Patinage de vitesse courte piste

Retraite définitive pour Marie-Ève Drolet

La Laterroise Marie-Ève Drolet aura toujours su étonner,...

Agrandir

La Laterroise Marie-Ève Drolet aura toujours su étonner, en effectuant des retours en compétition aussi impressionnants qu'inspirants, que ce soit après une première retraite de six ans ou après être devenue maman de la petite Zoey en janvier 2015 (ici à 8 mois). Drolet a annoncé jeudi sa retraite définitive du patinage de vitesse courte piste.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Double médaillée olympique en patinage de vitesse sur courte piste, la Laterroise Marie-Ève Drolet vient d'annoncer qu'elle prenait sa retraite, mais cette fois, elle assure que ce sera de façon définitive.

Maintenant âgée de 35 ans, l'inspirante athlète a fait un retour dans les compétitions internationales l'an dernier après avoir donné naissance à son premier enfant, la petite Zoey, en janvier 2015. « Il est difficile d'expliquer toutes les raisons d'une telle décision, mais j'en suis venue à la conclusion qu'il fallait faire un choix entre ma carrière sportive et ma vie de famille. Au cours des années, beaucoup de choses ont changé : le sport en soi et, au niveau plus personnel, ma vie familiale et mes priorités ainsi que mon adaptation à ces nouvelles réalités. En tant que mère maintenant, je suis certaine que je serai fière et que je ne regretterai jamais d'avoir fait le choix de m'occuper pleinement de ma famille », a poursuivi celle qui avait impressionné à son retour en compétition en août 2008, après six ans d'absence. À l'époque, la médaillée de bronze au relais féminin des Jeux olympiques de Salt Lake City avait annoncé une première fois qu'elle tirait sa révérence en mai 2003. Si elle n'avait pu se qualifier pour les Jeux de Vancouver 2010, elle s'était fort bien reprise par la suite en obtenant son billet pour les Jeux de Sotchi en 2014. D'où elle repartira avec une médaille d'argent à l'issue du relais féminin.

« Au fil des expériences et des défis qui se sont présentés durant ma carrière, j'ai toujours eu comme but de prouver que rien n'est impossible et de tenter de ne pas écouter les gens qui disent le contraire, a-t-elle déclaré dans un communiqué. C'est ce que j'ai cherché à faire tout au long de ma carrière, mais il est maintenant temps de prendre ma retraite définitive du sport. »

Parcours remarquable  

En 2016-2017, Drolet a pris part à cinq Coupes du monde, au cours desquelles elle a mérité deux médailles de bronze, ainsi qu'aux Championnats du monde où elle a pris le 10e rang au classement général. « Ma participation aux Jeux olympiques de Sotchi et ma médaille gagnée aux relais avec les filles a été une récompense pour tous mes efforts et sacrifices, a relaté Marie-Ève Drolet. J'en profite pour remercier mes coéquipiers et coéquipières, mes entraîneurs, Patinage de vitesse Canada, la Fédération de patinage de vitesse du Québec et Équipe Québec. »

« J'aimerais également remercier mon conjoint Corey car, sans lui, rien n'aurait pu se concrétiser et je le remercie du fond du coeur pour tout son soutien au cours des 10 dernières années. »

« Aussi, un grand merci au club de patinage de vitesse des Comètes de Chicoutimi, celui de Victoria et les villes de Saguenay (Chicoutimi et Laterrière) ainsi que de Thunder Bay, qui ont été mes premiers supporteurs, ainsi que l'Anneau olympique de Calgary et Yves Hamelin pour m'avoir tant aidé dans mon retour à la compétition, tout comme les membres actuels du personnel de soutien qui gravitent autour de l'équipe nationale sur courte piste. »

La Laterroise a évidemment reçu de nombreux éloges des dirigeants de Patinage de vitesse Canada. La présidente Cathy Priestner Allinger l'a félicitée « non seulement pour sa carrière, mais également pour sa ténacité. Les retours que Marie-Ève a réussi à faire au cours de sa carrière, notamment après avoir eu son premier enfant, sont phénoménaux et resteront gravés longtemps dans la mémoire des Canadiens. Félicitations encore et merci ! »

La chef de la direction de Patinage de vitesse Canada, Susan Auch, a eu l'occasion de la côtoyer en compétition. « De nos premiers Jeux olympiques ensemble en 2002, j'ai vu Marie-Ève grandir pour devenir cette patineuse internationale et personne incroyable qu'elle est aujourd'hui. Merci pour toutes ces années que tu as donné au sport en tant qu'athlète. Tu feras toujours partie de la famille de Patinage de vitesse Canada. »

Plus de détails dans Le Quotidien de vendredi




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer