Véloconfort de Normandin

Quand la position va, tout va!

Claude Gauthier prend le temps de s'assurer que... ((Photo Le Quotidien Louis Potvin))

Agrandir

Claude Gauthier prend le temps de s'assurer que la personne est confortable sur son vélo. Selon lui, personne ne devrait tolérer une douleur en roulant. Il y a des solutions pour soulager tous les maux liés à un mauvais positionnement.

(Photo Le Quotidien Louis Potvin)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

Il n'est pas normal d'avoir des douleurs ou d'être inconfortable sur un vélo. C'est pour cette raison que des personnes se spécialisent dans le positionnement de vélo dans la région. Le service existe maintenant dans le haut du Lac-Saint-Jean.

Véloconfort de Normandin s'associe à la chiropraticienne Anabelle Larouche pour offrir un service intégré pour que les cyclistes roulent confortablement sur leur vélo.

«Ma philosophie est de prendre la personne dans son entièreté avec ses défauts et m'arranger pour que son vélo lui convienne et non le contraire», exprime Claude Gauthier qui est un autodidacte dans le domaine.

Comme il n'y a pas vraiment de formation qui se donne, il a suivi une formation à distance avec l'entreprise Bike Fit aux États-Unis, qui utilise les principes de positionnement de Steve Hogg. Il rêve d'ailleurs de se rendre sur place pour suivre une formation de trois semaines.

«Je suis parti de ma propre expérience, les ''fits'' que j'avais eus ne fonctionnaient pas. J'ai donc commencé à faire des recherches. J'ai réussi à me positionner et à ne plus avoir de douleur. J'ai eu la piqûre et ç'a commencé comme ça», explique-t-il.

C'est en donnant des conseils sur des sites comme Vélocia qu'il a tranquillement composé sa clientèle qui compte aujourd'hui la médaillée paralympique Marie-Claude Molnard.

Association

Comme Claude Gauthier n'a pas de formation dans le domaine de la santé, il s'est associé avec la chiropraticienne Anabelle Larouche.

«Quand ça dépasse mes compétences, je réfère à un professionnel. Là, ça va être encore mieux, car je vais travailler en étroite collaboration avec Annabelle dans sa clinique», mentionne-t-il.

La jeune femme va ouvrir à la fin du mois d'août une clinique à Roberval. En plus des cinq années de formation, elle a fait une spécialisation en chiropractie du sport de deux ans. Elle travaille depuis sa sortie de l'université dans une clinique de Québec. Elle pratique notamment auprès des triathlètes.

«À partir des problématiques que je vais percevoir sur mon client, je vais pouvoir en parler à Claude qui ajustera le vélo selon les pathologies ou contraintes de chacun», explique la jeune femme originaire de Normandin.

Elle souligne qu'il est important de bien prendre compte de l'anatomie, de la musculature et de la souplesse de la personne avant de faire un positionnement de vélo. J'ai des clients qui ont développé des douleurs chroniques au fil du temps et la position sur le vélo est parfois la cause de ces problèmes à cause de la répétition du geste», suggère Anabelle.

«Je ne peux pas ''fiter'' une jeune qui fait de la course de la même manière qu'une personne de 55 ans qui veut rouler pour le plaisir. Je m'adapte à chaque situation. Je commence par les pieds et regarde le positionnement des cales. Je suis l'école de pensée qui les place moins à l'avant, ce qui donne plus de puissance», renchérit Gauthier.

Il peut ajouter une mince composante entre la cale et le soulier pour compenser si le cycliste a une jambe plus courte.

Le prof d'anglais a fait une trentaine de positionnements cette année. Il veut en faire un projet de retraite.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer