À quand le prochain requin?

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
CHRONIQUE / La saison de pêche 2016 sera-t-elle l'année d'un 29e requin du... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Archives Le Quotidien

Roger Blackburn
Le Quotidien

CHRONIQUE / La saison de pêche 2016 sera-t-elle l'année d'un 29e requin du Groenland dans les eaux du fjord? La capture accidentelle de ce géant du Saguenay fait partie des probabilités, car les monstres du Saguenay se pointent dans le fjord environ tous les dix ans selon les mentions du siècle dernier.

La dernière prise a été réalisée il y... (Archives Le Progrès-Dimanche) - image 1.0

Agrandir

La dernière prise a été réalisée il y a dix ans, le 28 janvier 2006, par Diane Guillemette de Chicoutimi qui avait remonté des eaux du fjord un spécimen de 506 livres (230 kg) mesurant 9 pieds et 7 pouces (2,9 m), au large de Sainte-Rose-du-Nord.

Archives Le Progrès-Dimanche

En 1994, les pêcheurs sous la glace en ont remonté cinq à la surface, soit quatre à Sainte-Rose-du-Nord et un à La Baie. La dernière prise a été réalisée il y a dix ans, le 28 janvier 2006, par Diane Guillemette de Chicoutimi qui avait remonté des eaux du fjord un spécimen de 506 livres (230 kg) mesurant 9 pieds et 7 pouces (2,9 m), au large de Sainte-Rose-du-Nord, à près de 700 pieds de profondeur, dans les abysses du fjord.

On se rappellera de cette histoire qui a fait le tour du monde. La pêche illégale lui avait valu un billet d'infraction des agents de Pêches et Océan Canada, car il est illégal de sortir de l'eau un requin du Groenland capturé accidentellement. Ce poisson est considéré comme l'un des plus gros poissons des eaux arctiques. La première mention de la capture d'un Skalugsuak pour les Inuit, requin (ou laimargue) du Groenland » pour les gens du sud, ou encore Somniosus microcephalus, « dormeur à petite tête » pour les scientifiques, date de 1886, à Tadoussac.

Le requin de 2006 avait fait l'objet d'une nécropsie organisé par le Musée du fjord à la Baie avec une équipe de scientifiques, dont Jeffrey Gallant, un plongeur parmi les plus chevronnés pour l'observation des requins du Groenland et à l'époque codirecteur du Groupe d'étude sur les élasmobranches (poissons cartilagineux, dont font partie les raies, les requins et les chimères) et le requin du Groenland (GEERG).

Les scientifiques recommandent aux pêcheurs de couper la ligne de pêche quand on capture un requin du Groenland, le deuxième plus gros requin carnivore de la planète, après le requin blanc (celui qu'on voit dans le film Jaws).

L'an dernier, à la fin janvier, un pêcheur de La Baie a capturé un aiguillat commun des eaux du Saguenay, un spécimen issu de la famille des requins. La loi l'obligeait à couper la ligne immédiatement pour remettre la bête à l'eau.

En 1995, Le Progrès-Dimanche avait fait sa première page avec un gros requin pêché à Sainte-Rose-du-Nord et capturé par Florient Gaudreault de Chambord. Le requin pesait plus de 813 livres (369 kg) et mesurait 10 pieds 6 pouces et demi (3,2 m).

Les pêcheurs du Saguenay qui trouveront un requin au bout de leur hameçon, dans les prochains jours, devront couper leur ligne et remettre le poisson à l'eau sinon ils s'exposent à des amendes allant de 200 $ à 8000 $.

Les paris sont ouverts? Où sera capturé le prochain requin du Groenland dans le Saguenay? La loi oblige la remise à l'eau, mais la loi n'interdit pas de casser la glace autour du trou et de prendre une photo... et d'appeler un scientifique du Musée du fjord pour un prélèvement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer