dernières années. Les besoins sont grands, mais les affaires sont relancées et le territoire a atteint l'autofinancement depuis deux ans. L'ère des déficits autorisés fait maintenant partie du passé.

Pêche avec guide

Parmi les nouveaux services mis de l'avant, le forfait de pêche avec guide fait partie des options très intéressantes pour la clientèle. L'Ashuapmushuan est un grand pays de chasse et pêche et il est parfois difficile de connaître le succès de pêche espéré sur des plans d'eau de plusieurs kilomètres carrés. Les «spots» de pêche giboyeux sont nombreux, mais il faut consacrer plusieurs heures de pêche avant de les découvrir.

Les pêcheurs se font accompagner sur le lac par des employés de la réserve qui connaissent les lacs comme le fond de leur poche et savent exactement où sont les hauts fonds et les structures qui accueillent du doré de grande taille. Ils sont tous équipés d'un GPS avec des repères pour indiquer où se trouvent les poissons. Ça fait plus de 15 ou 20 ans qu'ils fréquentent le territoire et ils partagent leurs connaissances avec la clientèle.

En début de semaine, j'ai réalisé un séjour de pêche avec guide dans la réserve faunique et l'expérience est beaucoup plus facile. Le guide s'installe au moteur de l'embarcation et vous amène aux endroits stratégiques pour essayer vos leurres. Les guides pousseront le service jusqu'à vous prêter des leurres qui ont déjà fait leurs preuves dans le lac.

La qualité des guides est différente d'un individu à l'autre, certains offrent le service de faire vos filets de dorés... Il appartient aux pêcheurs de s'entendre à l'avance sur les services offerts en fonction des guides qui sont disponibles lors du séjour de pêche.

La pêche au doré jaune fait partie des traditions de la réserve. Le soir, quand les pêcheurs rentrent au bercail après une longue journée, le rendez-vous improvisé se fait dans la cabane à poisson où les adeptes se rencontrent pour faire leurs filets. L'endroit devient rapidement envahi en fin de soirée quand tout le monde se rassemble. Chaque groupe peut voir la pêche des autres et ainsi savoir où les captures ont été réalisées. L'agrandissement de la cabane à poissons fait partie des investissements que la Sépaq devrait faire dans les années à venir. Ce service doit être amélioré pour rendre la tâche plus facile et l'endroit plus accueillant pour les pêcheurs. Certains soirs plus de 20 personnes se rassemblent autour de la cabane à poissons et les discussions de pêche s'animent.

Les clients des forfaits avec hébergement participent à un tirage au sort la veille pour savoir quel lac ils pourront pêcher le lendemain. Certains plans d'eau sont très prisés par la clientèle en raison du succès de pêche. Les dorés de plus de deux livres (1kg) ne sont pas rares et il se capture aussi de beaux trophées. Plus de 45 lacs avec embarcations sont à la disposition des pêcheurs.

Lors de notre passage à Chigoubiche, les guides Jérôme Bergeron et Éric Raphaël nous accompagnaient sur le territoire. Leurs histoires de pêche sont abondantes. Ils nous parlent des dorés de cinq livres (2,26 kg) et plus qu'ils ont vus sortir ou qu'ils ont vus sur la pesée du poste d'accueil Chigoubiche.

La qualité d'hébergement est de type rustique. Les chalets du Chigoubiche sont des camps de pêche avec l'énergie au propane pouvant accueillir de deux à six personnes. Les équipements de base de la cuisine sont fournis, mais les clients doivent apporter leur literie ou sac de couchage et leurs serviettes.

L'omble de fontaine, le brochet, la truite grise (touladi), le corégone et la perchaude font également partie des espèces disponibles dans 50 lacs du plan de pêche du secteur Chigoubiche. L'Ashuapmushuan est un grand pays et les chemins forestiers sont nombreux. Vous devez être équipé d'un véhicule 4X4 pour vous rendre sur les différents plans d'eau dont certains sont à plus d'une heure de route de votre chalet d'hébergement.

«Nous voulons développer la réserve à son maximum. Nous avons un nouveau chalet d'accueil au sud de la réserve, nous avons amélioré la signalisation routière sur le territoire, nous avons aménagé des quais, nous offrons des rabais pour des groupes de quatre pêcheurs, nous offrons la possibilité aux groupes de chasseurs à l'orignal de chasser l'ours noir, de pêcher et de chasser le petit gibier pendant leur séjour et nous avons plein de projets pour l'avenir», a fait valoir le directeur de la réserve faunique, Aurélien Launière, un passionné de nature, de chasse et de pêche.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer