Traversée internationale du lac Saint-Jean

Les derniers préparatifs

Xavier Desharnais a nagé pendant 90 minutes hier... ((Photo Le Quotidien Louis Potvin))

Agrandir

Xavier Desharnais a nagé pendant 90 minutes hier matin en travaillant sa technique et les pointes de vitesse.

(Photo Le Quotidien Louis Potvin)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

Xavier Desharnais réalise un entraînement léger au cours de la semaine en vue de la Traversée internationale du lac Saint-Jean de samedi. Le Quotidien a accompagné le nageur pendant une demi-journée hier pour rendre compte de sa préparation.

«Le gros de mon entraînement est fait. J'ai fait de la distance et de l'intensité dernièrement dont en Corée lors d'un 10 km. Je ne fais que maintenir la forme cette semaine», a mentionné le nageur de Sherbrooke.

À 9h30 hier matin, il a sauté dans la piscine chauffée du camping Mont plaisant en compagnie de plusieurs autres athlètes. Il est impressionnant de voir dans une même piscine les plus grands noms de la nage en eau libre; Tomi Stefanoski, Damian Blaum, Bertrand Venturi et Pilar Geijo pour ne nommer que quelques-uns des 15 nageurs présents dans la piscine hier matin.

Xavier s'est échauffé pendant quelques longueurs avant de faire une série avec les outils d'entraînement habituels des nageurs. Pour les habitués de natation, le nageur a alterné les longueurs avec «pull boy», «paddle» et palme. Il a même fait plusieurs longueurs de battement de jambes avec planche. Un supplice pour plusieurs nageurs. «Chaque aspect de la nage est important. Il faut avoir un ''kick'' constant dans une longue course comme la Traversée. Tous les petits détails sont essentiels pour espérer être parmi les premiers», a-t-il affirmé. Un message qui devrait être entendu par les jeunes nageurs qui souhaitent progresser.

Xavier a aussi effectué des sprints sur 25 mètres et 100 m avec son copain d'entrainement l'Australien Rhys Mainstone, celui qui a gagné le marathon de 15 km de Saint-Thomas-Didyme. Desharnais possède une bonne vitesse de pointe quand il met les gaz même s'il se considère comme un nageur peu rapide. La technique est parfaite, les mains glissent sur l'eau avant d'aller chercher le maximum de traction sous l'eau. Et le battement de jambes est efficace avec une belle souplesse dans la cheville. Ç'a l'air si facile...et pourtant. «La natation est un sport très technique. Il faut toujours la travailler pour ne pas prendre de mauvais pli. C'est un travail constant», avise-t-il.

Complicité

Il était beau de voir l'énergie qu'il y avait entre les nageurs hier matin. Ils discutent et rient entre eux au bout de la piscine. On ne sent pas de rivalité. Mais une saine camaraderie.

C'est dans la langue de Shakespeare que les Québécois, Espagnol, Français et Macédonien se taquinent. Tout le monde est très décontracté. Zéro stress.

À la fin de l'entraînement, Damian Blaum et Xavier ont fait une dizaine de longueurs de battement de kan en se racontant leurs dernières courses.

Hier matin, Xavier a nagé pendant 90 minutes, soit près de 5000 mètres, ce qui représente 200 longueurs. Il est retourné à l'eau en fin d'après-midi dans le lac Saint-Jean afin de se familiariser avec la température de l'eau qui n'était pas trop froide. Cette fameuse température est l'angoisse pour plusieurs.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer