Jimmy Waite est aux anges

«Le plus beau moment de ma carrière»

Jimmy Waite et ses garçons Matthew et Brandon... ((Courtoisie))

Agrandir

Jimmy Waite et ses garçons Matthew et Brandon ont posé avec Corey Crawford, lundi soir, après la conquête de la coupe Stanley par les Blackhawks de Chicago.

(Courtoisie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Serge Émond
Le Quotidien

Jimmy Waite a vécu de beaux moments pendant sa carrière de hockeyeur. Choix de première ronde des Blackhawks de Chicago en 1987, il a disputé 106 matchs dans la Ligue nationale de hockey. Il a également représenté le Canada à deux reprises au Championnat mondial de hockey junior, en 1987 et en 1988. À la deuxième occasion, il a quitté la patinoire avec une médaille d'or autour du cou et le titre de meilleur gardien du tournoi.

Mais rien ne se compare à ce qu'il a vécu lundi soir, quand il a soulevé la coupe Stanley au beau milieu du United Center de Chicago en qualité d'entraîneur des gardiens des Blackhawks.

«C'est le plus beau moment de ma carrière, assure l'ancien gardien des Saguenéens de Chicoutimi. La coupe Stanley, c'est le but ultime. Gagner le championnat mondial et être repêché en première ronde à Chicago ont été de beaux moments dans ma vie, mais ce que j'ai vécu au United Center lundi soir ne se compare à rien d'autre. C'était complètement fou.»

Jimmy Waite a terminé, lundi, sa première saison avec les Blackhawks. Après avoir occupé le même poste avec les Saguenéens pendant deux saisons, il se préparait à faire ses débuts avec le Phoenix de Sherbrooke quand les Blackhawks ont cogné à sa porte en juillet 2014. Ils lui ont alors offert de succéder à Steve Weeks, qui avait remplacé son frère Stéphane après son départ pour le Canadien de Montréal.

«Pour une première année, c'est difficile de demander mieux, reconnaît Jimmy Waite. Quand j'ai accepté l'offre de Chicago, je savais que je me joignais à une bonne équipe de hockey. Mais gagner la coupe Stanley de nos jours, ce n'est pas évident. La parité est tellement grande. Même si tu penses avoir de bonnes chances en début de saison, gagner la coupe Stanley demeure un rêve. Tu travailles fort pendant toute la saison, mais tellement de facteurs entrent en ligne de compte pendant la saison et les séries. J'ai été en mesure de me rendre compte qu'il est très difficile de gagner la coupe Stanley.

«Comme joueur, je me suis rendu en finale en 1992. Je ne peux comparer les sensations que ressentent les joueurs et les entraîneurs, mais je peux dire que c'est tout un''thrill'' de gagner la coupe Stanley comme entraîneur. Les entraîneurs n'arrêtent pas les rondelles et ne marquent pas les buts, mais la préparation derrière le succès d'une équipe est très importante. On se sent aussi heureux que les joueurs.»

Pendant toute la saison régulière, Jimmy Waite s'est concentré uniquement sur les gardiens de l'équipe de la LNH. En séries, il a suivi les Blackhawks du premier au dernier match, mais son boulot a été légèrement différent au cours de cette période. Sauf en de rares occasions, la préparation avec le gardien partant des Hawks, Corey Crawford, a principalement été faite en étudiant et en analysant des séquences vidéo. Le vétéran a souvent été excusé de l'entraînement sur glace entre les matchs. Sur la patinoire, Waite a donc travaillé principalement avec les deux autres gardiens de l'équipe, Scott Darling et Antti Raanta.

L'avenir

En juillet, Jimmy Waite a signé un contrat de deux ans avec les Blackhawks. Il entamera bientôt la deuxième portion de cette entente. Une entente qu'il souhaite prolonger puisqu'il espère que l'ensemble de son séjour dans la LNH s'étendra sur une dizaine d'années.

Waite profitera des prochaines semaines pour reprendre son souffle, mais son été promet d'être court. Il prévoit passer un mois au Québec, avant de retourner à Chicago au début d'août, pour la reprise des classes.

Avant de penser aux vacances, un dernier rendez-vous est inscrit à son agenda. Il participera au défilé des champions, jeudi.

«Il n'est pas question que je rate ce défilé, lance l'ancien gardien. Gagner la coupe Stanley, c'est une méchante affaire. Les Blackhwaks nous ont dit que la bague que nous recevrons surpassera toutes les autres. J'ai vu les deux bagues de mon frère. Je suis certain qu'elle sera belle!

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer